La CEDEAO suit avec une « grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso    Covid-19: 11 nouveaux cas, plus de 6,81 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccinCovid    Présidentielles au Brésil: Bolsonaro confiant, Lula appelle à la paix    Casablanca / L'Boulevard : Des débordements entachent la joie des festivaliers    Mondial-2022: le Maroc et le Qatar annoncent un accord portant sur la sécurité de l'événement    Les liens historiques entre le Maroc et le Pérou ne peuvent être altérés par des positions volatiles    Skhirate-Témara : 700 bénéficiaires d'une caravane médicale    Mondial de football pour amputés : Le Maroc s'incline face au Brésil    Larache / Festival équestre : Les cavaliers des tribus Jbalas consacrent un patrimoine ancestral    L'Boulevard envers et contre tout !    Migrants : quatre morts et vingt-neuf disparus au large des Canaries    le ministère des Affaires étrangères met une cellule de suivi et des numéros de téléphone à la disposition de la communauté marocaine    Prévisions météorologiques pour le lundi 03 octobre 2022    Conférence autour du livre «Tifawin» de Khadija Rchouk    Vidéo : Quand Tarab Ambassadors fête comme il se doit la fête d'Al Mawlid    Insolite : Le prince moulay Hicham pousse la chansonnette dans la rue    Rabat vibre au rythme du jazz    Le FACDI, un incubateur pour le développement de la coopération Sud-Sud    Burkina Faso: sous fond de rivalité entre la Russie et la France    L'armée ukrainienne reprendra d'autres villes du Donbass « dans la semaine à venir », affirme Zelensky    Le Maroc en quête des drones chinois "Wing Loong II"    La Libye s'oppose au projet de gazoduc transsaharien porté par l'Algérie    Liquidité bancaire: le besoin à 77,5 MMDH au T2-2022 (BAM)    Guelmim : Journée d'étude sur la problématique de la gestion des ressources hydriques dans la région    Le Maroc compte présenter sa candidature    Marc Lasry, le Marocain copropriétaire de la franchise NBA des Bucks veut racheter l'Inter Milan    Migrants clandestins : les familles des disparus haussent le ton    Quelle culture voulons-nous ?    Israël : une cellule locale de l'Etat islamique démantelée    Falsification de visas : Arrestation d'une vingtaine de membres d'un réseau criminel    «Crise cardiaque.... Chaque minute vaut une vie»    Le FNUAP salue les progrès du Maroc    Sommeil : Astuces pour se rendormir vite après un réveil en pleine nuit    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi    Nigeria : l'ARM participe à la 2ème conférence du Réseau des gouvernements infranationaux d'Afrique    Le Maroc au CPS de l'UA: Une consécration de la confiance dont jouit le Royaume    Un témoignage du Bâtonnier Abdelaziz BENZAKOUR    Mohamed Joudar succède à Sajid à la tête de l'UC    Signature d'un Mémorandum d'Entente entre l'ARM et le Forum des Gouverneurs du Nigéria    Renouvellement du Conseil national de la presse : le torchon brûle entre la Fenajic et le gouvernement    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite    Semaine dans le rouge pour la Bourse de Casablanca    Le ministère ne se chargera plus des équivalences des diplômes obtenus à l'étranger    Prêt-à-porter. Camaieu Maroc dans la tourmente    Clôture en apothéose à Dakhla de "Prince Héritier Moulay El Hassan Kitesurfing World Cup 2022"    Programme des principaux matchs du dimanche 2 octobre    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tahar Ben Jelloun expose ses œuvres récentes à L'Atelier 21
Publié dans Albayane le 05 - 05 - 2022

Une exposition individuelle intitulée « La couleur des mots »
L'artiste peintre Tahar Ben Jelloun expose ses œuvres récentes, du 10 au 30 mai 2022, à la galerie d'art L'Atelier 21 à l'occasion d'une exposition individuelle intitulée La couleur des mots.
Davantage cnnu comme écrivain et poète, Tahar Ben Jelloun n'en a pas moins une longue proximité, pour ne pas dire intimité, avec la peinture. Il existe, au demeurant, une corrélation entre le métier d'écrivain de Tahar Ben Jelloun et sa passion pour la peinture. L'homme a besoin de ces deux activités pour trouver, sans doute, une sorte d'équilibre, voire une récréation vitale, à ses romans qui s'emparent souvent de la part sombre chez l'homme.
Les toiles exposées à L'Atelier 21, « peintes au Maroc, sous le soleil de Marrakech, avec sa lumière superbe, son air pur, ont quelque chose de différent par rapport à celles faites sous le ciel gris parisien », comme le décrit Tahar Ben Jelloun, dégagent toutes une douce féerie et communiquent une joie rétinienne. Ces toiles reflètent le plaisir, le bonheur gourmand, qu'a eu leur auteur à les peindre. Dans les abords de ces toiles, l'artiste a inscrit des phrases, souvent des fulgurances poétiques, qui ajoutent au plaisir des yeux l'intensité du choc des mots.
Après avoir fréquenté le lycée français de Tanger et étudié la philosophie à l'université Mohammed V de Rabat, il commence par enseigner au Maroc avant de s'installer en France en 1971.
Ecrivain de renom, l'un des plus connus et des plus traduits dans le monde, Tahar Ben Jelloun n'en a pas moins une longue proximité avec les arts plastiques. D'abord à travers ses écrits sur différents peintres et sculpteurs marocains tels que Farid Belkahia, Mohamed Melehi, Mohamed Chabâa, Fouad Bellamine, Chaïbia Talal, Jilali Gharbaoui, Mohamed Kacimi et sur plusieurs artistes étrangers comme Henri Matisse, Alberto Giacometti, Claudio Bravo, Mimmo Rotella... Ensuite, par l'attrait qu'il a toujours eu pour la peinture, une activité qu'il exerce avec plaisir, en contrepoint de son métier d'écrivain.
Dans sa préface du catalogue d'exposition, il explique comment son activité d'écrivain et de peintre sont devenues consubstantielles à son équilibre. « À chaque fois, j'explique comment je passe de l'écriture sur ce que j'appelle "la douleur du monde" à sa "lumière". J'ai souvent écrit sur les injustices, sur la solitude, sur l'abandon. Mais j'avais besoin d'explorer l'autre face de cet univers sombre. C'est là où la peinture, telle que je l'aime, s'est imposée à moi comme une évidence, comme une vieille rencontre, une amie éclairant mon chemin ». Et d'ajouter : « je me suis mis à peindre pour faire oublier la part sombre du monde que j'écrivais ».
Les peintures de Tahar Ben Jelloun ont intégré de nombreuses collections privées et publiques dont celle de la Fondation Yannick et Ben Jakober (Espagne), du Musée San Salvatore In Lauro (Italie), de l'Institut du monde arabe (France) et de la Villa Harris, Musée de Tanger (Maroc).
Tahar Ben Jelloun vit entre Paris, Tanger et Marrakech.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.