Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Elections : La HACA prépare son dispositif pour les prochaines échéances    Biden supprime le tweet montrant une carte du Maroc sans le Sahara    Al Hoceima : Appel à projets du programme Madaëf Eco6    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Liban : Macron fait la quête    Tokyo 2020 : Elaine Thompson (Jamaïque) 100 m féminin : 10 s 61 à 0,62 s du record mondial    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Les mosquées de la préfecture de Skhirat-Témara ferment pour la prière d'Al icha    Compteur Coronavirus :Le Maroc franchit le cap des 10.000 nouveaux cas en 24 heures    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    L'ONU demande la fin immédiate des "violations alarmantes" en République centrafricaine    Agro-alimentaire : bonnes performances des exportations en 2021    Du pétrole à Inezgrane : les précisions de l'ONHYM    L'Espagne rejoint le Brésil en finale messieurs    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Vaccination anti-Covid : inauguration du premier vaccinodrome à la pointe de la technologie (Reportage)    La société civile se mobilise contre le travail des enfants    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Botola: Walid Regragui proche du Wydad, pour succéder à Benzarti    Bonnes performances pour les ventes de voitures à fin juillet    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Fête du Trône: SM le Roi reçoit un message de félicitations du président du Conseil présidentiel libyen    Micro-crédit. Les nouvelles dispositions légales entrent en vigueur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 4 août 2021 à 16H00    Covid-19: la Chine restreint les déplacements à l'étranger pour ses ressortissants    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Edito : XXIème    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022
Publié dans Albayane le 21 - 06 - 2021

Les élections régionale en France
La mauvaise performance aux élections régionales dimanche en France des partis du président Emmanuel Macron et de la figure de l'extrême droite, Marine Le Pen, interroge le scénario de leur affrontement au second tour de la présidentielle de 2022, mais toute extrapolation est rendue hasardeuse par l'abstension écrasante.
Depuis la présidentielle de 2017 quand Emmanuel Macron avait accédé au pouvoir en siphonnant droite et gauche par le centre et en battant Marine Le Pen au second tour, observateurs et sondages estiment qu'une réédition est possible en 2022, tant les partis historiques semblent englués dans les contradictions et luttes de personne.
Mais le premier tour des élections régionales et départementales dimanche a esquissé un autre panorama.
« Le retour en force du clivage droite-gauche » analysait le journal de droite Le Figaro, au lendemain de ce vote marqué par la très bonne performance de la droite (Les Républicains) et de la gauche (Parti socialiste) traditionnels, qui ont bénéficié à plein de la prime aux élus sortants.
« Comme aux municipales (de 2020), l'ancien monde montre qu'il est toujours là », remarque le politologue Bruno Cautrès. A droite comme à gauche, on veut espérer que cette performance a du sens en vue de 2022.
Xavier Bertrand, le candidat des Républicains dans les Hauts-de-France (Nord), qui est déjà candidat à l'élection présidentielle, s'est lui réjoui d'avoir « brisé les mâchoires » du Rassemblement national, le parti de Mme Le Pen.
« Pour la première fois depuis quatre ans où on nous explique que nous sommes condamnés à un duel de second tour entre M. Macron, et Mme Le Pen, (…) le résultat montre exactement l'inverse », estimait dimanche soir le dirigeant des Socialistes Olivier Faure.
« Ne tirons pas de conclusions hâtives sur les élections présidentielles », a mis en garde lundi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur France 2. « A 70% d'abstention, tout peut arriver au second tour » dimanche prochain.
De fait, la principale certitude de ce premier tour d'élection est celle de l'insondable désintérêt des quelques 48 millions d'électeurs, comme en atteste une abstention historique de près de 70%.
« Je ne veux pas être dans une forme d'euphorie qui serait prématurée et hors de propos au beau milieu d'une crise démocratique », a estimé M. Faure lundi matin.
Avec une telle abstention, « il n'est pas évident » que le résultat « corresponde à une réalité du pays. C'est la part la plus légitimiste de l'électorat français, très souvent un électorat plus âgé », qui s'est déplacée, juge ainsi Stéphane Zumsteeg, expert électoral chez Ipsos.
« Certains parlent d'un tour de chauffe à dix mois de la présidentielle. On se réveille plutôt avec l'impression que le moteur de notre démocratie tourne à vide », estime le journal catholique La Croix dans son éditorial « un peuple d'abstentionnistes ».
« Ce sont des élections marquées par la sortie de la pandemie, par une indifférence pour les enjeux specifiques de cette élection, que les Francais ont du mal à discerner, et par le fait que pour eux, le vrai rendez-vous, ce n'était pas ce dimanche, c'est la présidentielle dans 11 mois », analysait le politologue Brice Teinturier sur la radio France Inter.
Il n'empêche que sur le fond, l'addition est salée pour le parti présidentiel d'Emmanuel Macron, La République en marche (LREM) et le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, deux formations sans fiefs.
LREM, jeune parti créé pour permettre l'accession d'Emmanuel Macron au pouvoir en 2017, visait 15% des voix mais a plafonné à environ 10 ou 11% et les ministres candidats ont dans l'ensemble échoué.
« Bien sûr qu'on a des déceptions » a reconnu le patron du parti, Stanislas Guerini, sur RTL.
« Nos électeurs ne se sont pas déplacés », a déploré lundi matin Jordan Bardella (RN) sur BFM-TV, accusant les dirigeants successifs du pays d'avoir « dégoûté les gens de la politique ». Le RN, que les sondages annonçaient en tête dans plusieurs régions, perd neuf points par rapport à 2015.
En prévision du second tour, les tractations étaient intenses, notamment en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Sud), la seule région où le RN est arrivé en tête et où la tête de liste de gauche Jean-Laurent Felizia n'entend pas se retirer au profit de la droite en dépit de la menace d'exclusion des appareils parisiens qui veulent faire barrage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.