Le FMI s'attend à ce que la reprise post-Covid au Maroc se renforce    Coupe de la CAF/2e tour préliminaire « retour » : La RSB pour confirmer, les FAR pour se surpasser !    Dimanche prochain à 19h45, l'autre classico, l'OM reçoit le PSG    Coupe du Monde Féminine U-20 : Le Maroc affronte la Gambie et non le Sénégal !    Compteur coronavirus : 499 nouveaux cas positifs, 5 décès enregistrés en 24H    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Kénitra : deux arrestations pour trafic illicite de substances psychotropes    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Maroc : une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 est probable    Bonnes feuilles : «France-Algérie les passions douloureuses» de Benjamin Stora    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Casablanca : Pour kidnapping, séquestration et viol, un duo écope de 10 ans de prison chacun    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Ali Bensaad : «Le discrédit du régime algérien, qui se désagrège, est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays. Il est l'homme malade du Maghreb»    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    PIB : le PLF 2022 prévoit une croissance de 3,2%    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'étau se resserre autour du chef des conservateurs
Publié dans Albayane le 28 - 09 - 2021

Le parti conservateur d'Angela Merkel s'enfonce dans la crise avec des appels à la démission de son président Armin Laschet après la débâcle des législatives, compliquant un peu plus ses efforts pour revendiquer la formation du futur gouvernement.
Chef de file de chrétiens-démocrates tombés à leur plus bas historique, avec pour la première fois depuis 1949 un score inférieur à 30%, M. Laschet ne veut pas pour autant s'avouer vaincu et renoncer à succéder à Angela Merkel à la chancellerie.
« Nous sommes prêts à engager une négociation pour bâtir une coalition » avec les Verts et les libéraux du FDP, respectivement troisième et quatrième du scrutin, a lancé l'impopulaire candidat.
L'ancien journaliste devenu président de la région la plus peuplée d'Allemagne sait que sa carrière serait sans doute plombée s'il reconnaissait la défaite.
Celui qui a la réputation de toujours retomber sur ses pieds pense en outre pouvoir rafler la mise si les sociaux-démocrates, arrivés légèrement en tête dimanche, échouent à s'entendre avec les écologistes et surtout les libéraux, un parti de droite au programme très éloigné du leur.
Mais Armin Laschet voit depuis dimanche ses troupes se retourner contre lui.
« Qui peut faire comprendre à Armin Laschet que c'est fini ? La nonchalance avec laquelle il tente de dissimuler son échec politique est inquiétante », résume mardi le quotidien Süddeutsche Zeitung.
La première réunion du groupe conservateur au Bundestag mardi après-midi risque fort de se transformer en tribunal contre le candidat qui incarne l'érosion d'un bloc en baisse de 9 points depuis le précédent scrutin de 2017. Score déjà considéré à l'époque comme décevant.
C'est le ministre-président de la Saxe, Michael Kretschmer, qui a ouvert les hostilités: « les électeurs nous ont clairement dit +la CDU n'est pas notre premier choix+. Faire comme si de rien était va nous conduire à la ruine », a prévenu le dirigent de ce Land d'ex-RDA, battu dimanche par l'extrême droite.
« Je ne pense pas que nous puissions avoir la prétention de diriger le prochain gouvernement », a renchéri un autre baron du parti, Norbert Röttgen.
« Nous avons perdu. Point final », lui a fait écho le chef des jeunes de la CDU, Thilman Kuban.
Face à ce vent de fronde, M. Laschet a dû donner des gages, en admettant que la CDU, un des plus vieux partis européens, au pouvoir depuis 16 ans, avait « besoin de renouveau » à tous les étages.
Son discours sur la future coalition a aussi légèrement évolué, M. Laschet se cantonnant désormais à dire qu' »aucun parti n'a de mandat clair pour former un gouvernement », pas plus la CDU que le SPD.
Mais ces bémols n'ont pas suffi à faire redescendre la pression autour de M. Laschet. Au contraire.
Même un des principaux soutiens de M. Laschet au sein du parti, l'expérimenté patron de la Hesse, Volker Bouffier, a lâché son poulain en reconnaissant que l'union conservatrice ne pouvait avoir « aucune prétention à la responsabilité du gouvernement ».
Un autre dirigeant régional proche de M. Laschet, Daniel Günther, a lui aussi pris ses distances avec un candidat gaffeur qui n'aura pas été un « atout » durant la campagne.
Des députés de base ont eux carrément réclamé la démission de M. Laschet, auteur d'une campagne ratée malgré l'implication dans la dernière ligne droite de Mme Merkel.
« J'aurais aimé une prise de conscience. Vous avez perdu, faites preuve de discernement, évitez d'autres dommages à la CDU et démissionnez », l'a enjoint la jeune députée de Rhénanie-Palatinat, Ellen Demuth.
L'opinion publique allemande semble elle avoir tranché, sans ambiguïté. Quelque 58% des citoyens pensent ainsi que la CDU-CSU n'a pas la « légitimité » pour former le prochain gouvernement, selon un sondage INsa pour Bild.
Laschet semble cristalliser sur sa personne tous les doutes et mécontentements: 51% veulent qu'Armin Laschet démissionne de la tête du parti moins d'un an après son élection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.