Virus : «la campagne de vaccination marocaine est l'une des plus avancées au monde», note Le Corriere della Sera    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    La Bourse de Casablanca clôture en hausse    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    L'art pour tous !    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh
Publié dans Albayane le 14 - 01 - 2021


Nabil El Bousaadi
«L'accord de cessez-le feu trilatéral entre la Russie, l'Azerbaïdjan et l'Arménie est respecté de manière cohérente. La situation au Haut-Karabakh est stable. Plus de 48.000 personnes sont déjà rentrées chez elles après le cessez-le-feu» a déclaré, ce lundi, Vladimir Poutine en recevant, à Moscou, son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian qui, sans se serrer la main, se sont contentés, toutefois, de se saluer à distance avant de s'asseoir à une table ovale en face du président russe.
Mais si, pour le chef du Kremlin, l'accord de paix conclue sous l'égide de la Russie, le 9 novembre dernier, qui a mis fin à 6 semaines d'affrontements ayant fait des milliers de morts au sein des forces armées des deux pays et de la population civile et permis à l'Azerbaïdjan de conserver les territoires conquis au cours du conflit tout comme le déminage de centaines d'hectares et la réouverture de 182 kilomètres de routes, constitue «un préalable pour régler ce conflit sur le long terme», la tristesse et le désarroi consécutifs à la défaite persistent du côté arménien.
La raison est très simple. Cet arrangement a permis à l'Azerbaïdjan non seulement de reconquérir les larges pans de son territoire qui étaient tombés sous le contrôle arménien dans les années 1990 mais, également, de disposer, en Arménie, d'un corridor reliant l'enclave azérie du Nakhitchevan à l'Azerbaïdjan et qui, pour le moment, a été placé sous le contrôle de quelques 2.000 soldats russes «de maintien de la paix» dans le cadre d'une mission dont il va falloir «préciser», ultérieurement, les contours et la durée.
Pour rappel, l'enclave du Haut-Karabakh, reconnue par la communauté internationale comme étant partie intégrante de l'Azerbaïdjan bien qu'étant majoritairement peuplée d'arméniens, était, jusqu'en Octobre dernier, contrôlée par ces forces séparatistes arméniennes qui, à l'issue du conflit qui a duré du 27 septembre au 9 novembre derniers, ont fini par être repoussées par les troupes de Bakou aidées par des soldats syriens dépêchés par la Turquie.
Aussi, le dépit des arméniens est-il dû, également, au fait que plusieurs d'entre eux craignent que leur Premier ministre, qui n'a pas de liens personnels avec le Nagorny-Karabakh, désormais, très affaibli après avoir été amputé de près de 60% de son territoire, n'en vienne à faire de nouvelles concessions à Moscou en acceptant de se retirer de la région de Syunik sur laquelle l'Azerbaïdjan a des visées et de faire, ainsi, le jeu de la Russie qui, dans cette partie de «billard à trois bandes» qui se joue entre elle, la Turquie et l'Azerbaïdjan cherche à consolider son emprise dans le Caucase du sud.
Enfin, si l'accord de paix signé, sous l'égide de Moscou, entre Bakou et Erevan démontre la grande influence de Moscou dans la région, il permet, également, au Kremlin de maintenir l'équilibre avec l'Azerbaïdjan dont la victoire arrachée grâce à l'aide de la Turquie a mis le président Ilham Aliev dans une position politique instable sur la scène intérieure. Aussi, en soutenant ce dernier, Moscou cherche, également, à se démarquer de cette pieuvre turque qui n'arrête pas d'étendre ses tentacules dans le monde turcophone.
Poutine réussira-t-il à faire barrage à Erdogan et à le stopper dans son élan ? Rien ne l'indique, pour l'heure, mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.