Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La profondeur de l'écriture et l'observation du monde.
Publié dans Albayane le 28 - 04 - 2021


Par Noureddine Mhakkak
Dominique Gaucher est née en 1955 à Montréal. Sociologue, elle a travaillé pendant trente-cinq ans dans la fonction publique québécoise. Lauréate en 1995 des Prix Piché-Le Sortilège du Festival international de poésie de Trois-Rivières et Premier prix de prose de la Société littéraire de Laval, elle est l'auteure de cinq livres de poésie publiés aux Ecrits des Forges : Poèmes du lendemain – quatre – (collectif), Solos, en 1999, Trajets, passages et autres déménagements d'atomes (2010), Avant de renoncer, en 2016 et L'inverse de la lumière (2020). Elle a dirigé la revue Brèves littéraires en 2006-2007 et publié une chronique régulière dans l'Unique, le bulletin de l'Union des écrivains québécois, pendant quatre ans. Elle a tenu une chronique à l'émission Le pays des livres durant deux saisons et participé à la préparation de The Echoing Years. An Anthology of Poetry from Canada & Ireland, publiée en 2007 en Irlande. Quelques-uns de ses poèmes apparaissent dans How the Light Gets in... Anthology of Poetry from Canada, aussi en Irlande, ainsi que dans d'autres anthologies, notamment en France, et en traduction en Angleterre, à Taïwan et en Allemagne. Elle est coordonnatrice du Centre québécois du P.E.N. international.
Ecrivaine. Réviseure linguistique ⁄ correctrice d'épreuves pigiste. Coordonnatrice du Centre québécois du p.e.n. international.
* *
Que représentent les arts et les lettres pour vous ?
Une bouffée d'oxygène... et une atmosphère qui me baigne depuis toujours. Mon père était artiste visuel et ma mère, professeure de lettres. J'ai grandi entourée de livres d'art et de littérature. Enfant, je dérobais des livres pour adultes dans la bibliothèque de ma mère, que je lisais en cachette. J'ai des œuvres exposées partout dans la maison.
Que représente l'écriture/la lecture pour vous ?
L'écriture est un besoin. J'écris sur ce qui m'importe, que ce soit sur le plan personnel ou social. J'ai commencé à écrire jeune, parce que j'étais malheureuse et que je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Je me semais des cailloux de Petit Poucet pour trouver plus tard l'origine de mes problèmes : en grande partie, ma mère. Mes textes d'adolescence m'ont été utiles en thérapie, et j'en ai fait un livre, Solos. Mon dernier livre, L'inverse de la lumière, porte aussi sur elle, de même qu'un récit en attente de publication.
Je lis beaucoup, surtout des romans. Beaucoup de littérature québécoise, mais aussi des romans français et des traductions. Je suis sensible aux climats froids (il me faut mes romans d'hiver en plein été) ... et, comme beaucoup d'autres, je dévore les polars nordiques.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Je voyageais à travers le monde pour mon travail et j'ai écrit sur ce que j'observais autour de moi, notamment les changements affectant l'Europe de l'Est après la chute du Mur. Vienne est ma ville préférée, surtout le centre, avec ses édifices aux façades si travaillées et sa propreté maniaque. J'ai aimé aussi les collines de Kiev, les rues ombragées de Sofia et la beauté de la Roumanie, qui m'ont toutes inspirées. J'ai été étonnée par Port-au-Prince et par Hong Kong. C'est l'objet de mon livre Trajets, passages et autres déménagements d'atomes. J'ai aussi passé un mois à Rabat en 2015, chez une amie, et j'ai un peu visité la ville, où j'ai fait une lecture de poésie à l'organisme Rabat Accueil.
Que représente la beauté pour vous ?
Je crois que je vois de la beauté dans la simplicité, surtout dans l'écriture. Je n'aime pas les formules ampoulées, bien que mon écriture soit parfois complexe. Mes poèmes sont souvent courts et cherchent à aller à l'essentiel. Mais la beauté, c'est aussi la couleur et la magnificence de la nature et je vis entourée de jardins et de couleurs.
5- Parlez-nous des livres /films que vous avez déjà lus/vus et qui ont marqué vos pensées.
Ma poétesse préférée est la Luxembourgeoise Anise Koltz, qui a une plume incisive, dans des poèmes très brefs et percutants. J'ai été marquée jeune par le poète québécois Hector de Saint-Denys Garneau, dont la poésie simple m'a touchée au cœur. J'ai lu, comme bien d'autres, Lettres à un jeune poète, de Rainer Maria Rilke, qui a contribué à façonner mon écriture. Récemment, le roman Le bûcher de György Dragomán, un Hongrois de Roumanie, m'a transportée par son contenu et son écriture. Ouvrir son cœur de la Québécoise Alexie Morin est aussi une lecture récente qui m'a marquée parce qu'elle faisait remonter des souvenirs. Enfant, le roman jeunesse Pimprenelle et Mafouinette de Marcelle Vigneron-Vérité, publié en 1934 m'avait profondément remuée parce qu'il touchait à une certaine dualité en moi. Dans la vingtaine, le Journal d'Anaïs Nin m'a captivée, parce qu'il reflétait l'émancipation des femmes et l'époque troublante de libération sexuelle dans laquelle nous vivions alors.
Parlez-nous de vos projets culturels/artistiques à venir.
J'ai écrit un récit sur ma vie avec ma mère pour lequel j'attends une réponse d'un éditeur. Il me semblait important de dire qu'on peut se sortir d'expériences difficiles. Je suis en train d'écrire un autre récit, sur une relation amoureuse très complexe. J'ai aussi trois recueils de poésie en chantier, dont l'un est constitué de portraits.
Haut du formulaire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.