Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une récupération difficile de la crise Covid
Publié dans Albayane le 05 - 01 - 2022

Le PCNS clôture la 10e édition de la conférence internationale de haut niveau
Le Policy Center for the New South (PCNS) a clôturé la 10e édition de la conférence internationale de haut niveau, Atlantic Dialogues (AD), organisée cette année sous le thème « l'Atlantique élargi en récupération difficile de la crise Covid ».
S'étalant sur une période allant du 1er novembre au 22 décembre, la conférence s'est déroulée en 21 sessions, sous forme de webinaires accessibles en ligne sur les pages Facebook, Youtube et Atlantic Dialogues du policy center, a indiqué, mardi, un communiqué du PCNS.
Les AD se sont intéressés à la crise du Covid-19 et ses effets sur « l'Atlantique élargi », couvrant les aspects économique et géopolitique, ainsi que l'éducation et le développement, a fait savoir la même source, notant que les deux derniers panels des AD 2021 ont été réservés aux relations entre l'Afrique et le monde arabe, ainsi qu'à la situation en Amérique latine, en présence de trois anciens chefs d'Etat. L'avant-dernier panel, modéré par le Senior Fellow du PCNS, Abdelhak Bassou, a rappelé le lien que représente l'Islam, le rayonnement des universités arabes (dont Al Ahzar), et le rôle joué par l'Egypte dans le soutien aux Indépendances africaines dans les années 1960.
Ainsi, le directeur de recherche chez Trends Research & Advisory, Fattouh Haikal a souligné que « la relation manque de force aujourd'hui en raison de tensions, comme entre la Mauritanie et le Sénégal, et de questions frontalières, du déclin de l'intérêt du monde arabe envers les questions africaines, et d'idées préconçues qui induisent une mauvaise image », a indiqué le communiqué.
De ce point de vue, le Maroc montre qu'il en va autrement, en raison de son intérêt marqué pour l'Afrique, a rappelé, le chercheur non-résident au Malcolm H. Kerr Carnegie Middle East Center (Beyrouth), Hamza Meddeb. Cet expert s'est intéressé au lien spécifique entre les pays d'Afrique du Nord et du Sahel, et du « vide stratégique laissé par l'effondrement du régime du colonel Kaddhafi en Libye ». L'expansion des groupes terroristes dans les pays du Sahel tient aussi à la faiblesse des Etats et leur incapacité à contrôler leurs territoires, a-t-ajouté. L'ancien ministre égyptien des Affaires étrangères et ancien Secrétaire général de la Ligue arabe, Amre Moussa, a estimé que le « mot +relations+ doit être remplacé par +liens+ et +attaches+, plus forts et séculaires entre l'Afrique et le monde arabe. Nasser et l'Egypte ont donné un fort élan à cette idée d'un destin commun, et je crois en ce que Mobutu a déclaré à l'Assemblée générale des Nations Unies en parlant des pressions subies dans sa relation avec Israël: « On m'a demandé de choisir entre mon frère ou mon ami. J'ai choisi mon frère » ». Amre Moussa a également mis en avant le manque de cohésion des pays arabes, ainsi que la nécessité de « renouveler et rajeunir le système des Nations Unies, tout comme celui de l'Union africaine ».
S'agissant du dernier panel, qui s'est intéressé au nouveau défi pour l'Amérique latine avec les variants de la Covid-19, le communiqué rapporte que l'Amérique latine était, au début de la pandémie, en proie à des crises politiques et des tendances divergentes en fonction des pays – avec des gouvernements de droite et de gauche.
« Pas moins de 20 % de la population mondiale affectée par la Covid-19 est latino-américaine, et 30 % des décès enregistrés causés se sont produits en Amérique latine », a rappelé, dans ce sens, l'ancien président de l'Equateur, Jamil Mahuad. « Clairement, nous n'avons pas su gérer la crise, qui nous a laissés plus pauvres, plus inégaux et plus vulnérables. Nous avons besoin d'un système de santé publique », a-t-il ajouté.
En outre, la montée du populisme et la répression de l'opposition au Nicaragua ont incité l'ancien président du Costa Rica, Miguel Angel Rodriguez, à affirmer que « la démocratie a perdu de son lustre, de même que l'Etat de droit, aussi bien dans le monde qu'en Amérique du Sud ». Pour sa part, l'ancien président de l'Argentine, Federico Ramon Puerta, s'est interrogé sur la prévalence d'un « seul modèle économique depuis la chute du mur de Berlin, un modèle capitaliste, libéral et orienté vers les privatisations ». Par ailleurs, le président du PCNS, Karim El Aynaoui, s'est réjoui, dans son mot de clôture, d'avoir « gardé vivante et réunie la communauté des AD, une communauté spéciale qui regroupe des pays du Sud global et des économies avancées », tout en remerciant les 90 panélistes qui ont participé à la conférence. Il s'est également félicité du « grand succès en ligne », avec 70 000 vues des 21 webinaires sur deux mois.
Le dialogue Nord-Sud porté par la conférence se fait aussi intergénérationnel, a-t-il rappelé, grâce à la présence dans les discussions de jeunes professionnels de toute la zone Atlantique, qui font partie des Atlantic Dialogues Emerging Leaders, sélectionnés lors des précédentes éditions pour suivre un programme sur mesure et participer à la conférence.
« Il y a une grande valeur à cet échange collectif. Une valeur centrale pour le Policy Center, mais aussi une valeur fondamentale du Maroc et de ce qu'il représente : un lieu où nous pouvons avoir un dialogue ouvert, avec de la tolérance et un respect mutuel, et mener une discussion basée sur les faits, la recherche et le travail empirique visant à améliorer les politiques publiques », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.