Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    Le Maroc premier dans la région MENA    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Canons à eau, tirs, la tension monte contre les manifestants
Publié dans Albayane le 09 - 02 - 2021

Canons à eau, tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes: la tension monte mardi en Birmanie, quatrième jour d'importantes manifestations contre le coup d'Etat du 1er février, les contestataires bravant les menaces de représailles des généraux.
A Naypyidaw, la capitale construite par la junte au coeur de la jungle, la police a tiré des balles en caoutchouc sur des manifestants, selon des habitants.
Des témoins faisaient état de personnes blessées, mais il était impossible d'obtenir une confirmation auprès des hôpitaux à ce stade.
« On a tiré sur mon fils qui tentait d'utiliser un mégaphone pour demander aux gens de manifester pacifiquement », a raconté Tun Wai, un orfèvre de 56 ans. « Il est en train de se faire opérer. Je suis très inquiet ».
Un peu plus tôt, les forces de l'ordre avait fait un usage répété des canons à eau contre un petit groupe de contestataires qui refusaient de se disperser.
A Mandalay (nord), deuxième ville du pays, la police a tiré des gaz lacrymogènes « contre des protestataires qui agitaient des drapeaux de la Ligue nationale pour la démocratie », le parti d'Aung San Suu Kyi, a relevé une habitante.
Les autorités ont interdit la veille les rassemblements de plus de cinq personnes à Rangoun, Napypidaw et dans d'autres villes. Un couvre-feu a été décrété.
« Des actions doivent être prises (…) contre les infractions qui troublent, empêchent et détruisent la stabilité de l'Etat », a mis en garde la télévision d'Etat face au vent de fronde qui souffle sur le pays.
Bravant les menaces, les manifestants sont à nouveau descendus mardi en nombre dans les rues.
A Rangoun (sud), la capitale économique, des contestataires se sont rassemblés près du siège de la LND.
« Pas de dictature! », « nous voulons notre chef! » Suu Kyi, détenue au secret depuis son arrestation le 1er février, pouvait-on lire sur des banderoles.
Dans un autre quartier de la ville, des dizaines d'enseignants ont défilé, saluant à trois doigts en signe de résistance.
Les mises en garde de l'armée « ne nous inquiètent pas, c'est pourquoi nous sortons aujourd'hui. Nous ne pouvons pas accepter leur excuse de fraude électorale. Nous ne voulons pas d'une dictature militaire », a déclaré l'enseignant Thein Winun.
Ces trois derniers jours, des centaines de milliers de manifestants ont défilé à travers le pays.
Ils réclament la libération des personnes détenues, la fin de la dictature et l'abolition de la constitution de 2008, très favorable à l'armée.
Ce vent de contestation est inédit depuis le soulèvement populaire de 2007, la « Révolution de safran » menée par les moines et violemment réprimée par l'armée.
Le risque de répression est réel. « Nous savons tous de quoi l'armée est capable: d'atrocités massives, de meurtres de civils, de disparitions forcées, de torture et d'arrestations arbitraires », a souligné Tom Villarin, du groupement des parlementaires de l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) pour les droits humains.
Depuis le 1er février, plus de 150 personnes – députés, responsables locaux, activistes – ont été interpellées et sont toujours en détention, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques, basée à Rangoun.
Le commandant en chef de l'armée, Min Aung Hlaing, s'est exprimé pour la première fois lundi soir sur la chaîne de l'armée, Myawaddy TV.
Il s'est engagé à « la tenue d'élections libres et justes » à la fin de l'état d'urgence d'un an, et promis un régime militaire « différent » des précédents.
La Birmanie a vécu près de 50 ans sous le joug de l'armée depuis son indépendance en 1948. Le putsch du 1er février a mis fin à une brève parenthèse démocratique d'une décennie.
L'armée conteste la régularité des législatives de novembre, remportées massivement par la LND. Mais des observateurs internationaux n'ont pas constaté de problèmes majeurs lors de ce scrutin.
En réalité, les généraux craignaient de voir leur influence diminuer après la victoire d'Aung San Suu Kyi, qui aurait pu vouloir modifier la Constitution très favorable aux militaires.
Très critiquée il y a encore peu par la communauté internationale pour sa passivité lors des exactions contre les musulmans rohingyas, la prix Nobel de la paix, en résidence surveillée pendant 15 ans pour son opposition à la junte, reste adulée dans son pays.
L'ex-dirigeante serait « en bonne santé », assignée à résidence à Naypyidaw, d'après son parti.
Le coup d'Etat a été condamné par les Etats-Unis, l'Union européenne, le Royaume-Uni et de nombreux autres pays.
La Nouvelle-Zélande a annoncé mardi la suspension de ses contacts militaires et politiques de haut niveau avec la Birmanie, devenant le premier pays à décider d'un isolement de la junte.
« Après des années de dur travail pour bâtir une démocratie en Birmanie, je pense que tout Néo-Zélandais doit se sentir catastrophé de voir ce que les militaires ont fait ces derniers jours », a déclaré la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.
Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va tenir vendredi une session spéciale sur ces événements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.