Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Algérie: Oran frappée par un séisme    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Colombie : Des morts dans l'effondrement d'une tribune d'arène de corrida    Journée internationale contre la torture : Un fléau toujours présent    Migration illégale: Pedro Sanchez a évoqué le Maroc    Covid-19 au Maroc: pourquoi les cas vont continuer de grimper    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Voici le prix de la dernière tenue de Saad Lamjarred (PHOTO)    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    HealthTech: Southbridge A&I lancent I3, en faveur des startups africaines    L'ANRE et la PUA d'Israël jettent les bases d'une forte coopération dans le domaine de la régulation de l'électricité    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    RNI : les membres du parti de la colombe réitérent leur soutien à Aziz Akhannouch    BAM: Les exportations de la construction automobile prévues à 52,6 MMDH en 2022    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Jeux Méditerranéens : La sélection marocaine de football U18 s'incline devant la France (1-0)    JM Oran 2022 : Les Lionceaux de l'Atlas battus par les Bleuets (vidéo)    À quoi s'attendre du sommet de l'OTAN à Madrid    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Des députés marocains arrivent en Afrique du Sud pour une session du Parlement panafricain    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Violences inter-ethniques en Ethiopie
Publié dans Albayane le 27 - 12 - 2020

Si l'Ethiopie, véritable mosaïque ethnique, a été soumise, pendant près de 30 années à un régime autocratique, la politique d'ouverture et l'accélération des réformes démocratiques initiée, par Abiy Ahmed, lors de son arrivée au pouvoir en 2018, ont donné lieu à un relâchement du contrôle de l'Etat sur les rivalités régionales ; ce qui a provoqué le réveil des vieux différends communautaires et des anciennes ambitions territoriales à telle enseigne que le pays se trouve, depuis lors, aux prises avec des flambées régulières de violence.
Un communiqué de la Commission Ethiopienne des Droits de l'Homme (EHRC), en date de jeudi dernier, rappelant que ladite Commission avait déjà souligné «la particulière gravité et la répétition des attaques dans la région» a révélé qu'une attaque aurait eu lieu, dans la région de Benishangul-Gumuz, «aux premières heures du 23 décembre 2020» et qu'elle aurait fait 207 morts.
Organisme indépendant rattaché au gouvernement d'Addis-Abeba, la commission précitée assiste le pouvoir central dans l'identification des victimes. Réclamant, par ailleurs, une «aide humanitaire d'urgence», elle déplore le fait que plus de 10.000 résidents de la localité de Bekuji-Kebele marchent vers Bulen; une des principales villes de la région ayant déjà accueilli plusieurs milliers de «déplacés». Ainsi, si l'on en croit un témoin oculaire, «la ville de Bulen est submergée» et les routes qui y mènent ont été prises d'assaut par les déplacés et leur bétail.
L'attaque de ce mercredi qui a fait suite à la série meurtrière qu'a connue, ces derniers mois, cette zone peuplée principalement d'«oromos» et d'«amharas» – les deux ethnies les plus importantes d'Ethiopie – outre des «shinashas» dans une moindre mesure, aurait été perpétrée par des «gumuz», selon le communiqué de ladite Commission. Elle serait donc, incontestablement, motivée par des considérations ethniques et n'aurait, en conséquence, aucun lien avec les opérations militaires que mène, depuis le 4 novembre dernier, l'armée fédérale éthiopienne contre les autorités dissidentes de la région du Tigré au nord de l'Ethiopie et qui ont poussé plus de 20.000 personnes à fuir vers le Soudan.
Mais, en qualifiant cette nouvelle agression de «tragédie», le Premier ministre Abiy Ahmed qui avait attribué les violences et les «assassinats ciblés» ayant eu lieu, dans cette zone, en Octobre dernier, à des combattants armés et entraînés dans l'Etat voisin soudanais du «Nil Bleu» a imputé, à Khartoum, la responsabilité de l'assaut de ce mercredi et déclaré qu'il aurait été perpétré dans le but évident «d'éparpiller l'importante force» mobilisée dans le cadre de l'opération militaire en cours au Tigré. En conséquence, le Premier ministre éthiopien a appelé les dirigeants soudanais à bien vouloir régler ce problème.
Enfin, si rien n'indique, pour l'heure, que le Soudan soit réellement derrière ce regain de tension en terre éthiopienne mais que tout porte à croire que ces violences seraient plutôt animées par des considérations d'ordre ethnique et communautaire, attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.