Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Le gouvernement espagnol saisit le parquet après une manifestation raciste    Conseil national du PJD : les islamistes entre le déni et le refus de toute autocritique    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    CIH Bank: forte hausse des bénéfices semestriels    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Olives noires : Le Maroc augmente ses exportations et détrône l'Espagne    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    Afghanistan / Téhéran : la présence de Daech constitue un danger    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce dimanche 19 septembre    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Meeting de Kip Keino d'athlétisme: Soufiane El Bakkali remporte le 3.000m steeple    Coupe de la CAF : Les FAR se qualifient au 2ème tour    Botola Pro D1 / DHJ-HUSA (2-1) : Démarrage sur les chapeaux de roue !    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sport national: Des performances en dents de scie
Publié dans Albayane le 29 - 07 - 2021

La saison sportive 2020-2021 au Maroc a soufflé le chaud et le froid. Des résultats positifs et d'autres qui le sont un peu moins ont été enregistrés, ici et là, dans plusieurs disciplines notamment à l'échelon international. La Fête du Trône de cette année constitue une autre occasion pour faire le bilan sportif national qui reste positif dans l'ensemble avec plusieurs performances réalisées sous les menaces de la pandémie de Corona Virus qui sévit toujours dans le monde entier.
Comme l'a été pour toujours, le sport national a assuré sa présence dans différents rendez-vous internationaux. Le drapeau du Maroc a flotté sur le toit de l'Afrique avec plusieurs succès notamment dans les compétitions de football alors que dans le rendez-vous olympique, il n'arrive toujours pas à émerger du lot. Les Jeux Olympiques qui se déroulent actuellement au Japon n'ont encore rien apporté au Maroc, en attendant de pouvoir sauver la face, si c'est possible, lors des dernières journées.
Grandes déceptions des athlètes marocains aux JO de Tokyo
En effet, le Maroc participe aux JO de Tokyo organisés entre le 23 juillet et le 8 août 2021 avec une délégation composée de 48 athlètes (32 hommes et 16 femmes). Les représentants du Maroc sont engagés dans 18 disciplines dont l'athlétisme, l'aviron, la boxe, le canoë-kayak, le cyclisme sur route, l'escrime, l'haltérophilie, le golf, le judo, le karaté, la lutte, la natation, l'équitation, le surf, le taekwondo, le tir, le triathlon et le beach-volley.
C'est un grand honneur pour le Maroc d'être représenté dans de telles disciplines qui restent des spécialités des pays les plus développés dans le domaine du sport comme le canoë-kayak ou le surf... Ce qui montre que le Maroc fait beaucoup pour préparer des athlètes ayant le mérite de se mesurer aux grands sportifs olympiques même si les résultats nous font encore défaut.
En contrepartie, le Maroc continue de briller par son absence dans le sport le plus populaire du monde à savoir le football où l'équipe nationale est absente aux JO de Tokyo pour la seconde fois consécutive après les JO de Rio en 2016. La dernière participation de l'équipe nationale olympique était aux JO 2012 de Londres mais sans résultats escomptés avec une élimination précoce dès le premier tour comme d'ailleurs lors de tous les JO ayant connu la présence du Maroc.
L'absence de nos footballeurs comme d'ailleurs dans d'autres sports d'équipes dont le handball, le basketball... a directement diminué le nombre des sportifs marocains présents à ces JO de Tokyo.
Sur le plan des résultats, rien à signaler depuis le commencement déjà très mal. Cela si on ne veut pas dire qu'il s'agit de grandes déceptions, car un grand nombre d'athlètes marocains, particulièrement dans les sports de combat (boxe, judo, taekwondo, karaté) ont connu une élimination précoce, tout comme d'ailleurs dans les disciplines qui se sont suivies. Rien que pour la boxe qui nous a souvent offert des médailles même de bronze à quatre reprises des précédents JO, cette fois tous les pugilistes marocains ont jeté l'éponge dès le premier tour.
Il ne reste ainsi qu'un seul espoir pour que le Maroc puisse avoir une place sur le podium. L'espoir relève de l'athlétisme qui reste, comme d'habitude, le premier sport olympique ayant offert au Maroc le plus grand nombre de médailles à travers l'histoire des JO. A Tokyo, le Maroc compte beaucoup sur Soufiane El Bakkali qui garde ses chances de remporter une médaille quitte même de bronze, sur l'épreuve du 3000 M steeples, sachant bien que sa mission serait encore difficile face à une concurrence qui s'annonce des plus acharnées des athlètes kenyans, spécialistes en la matière et qui se sont bien préparés pour faire le plein sur le podium.
Et, un malheur ne vient jamais seul comme dit l'adage. L'athlétisme sur lequel le sport national compte toujours vient d'être entaché par un cas de dopage en la personne de l'athlète marocain, Zouhair Talbi, qui a été interdit de prendre part à ces JO de Tokyo. Zouhair Talbi qui devrait tenter ses chances aux épreuves du demi-fond, fait partie d'une liste d'une vingtaine d'athlètes ayant été interdits de participer aux JO pour avoir échoué à satisfaire aux standards des contrôles antidopage hors compétition, selon l'Unité d'intégrité de l'athlétisme. Zouhair Talbi qui n'a pu décrocher sa qualification pour Tokyo que deux mois avant le début de la compétition, a tout simplement payé cash les frais de la gestion hasardeuse de la fédération royale marocaine d'athlétisme qui ne lui ait passé qu'un seul test antidopage et qui reste insuffisant pour satisfaire les instances olympiques responsables en la matière.
Espérons que les choses s'arrêtent ici et quoi qu'il en soit pour le sport national dont l'athlétisme qui est aujourd'hui au creux de la vague, le Maroc restera un des pays ayant toujours inscrit son nom sur la liste des présents aux Olympiades à travers l'histoire même si les résultats sont souvent absents. L'essentiel est de participer avec l'espoir de réaliser quelques performances à défaut de gagner des médailles. Le bilan de la participation marocaine viendra par la suite dans l'espoir de corriger les erreurs afin de se racheter aux Olympiades des éditions à venir. Cela, mêle si une grande partie des Marocains parlent de la nécessité de faire une table rase de pratiquement toutes les fédérations et dès maintenant. Le Comité national olympique marocain reste le premier concerné par les réformes du sport national en entreprenant une analyse sérieuse mais aussi profonde et globale... en perspective de relancer les choses et repartir sur des bases solides avec l'implication des véritables compétences afin d'appliquer la définition stipulant l'homme qu'il faut à la place qu'il faut.
D'autres sports toujours absents aux JO dont le basketball et le handball sont également concernés par le changement. Qualifiées cette saison aux compétitions internationales, nos équipes nationales n'ont tout simplement rien réussi de spécial. Le hand marocain était présent à la récente coupe du monde, mais comme à son accoutumée, il s'est contenté à la simple participation au premier tour. Même chose pour le basketball mais seulement au niveau africain où l'équipe nationale restait loin d'honorer sa mission au rendez-vous de l'Afrobasket.
Le football marocain sauve l'honneur
A l'inverse des sports olympiques dont le football qui vient de briller par son absence pour la seconde fois consécutive, à Tokyo après Rio, certaines équipes nationales ont honoré leur mission dans les rendez-vous africains. Les Lions de l'Atlas qui sont toujours en course après une qualification en Coupe d'Afrique (CAN 2021) tout en cherchant l'autre qualification en Coupe du Monde 2022, n'arrivent toujours pas à convaincre avec notamment un bilan mi-figue, mi-raisin. Entre victoires des plus difficiles, prestations insipides et système de jeu encore en rodage, nos Lions sont appelés à se ressaisir et à se manifester, droit au but, en compagnie de leur entraineur, Vahid Halilhodzic, dont l'ère reste pour le moment contrastée.
Et contrairement à nos Lions qui sont toujours à leur second sacre africain en CAN et qui n'a que duré pour fort longtemps, datant de plus de 45 ans depuis le premier titre réalisé en 1976, l'autre équipe nationale des joueurs locaux a fait mieux. En moins de 3 ans, la sélection nationale a remporté deux titres du championnat d'Afrique des joueurs locaux (le CHAN 2021 au Cameroun avec l'entraineur Lhoucine Ammouta après le CHAN 2018 à Casablanca avec l'entraineur Jamal Sellami).
Une autre équipe nationale a également brillé avec deux scares africains. Il s'agit de la sélection du football en salle qui venait de remporter la CAN 2020 de futsal au début de cette année à Laâyoune confirmant ainsi son premier titre réussi en 2016 en Afrique du sud, toujours en compagnie du même coach national, Hicham Dguig. L'équipe nationale participera ainsi pour la seconde fois au prochain mondial de futsal programmé en Lituanie et cherchera de représenter dignement le Maroc.
Encore une autre équipe nationale de football est à saluer, celle de la sélection féminine qui se prépare pour les prochains rendez-vous internationaux. Pour ce, nos Lionnes de l'Atlas venaient de battre, doublement en amicales, deux des meilleures sélections africaines, celles du Mali (3-2, 3-0) et du Ghana (2-0, 3-1).
Au niveau des clubs, un autre titre africain s'est ajouté pour enrichir le palmarès du football national dans le Continent. Il s'agit de la Coupe de la CAF remportée par le Raja de Casablanca qui venait ainsi de confirmer son statut de club marocain le plus titré à l'échelon africain. Le Raja qui compte dans son palmarès 9 titres sur les 20 coupes africaines remportés par d'autres clubs marocains, brigue un autre titre international et d'une grande importance. Le club des Verts se prépare toujours pour la finale de la Coupe arabe des clubs champions Mohammed VI, prévue le 21 août prochain à Rabat. Ce qui constitue une grande chance pour que le Raja réussisse sa prochaine mission même si l'adversaire saoudien d'Al Ittihad reste un gros morceau à maîtriser.
Aussi, le Raja aura également une autre opportunité pour renforcer son parcours avec un autre titre sur le plan continental en disputant, cette année, la finale de la Super-coupe d'Afrique contre Al Ahly d'Egypte vainqueur de la Ligue des Champions. Ce qui sera de nature à inscrire davantage le nom du football marocain sur la liste des vainqueurs des trophées aussi africains qu'arabes.
En attendant, le Raja qui a offert le titre africain de la CAF pour la seconde fois successive après le sacre de la RS Berkane, la saison précédente, et pour la 3e fois en 4 ans quand les Verts l'ont gagné en 2018, reste ainsi le seul club marocain ayant remporté un titre continental en cette année de 2021.
Le club voisin, le Wydad, aurait pu ainsi sans son élimination surprenante en demi-finale de la Ligue des Champions par le club sud-africain de Kaiser Chiefs. Le WAC a ainsi raté une occasion en or puisque la finale s'est à jouée à Casablanca où les Sud-Africains allaient être dominés par les Egyptiens d'Al Ahly sur le score sans appel de (3-0).
Et si le WAC a raté le coche, le Raja a sauvé la mise, encore une fois, grâce à son ancien joueur international, Badr Banoun, devenu sociétaire d'Al Ahly depuis le début de cette saison, et qui venait ainsi d'embrasser ladite coupe de la Champion's League avec les Pharaons, trophée qu'il n'avait jamais eu l'occasion de le gagner en compagnie de son club rajaoui d'adoption.
Voilà en gros pour les résultats et les performances du sport national qui a soufflé et le froid en cette année, en attendant de faire mieux pour le football et de faire l'essentiel dans les autres disciplines…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.