Résolution du Parlement européen: Les pays Arabes font front commun autour du Maroc    Algérie: Une APN qui n'a rien de populaire    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    Covid-19 au Maroc: 270 nouveaux cas et 168 guérisons    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Vers la création d'une task-force dédiée à l'économie bleue ?    Pour un meilleur accueil des MRE: Prix raisonnables et nombre de rotations suffisant    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Le Roi Mohammed VI intervient pour faciliter l'arrivée des MRE    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    MRE: le Roi exhorte la RAM et les opérateurs de tourisme à pratiquer des prix raisonnables    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Province de Jerada : Remise de matériel agricole pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Oriental Le développement des zones frontalières, priorité pour l'Istiqlal    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Migrations : le Maroc, un allié précieux pour l'Europe, dit le vice-président de la Chambre italienne des députés    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Les atouts du Maroc en tant que destination golfique de premier choix mis en avant en Pologne    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fatima Tabaamrant : la voix engagée !
Publié dans Albayane le 11 - 05 - 2021

Elle est poétesse, chanteuse, danseuse, interprète, compositrice et défenseuse acharnée de la culture amazighe. Fatima Tabaamrant a incarné le modèle d'une artiste amazighe autodidacte et engagée. De son vrai nom, Fatima Chahou est née en 1962 à Id Salm, dans la région du Souss, au milieu des montagnes de l'anti-Atlas. Une enfance difficile. Orpheline de mère à l'âge de trois ans. Un mariage forcé à l'âge de 15 ans. L'artiste a trouvé dans la poésie son échappatoire.
Très jeune déjà, elle s'est mise à écrire ses premiers textes, à l'âge de 14 ans. Il fallait attendre l'année 1983 pour que la chanteuse fasse ses débuts sur la scène artistique amazighe en entamant une carrière artistique prometteuse aux côtés de l'artiste Raiss Jamaâ El Hamid, et par la suite avec les troupes de musique comme celles des Rwayes Said Achtouk et Moulay Mohamed Belfkih. A la fin 1985, sa vie artistique connaitra un véritable changement, notamment avec l'enregistrement de son premier album où elle avait interprété ses propres poèmes avant de se lancer une nouvelle aventure musicale en créant sa propre formation musicale, et ce en 1990. Tabaamrant, depuis les débuts de sa carrière, a développé une passion pour le verbe et la poésie avec plus de 160 poèmes à son actif.
Elle écrivait ses textes avant de les chanter. «Je n'ai jamais chanté une chance sans l'avoir écrite. J'écrivais toutes mes chansons, sauf une seule de mon premier album sorti en 1985», a-t-elle confie. Dans les nouvelles chansons de l'album, en l'occurrence «Adur Talat» «Atbir amzigh», la chanteuse fait appel à l'amour de la vie et à la vénération des valeurs humaines et celle de la société. Une militante acharnée des droits et des arts amazighs, la chanteuse n'a ménagé aucun effort pour défendre sa culture et son identité par le biais de l'écriture poétique et de la musique. En 1991, l'artiste a défendu l'enseignement de la langue amazighe aux enfants des marocains d'ici et d'ailleurs.
Pour Tabaamrant, la musique amazighe n'est pas uniquement une simple passion, mais aussi un héritage à préserver. Notamment contre l'ennemi de tous les temps : le piratage. «Qu'il s'agisse de compositeurs, poètes ou de chanteurs, il y a un phénomène dangereux qui ne date pas d'aujourd'hui : le piratage sous toutes ses formes : électronique ou des marchés. J'espère que tous les artistes font face à cette vague permanente du piratage.», exhorte-t-elle. A cela s'ajoute l'entrave de l'archivage de la chanson amazighe. «Aujourd'hui, il y a un problème qui touche également tous les artistes, à savoir que les producteurs sont en faillite et qu'ils exercent d'autres métiers. Personnellement, j'ai sauvegardé tout mon héritage.
Il y a un problème d'archivage de la musique amazighe, délaissée à son sort.», déplore-t-elle. La diffusion reste un des problèmes auxquels fait face la chanson amazighe. «Je souffre encore du problème de diffusion, et ce depuis des années.», conclut-elle. Pour la chanteuse, l'art est un message qui reste après la mort physique de son créateur ; aussi est-il, selon elle, une boussole pour chaque société, et une bougie qui illumine les voies de nombre de gens dans la vie. Fatima Tabaamrant a interprété ses fameux titres dont «Izd Atiwizi Tamazight», «Allah Achahwa Tghlit», «Tirra n yils», «Rwaht Awdi », «Tayri Nnoun A Yamarg», «Afrak», «Ighab L'ghaib», «Isgharn Dwamane», et bien d'autres sur les différentes scènes au Maroc et à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.