Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mardi 20 avril    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Hilale: « L'Algérie et le polisario continuent de bloquer le processus politique onusien »    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    La BAD soutient la modernisation du secteur ferroviaire au Maroc    Parc éolien de Melloussa : un gouffre financier ou un rêve qui tarde à voir le jour pour le groupe Taqa ?    Enseignants contractuels: Le ministère de l'Education "n'a imposé le mode d'embauche régional à personne" (Amzazi)    La généralisation de la protection sociale est une consécration de l'article 31 de la constitution (Pr. AFIF)    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Open d'Espagne de Taekwondo:Achraf Mahboubi médaillé d'or    Création de la Super League: La colère d'Alexandre Ceferin, président de l'UEFA    Le message du roi Mohammed VI au roi d'Eswatini    L'Atlético enfonce Eibar, le Real cale à Getafe, En-Nesyri donne la victoire à Séville    La Botola envahie par des coachs de la Tunisie    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Washington lance un ferme avertissement à Moscou    Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Le MASI reprend le chemin vert    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    FRMF: Ammouta nouveau coach des U23, Fathi Jamal intègre la DTN    Voici les dates des examens de l'année scolaire 2020-2021    Covid-19 Maroc : 138 nouvelles contaminations et quelque 19 000 doses de vaccins administrées en 24 heures    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Maroc : La Marine Royale porte secours à 165 candidats à la migration irrégulière    ONDA: Chute de plus de 70% du trafic aérien en ce début 2021    CMR : la réorganisation continue    Déficit budgétaire de 6,7 milliards de dirhams à fin mars 2021    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Mobilité électrifiée : le Maserati Levante se convertit à l'hybride    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    José Mourinho viré de Tottenham    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les amoureux de la langue de Cervantès persistent et signent
Publié dans Albayane le 24 - 02 - 2021


Par Maria LAAROUSSI – MAP
La pandémie de la Covid-19 a eu un impact sur tous les secteurs y compris l'apprentissage des langues. L'enseignement du castillan comme langue étrangère au Maroc a toutefois dérogé à cette règle puisqu'il n'a pas connu un coup de frein sous l'effet de cette épidémie.
Au fil des années, l'enseignement de la langue de Cervantès a enregistré une nette progression et les cours de la langue espagnole se sont bien déroulés durant cette pandémie.
En ce qui concerne l'institut Cervantès de Rabat, quelque 3.000 inscriptions ont été enregistrées pendant l'année 2020, lit-on dans le site internet de l'institut.
Le centre Cervantès, ajoute la même source, se veut néanmoins rassurant, en relevant que « le réseau des Instituts Cervantès dans le Royaume n'a pas manqué depuis le début de la période du confinement d'accompagner ses élèves et ses étudiants, à travers le recours aux méthodes pédagogiques et informatiques en ligne les plus adaptées à leurs attentes ».
Malgré les contraintes de la situation sanitaire dans le Royaume, l'institut a maintenu son contact avec ses étudiants et son public à distance, en particulier durant période marquée par le confinement, relève le site. « Cervantès » a gardé le contact via, notamment son site web et ses réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Youtube). De même, l'institut a organisé des cours généraux via vidéoconférence, à travers l'utilisation de programmes et de manuels utilisés durant les cours en mode présentiel, sous la supervision de professeurs-tuteurs, et ce par le biais des plateformes ZOOM, Microsoft Teams, WhatsApp et Skype, ou encore la plate-forme d'apprentissage en ligne Ave Global de l'institut.
Les bibliothèques électroniques de l'institut Cervantès ont également permis à leurs adhérents de consulter et lire des livres numériques, d'écouter de la musique, d'accéder aux ressources électroniques et de participer aux clubs virtuels de lecture, ajoute la même source.
Du côté des enseignants, il s'avère qu'un nombre de professeurs n'a pas su bien gérer l'enseignement à distance pendant la pandémie. Pour d'autres, cette méthode adoptée par la plupart des écoles et instituts a porté ses fruits.
« L'enseignement pendant la pandémie a réinventé le modèle pédagogique. Il faut dire que pour tirer profit de la formation en ligne, il faut y croire », a confié à la MAP Ouassima Bakkali Hassani, professeure d'espagnol.
« On ne peut pas commencer un cours à distance avec l'attitude qu'avec cette méthodologie, on n'apprend pas ou que le professeur ne va pas bien expliquer », a commenté Mme Bakkali, précisant que l'enseignement à distance exige un « effort supplémentaire pour retenir l'attention des étudiants, mais il reste une alternative d'apprentissage efficace s'il est bien organisé ».
Selon elle, le présentiel est essentiel pour les étudiants les plus vulnérables et les plus jeunes, puisque les enfants, par exemple, ont besoin de plus d'attention physique et peuvent avoir du mal à suivre l'enseignant. Pour réussir l'enseignement à distance, « vous devez disposer des ressources informatiques et de la connectivité nécessaires pour assurer une bonne interaction », a insisté Mme Bakkali Hassani, également directrice d'une société de services linguistiques.
Au-delà des raisons pragmatiques comme les études ou le travail, il y a des personnes qui apprennent le castillan, entre autres langues étrangères, comme un vrai loisir, voire même une passion. Apprendre une langue par « amour » constitue la meilleure motivation.
C'est le cas de Fadwa G. qui a appris la langue espagnole alors qu'elle avait déjà entamé sa vie professionnelle. « Apprendre une nouvelle langue a été toujours pour moi un désir et une ambition, et apprendre l'espagnol a constitué pour moi un grand défi », a-t-elle déclaré à la MAP.
« J'ai appris cette langue par amour à la poésie de Federico Garcia Lorca et Pablo Neruda ainsi qu'aux romans de Gabriel Garcia Marquez. Je voulais lire leurs textes en version originale », a-t-elle confié. « J'ai commencé le premier trimestre puis le deuxième, ensuite s'en est suivie la première année puis la deuxième. En entamant ma troisième année d'apprentissage, j'ai commencé à voyager en Espagne », a enchaîné cette quadragénaire curieuse et ouverte d'esprit, exprimant son plaisir de parler et communiquer avec cette nouvelle langue.
Pour elle, l'espagnol reste « une langue de joie qui chante et danse ainsi qu'une langue qui parle à son cœur ».
Ainsi, les Marocains hispanophones, professeurs ou étudiants, prouvent de plus en plus leur amour grandissant pour la langue espagnole. Une langue qui rapproche deux cultures, deux peuples et deux pays, dont l'histoire remonte à plusieurs siècles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.