La Zambie réitère son soutien « indéfectible » à l'intégrité territoriale du Maroc    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Sahara marocain : un maire italien invite l'UE à emboîter le pas aux Etats-Unis    Malgré la maladresse des autorités espagnoles, les relations entre le Maroc et l'Espagne ne se détérioreront pas, selon le directeur de Atalayar    Maroc/La Chambre des représentants tiendra lundi une séance mensuelle des questions de politique générale    Anniversaire : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan fête ses 18 ans    Après ceux brulés vifs en octobre dernier : L'armée algérienne liquide deux jeunes orpailleurs de Tindouf de sang-froid    Légalisation des signatures : Les précisions de la direction des collectivités territoriales    Attijariwafa bank augmente son RNPG de 21,6% au T1-2021    IER : Nouvelle alliance entre le CNDH et la CDG    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    Meknès : interpellation de deux individus pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Nador : Une opération d'immigration clandestine avortée et un individu interpellé    Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés du Terminal 2 au Terminal 1 (ONDA)    En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 360 nouveaux cas, 513.016 au total, jeudi 6 mai 2021 à 16 heures    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    La France a profité du cannabis marocain    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ventre vide, tables garnies
Publié dans Albayane le 13 - 04 - 2021


Par CISSE Inna Mariam
* * *
Il s'agit du neuvième mois du calendrier et le mois le plus sacré de la culture musulmane. La première journée commence le lendemain de l'observation du nouveau croissant de Lune par un comité d'observation de la lune par les autorités religieuses maliennes. Le Ramadan est un mois où les musulmans jeûnent et cherchent à grandir davantage leur vie spirituelle.
Les femmes sont les premières à se lever dans le noir, pour se rendre dans la cuisine et préparer le repas du « Souhour ». Pendant ce temps aux environs de 4h du matin, les autres membres de la famille se réveillent un à un pour se réunir dans la salle à manger ou au salon. Certains préfèrent manger du riz. D'autres du pain avec des œufs, du fromage, beurre… ils doivent finir de manger avant l'appel du « fajr » de la mosquée afin d'entamer cette journée de jeûne.
Passés à l'appel, ils s'abstiendront de manger et de boire jusqu'au couché du soleil. C'est-à-dire la rupture du jeûne, « iftar ». Pour passer à la prière de l'aube, certains préfèrent partir à la mosquée. Par ailleurs, d'autres restent pour faire la prière chez eux.
« La mort existait avant le coronavirus, elle existera après », philosophent quelques personnes sur le chemin de la mosquée. Contrairement à d'autres, le Mali n'a pas fermé les mosquées, et la persistance de cette promiscuité propice à la contamination est devenue un sujet de controverse.
Après 6h, tout le monde vague à ses activités, les fonctionnaires vont à leurs différents lieux de travail, les commerçants et les vendeuses de légumes au marché, les cultivateurs aux champs… entre temps, il faudra supporter le soleil et les 40 degrés.
Les heures passent au même rythme : les femmes au fourneau ou au marché, encore ouvert malgré la crise sanitaire.
Après 16H00, le déclin du soleil se fait désirer. Le bord de fleuve se remplit d'enfants qui se délassent, s'éclaboussent et font des saltos. Un air de légèreté flotte sur le quartier. L'approche de la rupture du jeûne amène le sourire.
En Afrique, les plats consommés après la rupture du jeûne sont très différents selon les régions. Les seuls points communs concernent le respect de la tradition prophétique musulmane, on rompt le jeûne comme Muhammad le rompait, avec une date et du lait ou encore de la tisane. Pour le reste, c'est la tradition et la culture de chaque pays qui entrent en jeu.
A 18h45, tout le monde est de retour chez eux et fin prêt dans la cour : au moment de rompre le jeûne, c'est l'un des moments les plus conviviaux ou tout le monde se réunit en attendant l'appel de la mosquée afin de passer à la rupture.
Il est enfin l'heure, tout le monde s'empresse, commençant par manger des dattes, puis à boire du « kinkéliba » chaud (une plante consommée en tisane, pleine de vertus). Elle facilite la digestion et est conseillée aux personnes qui font le jeûne.
Les plats de résistance au Mali durant le Ramadan sont très salés et épicés et sont réalisés à base de riz, accompagnés généralement de sauce à la viande, le woudjila (plat typiquement sonrhaï du nord du mali faite de farine et sauce à base de tomates), le yassa (sauce à base d'oignons), mafé (sauce de pâte d'arachide)...
Chaque journée est rythmée par 5 supplications : à l'aube, au moment où le soleil atteint son zénith. Pendant l'après-midi, au coucher du soleil. Et enfin celle de la nuit.
Certains prient chez eux, d'autres préfèrent la mosquée (prier en groupe étant recommandé dans la tradition). Pendant le Ramadan, hommes et femmes sont invités à se rendre dans ce lieu de culte tous les soirs : l'intégralité du Coran est lue en l'espace d'un mois.
Certes ce mois de jeûne n'aura pas la même saveur pour les musulmans maliens : entre confinement strict, crise économique et soutien aux plus démunis, le couvre-feu et certaines interdictions, décrétés pour lutter contre la propagation du coronavirus ; il reste tout de même un mois spirituel, de bénédiction, de partage, de convivialité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.