L'Iran proteste l'arraisonnement de ses navires et détourne deux pétroliers grecs    Ukraine: l'armée russe confirme la conquête de la localité clé de Lyman    Lions de l'Atlas : Noussair Mazraoui forfait contre les Etats Unis    Lors de son 8è congrès, l'Alliance de l'enseignement privé adopte le statut et du règlement intérieur    Congo-Cameroun. 347 km de fibres optiques    Une digitalisation « déshumanisée » n'atteindra jamais son objectif (Hassan Alaoui)    Transport/logistique: Abdeljalil souligne la nécessité d'asseoir une souveraineté nationale    Zimbabwe. L'inflation atteint des sommets    Vidéos. Un étudiant marocain, accusé d'avoir combattu pour l'Ukraine, risque la peine de mort    Inflation au Maroc: Fitch alerte sur la détérioration des finances publiques    Real Madrid vs Liverpool: Paris, capitale mondiale du foot le temps d'un duel de prestige    PSG : Achraf Hakimi était au courant pour la prolongation de Kylian Mbappé    Forfait, Riyad Mahrez s'offre des moments de détente à Marrakech    Maroc: la croissance prévue à 1,8% en 2022, selon la BAD    Hépatite d'origine inconnue chez les enfants : 650 cas probables dans le monde    Intégration des étudiants d'Ukraine. Les solutions du ministère    L'Union africaine souligne la responsabilité des pays d'accueil dans la protection des réfugiés    Le Marocain Aomar Boum cosigne le livre «Wartime North Africa : A Documentary History, 1934–1950»    Benslimane : Le 15e Festival national de zajal célèbre le «Zajal au féminin» du 3 au 5 juin    La 5ème édition des rencontres Internationales de Toumliline, du 31 mai au 2 juin    Sahara : Le Burkina Faso appuie le plan d'autonomie comme seule et unique solution    La HACA signe une convention de partenariat avec le régulateur des médias capverdien    Les ventes à l'export de Chery ont augmenté de janvier à avril 2022    Indice mondial de performance des ports à conteneurs : Tanger Med en 6è position    Marine Royale: 1,5 tonne de drogue saisie au large de Tanger    Revue de presse quotidienne de ce samedi 28 mai 2022    Sothema. Le chiffre d'affaires en hausse au premier trimestre 2022    UA : La solidarité agissante du roi Mohammed VI en Afrique, socle de l'engagement humanitaire du Maroc    Plus de 700 exposants de 55 pays, à l'occasion de la 27ème édition du SIEL    Chelsea annonce un « accord final et définitif » pour son rachat    Faouzi Lekjaa rend visite au Wydad    La revue de presse du samedi 28 mai    Maroc : interdiction d'une manifestation non autorisée contre la vie chère    Le secteur des assurances au Maroc appelé à relever plusieurs défis    Fusillade au Texas: la police sous le feu des critiques    Tottenham: Conte tranche pour son avenir    Météo au Maroc: les prévisions du samedi 28 mai    5 façons dont les partenariats de l'ONU favorisent la paix et le développement    Tests PCR : le Conseil de la Concurrence juge les marges des laboratoires "élevées"    Billets WAC-Al Ahly : « En ligne »...d'attente !    Nasser Bourita représente SM le Roi aux deux sommets extraordinaires de l'UA à Malabo    Le SIEL sera-t-il organisé en permanence à Rabat?    Casablanca : 1er championnat de lecture rapide et mind mapping en Afrique les 28 et 29 mai    L'ONU rend hommage à l'action des Casques bleus marocains déployés en RDC    «Yallah Rouh», nouveau single de Samira Saïd en dialecte marocain    Maintien de la paix: l'ONU exprime son « extrême reconnaissance » au Maroc    Patrimoine urbain : Appel au renforcement de l'arsenal juridique    Festival de Cannes 2022 : Sofia Saidi attire les regards sur le tapis rouge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !
Publié dans Albayane le 17 - 01 - 2022


Par Samia Boufous – MAP
Encore inconnus du grand public il y a quelques mois, les NFT, de l'acronyme « Non Fongible Tokens » ou ces titres de propriété numérique, uniques et non interchangeables, ne cessent de prendre de l'ampleur et viennent bousculer un monde de l'art souvent frileux vis-à-vis des avancées technologiques.
Si ces trois lettres sont devenues cultes dans le monde de l'art en 2021, c'est avant tout grâce à leur capacité de donner aux collectionneurs l'assurance de posséder un bien unique, soit une avancée cruciale pour les artistes numériques qui entrevoient aujourd'hui, et pour la première fois, un futur dans lequel gagner sa vie est concevable à travers la vente d'œuvres digitales, mais aussi leur revente.
D'ailleurs, leur apparition dans ce monde est même considérée comme une sorte de révolution dans la mesure où sur le marché de l'art traditionnel, les créateurs ne gagnaient souvent rien lorsque leurs œuvres étaient vendues et rachetées, alors que grâce aux NFT, ils peuvent désormais exiger de recevoir automatiquement un pourcentage du prix de revente, ce qui leur donne par ricochet plus de pouvoir, mais surtout plus d'assurance par rapport à leur créations.
Ce qu'il faut aussi savoir, c'est que la valeur de ce mode d'authentification numérique qui allie la créativité artistique à la technologie innovante de la blockchain est déterminée par une combinaison de traits plutôt arbitraires et objectifs, en d'autres termes, les modèles les plus rares sont généralement les plus recherchés et leur valeur peut aller de quelques milliers à des millions de dollars.
Approché par la MAP, Mehdi El Melyani, cofondateur d'une agence digitale qui fournit des services numériques aux professionnels de l'art, a souligné que les NFT constituent l'innovation la plus influente et excitante qu'ait connu le monde de l'art ces dernières années, notant que ce qui se vend le mieux actuellement, ce sont les NFT dynamiques, avec de l'audio ou de la vidéo intégrée ainsi que ceux qui utilisent de la 3D.
Il a, à cet effet, expliqué que quand on achète un NFT, bien qu'il soit lié à une œuvre d'art, on achète seulement un NFT mais pas l'œuvre d'art en question, précisant que la propriété intellectuelle de l'œuvre liée au NFT n'est pas cédée avec la vente du NFT, à moins qu'il y ait accord spécifique.
Abordant le Maroc, M. El Melyani a cité l'exemple de l'artiste Ali Kanane qui a lancé sa première œuvre digitale en NFT, première de son genre par un artiste marocain, en plus de mettre en vente une série limitée à 40 exemplaires d'impressions fines de son œuvre, épuisées en seulement 72 heures, ou encore le chanteur « ElGrande Toto » qui a présenté son premier « drop NFT » exclusif incluant un titre inédit en édition limitée, soit des expériences qui permettront sans nul doute d'atteindre rapidement l'international, notamment en période de pandémie où monter des expositions demeure assez délicat.
Duperie virtuelle, Attention !
Dans ce même contexte, M. El Melyani a, par ailleurs, affirmé que comme toute nouvelle technologie, les NFT comportent des risques, notamment celui de perdre l'accès au code secret donnant accès au portefeuille électronique contenant ces jetons. « Si celui est perdu, il n'existe aucun moyen de le récupérer et personne ne pourra plus accéder aux NFT », a-t-il fait savoir.
Il a également, affirmé, que cet univers, évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars et objet d'une spéculation débridée, recèle d'authentiques arnaques et attire déjà les « magouilleurs » qui vont jusqu'à mettre en vente des œuvres ne leur appartenant pas et à l'insu de leur auteur en plus des pirates informatiques qui y voient une bonne manière d'arnaquer les néophytes en postant des annonces frauduleuses de vente.
Certificat d'authenticité par excellence, le NFT a en effet été une véritable aubaine pour le monde artistique qui a su se renouveler à partir de la blockchain. Mais cette « hype » autour des NFT peut-elle perdurer après la crise ? telle est la question !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.