Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Niger à l'heure des tensions post-électorales
Publié dans Albayane le 01 - 03 - 2021

Contrairement à nombre de ses pairs africains, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, n'a point voulu contrevenir aux dispositions constitutionnelles lui interdisant de postuler pour un troisième mandat et ce, avec l'espoir de parvenir à faire, de sa passation de pouvoir à un successeur démocratiquement élu, la « plus belle réalisation de (son) mandat et une première dans l'histoire » d'un pays qui, depuis son indépendance, en 1960, a fait l'objet de 4 coups d'Etat et n'a jamais connu de transition apaisée entre deux présidents démocratiquement élus.
Mais le projet du président Issoufou semble avoir du plomb dans l'aile car, ce mardi, le vent de la contestation s'est levé et des troubles ont éclaté à Niamey et dans d'autres villes du pays dès que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé que le candidat proche du pouvoir Mohamed Bazoum, représentant le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS), a obtenu 55,75% des suffrages au 2ème tour de l'élection présidentielle du 21 février dernier.
Contestant ce résultat et dénonçant de nombreuses irrégularités, le représentant de l'opposition Mahamane Ousmane, premier président démocratiquement élu au Niger en 1993, a immédiatement revendiqué la victoire. Il ira même jusqu'à déclarer que, dans certains bureaux de vote, les délégués de l'opposition auraient « été contraints, sous la menace d'armes à feu, de signer les PV sans aucune possibilité de porter des observations » et qu'à Agadez, dans la circonscription de Timia, la situation aurait atteint le summum du ridicule et de l'aberration lorsque les autorités ont annoncé qu'après que le taux de participation ait été (tenez-vous, bien !) de 103%, le candidat du pouvoir a raflé 99% des suffrages.
Balayant ces accusations d'un simple revers de manche, le candidat du PNDS et vainqueur de cette élection s'est contenté de rappeler qu'en cas de doutes sur les scores annoncés par la CENI, il appartient à l'opposition de transmettre, à la Cour Constitutionnelle, tous les « éléments de preuves » dont elle dispose.
Ainsi, les très vives tensions ayant fait suite à la proclamation des résultats de la dernière élection présidentielle au Niger se sont soldées par la mort de deux personnes – l'une par balles et l'autre des suites d'une crise d'épilepsie – et par l'arrestation de 468 personnes parmi lesquelles «certains hommes politiques». Lors de ces troubles, il y a eu « des destructions d'infrastructures et de biens publics et privés » comme ce fut le cas pour le domicile de Moussa Kaka , le correspondant de Radio-France Internationale (RFI) à Niamey, qui a été vandalisé et incendié. C'est ce qui ressort d'une déclaration faite à la presse, ce jeudi, par le ministre de l'intérieur Alkache Alhada.
Accusé, par le pouvoir, d'être à l'origine des troubles qui ont suivi la proclamation des résultats, Amadou Hama, le principal opposant au pouvoir nigérien qui, en soutenant Mahamane Ousmane durant sa campagne électorale s'en était pris, en des termes très violents, aux origines arabes de Mohamed Bazoum – ce qui le rend passible de poursuites pénales – se serait rendu, de lui-même, vendredi matin, à la police de Niamey pour y être entendu.
La transition politique apaisée que le président Mahamadou Issoufou appelait de tous ses vœux est-elle réellement tombée à l'eau ? Il semble bien que ce soit le cas puisque, pour l'heure, rien n'indique que le passage du flambeau « présidentiel » a encore des chances d'avoir lieu dans un climat de concorde et de paix mais attendons pour voir...
Nabil EL BOUSAADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.