Sahara : L'Algérie courtise les nouvelles autorités colombiennes    Météo Maroc: températures maximales en légère hausse ce jeudi 11 août    Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Transport routier : c'est parti pour les primes à la casse    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Le secteur de la santé se réforme, les financements s'annoncent lourds    فيروس كورونا: 148 إصابة جديدة وحالتي وفاة خلال ال24 ساعة الماضية    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    La FRMF convie Vahid Halilhodzic à une réunion qui déboucherait sur son licenciement    Bourse de Casablanca: Clôture en légère hausse    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 10 Aout 2022    L'hépatite C trop peu soignée à causes de « barrières » dans l'accès aux traitements    Relever le nez du guidon !    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Contre vents et marrées, Biden engrange des succès    Algérie: Deux anciens ministres condamnés pour corruption    44e Assemblée Générale de la CAF (Tanzanie) / Motsepé : "L'avenir du football africain est prometteur''    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Le Guatemala est un « allié fiable » du Maroc en Amérique centrale (ministre des relations extérieures)    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    KFC ouvre un nouveau restaurant à Derb Ghallef    Espagne : près d'un million de demandes de résidence et de travail en 2021, un record !    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    La 6ème édition du forum international de la TPE à Dakhla    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    Première offre bancaire dédiée aux 12-17 ans : La Banque Populaire lance «Swipe»    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Conseil de sécurité publie la réponse de Hilale à son homologue algérien
Publié dans Albayane le 04 - 07 - 2022

Le Conseil de sécurité de l'ONU vient de publier, en tant que document officiel, la réponse en quatre temps de l'ambassadeur Omar Hilale, Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l'ONU à New York, dans laquelle il démonte la lettre mensongère de l'ambassadeur algérien à l'ONU, Nadir Larbaoui, datée du 09 juin 2022.
Dans sa lettre au Conseil de Sécurité, M. Hilale a dénoncé les omissions manifestes et les silences coupables, affichés sans gênes, par l'ambassadeur algérien au sujet des voyages, le financement, l'endoctrinement, les formations militaires de la dénommée Sultana Khaya et de nombreux faits, impliquant directement la responsabilité et la complicité de l'Algérie dans les agitations de cette activiste et voix de la violence armée contre les civiles et du séparatisme.
Ces omissions assumées du diplomate algérien révèlent son incapacité à apporter des réponses tangibles aux accusations irréfutables et argumentées de l'ambassadeur marocain. Ce qui prouve, s'il en est encore besoin, le rôle principal de l'Algérie dans l'enrôlement direct des quelques éléments séparatistes qui, à défaut de convaincre par un discours pacifique dans le respect de lois marocaines, versent sans vergogne dans les appels et l'incitation aux meurtres , à l'action militaire et aux attaques contres les biens publics et privés. Ce qui est totalement interdit par le droit international, surtout l'article 19 du Pacte des droits civils et politiques des Nations Unis, auquel l'Algérie est pourtant Etat partie.
La réponse de l'ambassadeur du Maroc aux dénégations de son collègue algérien est un véritable dossier à charge, accablant pour la responsabilité première de l'Algérie dans ce différend régional, depuis sa genèse en 1975 jusqu'à ce jour. Ce réquisitoire de M. Hilale, contrairement à la rhétorique et au langage non diplomatique du diplomate algérien, se distingue par des détails historiques, des vérités immuables, des preuves irréfutables, d'incalculables écrits diplomatiques indélébiles qui sont répertoriés au Conseil de Sécurité (la lettre du RP algérien au SG de l'ONU, le 19 novembre 1975, S/11881), des actes assumés (CCPR/C/DZA/CO/4 et CCPR/C/134/D/2721/2016), des décisions d'interférences dans les affaires internes d'autres pays, des rapports du Secrétaire général (S/2002/178) et des résolutions du Conseil de sécurité (2468, 2494, 2548 et 2602). M. Hilale a souligné que l'Algérie est citée 5 fois, au même titre que le Maroc, dans les quatre dernières résolutions du Conseil de sécurité, battant en brèche l'illusion algérienne d'un pseudo statut d'observateur.
Dans sa lettre, M. Hilale met également à nu la basse manœuvre de l'Algérie qui, en s'en prenant à l'ONU, tente vainement de se dérober de sa responsabilité directe dans le blocage actuel du processus des tables rondes.
En effet, M. Hilale énumère une par une les multiples manifestations de l'obstruction algérienne, dont la plus incontestable est sa lettre au Conseil de Sécurité d'octobre 2021, rejetant fermement toute référence à un quelconque engagement de sa part à participer aux tables rondes. Ainsi, l'ambassadeur marocain a mis l'Algérie face à ses mensonges, auxquels la communauté internationale ne croit plus, surtout quand elle tente honteusement d'imputer la responsabilité du blocage du processus politique à l'ONU. Un acte jugé indécent et qualifié de basse manœuvre par M. Hilale et une tactique que même les amis de l'Algérie critiquent en aparté.
Aux accusations mensongères et sans fondements de l'ambassadeur algérien au sujet de prétendues violations des droits de l'Homme au Sahara marocain, et son appel à l'extension du mandat de la MINURSO pour inclure la surveillance de la situation des droits de l'Homme « comme toutes les autres OMP », M. Hilale a répondu, d'abord, par le droit en se référant aux 13 dernières résolutions du Conseil de Sécurité, qui se félicitent toutes "des mesures et initiatives prises par le Maroc, du rôle joué par les Commissions du Conseil national des droits de l'Homme à Dakhla et à Laayoune et de l'interaction entre le Maroc et les mécanismes relevant des procédures spéciales du Conseil des droits de l'Homme de l'Organisation des Nations Unies".
Il a, également, brocardé l'ignorance flagrante de son homologue algérien des nuances et différences dans la nature et les mandats des opérations de maintien de paix onusiennes. Il lui a rappelé que la MINURSO est une OMP traditionnelle avec pour seul mandat de superviser le cessez-le-feu, ajoutant, à ce propos, que la MINURSO n'est nullement la seule opération de paix onusienne qui ne dispose pas de composante droits de l'Homme, au même titre que sept autres OMP sur les 12 actuellement opérationnelles.
Enfin, M. Hilale a invité l'ambassadeur algérien à se pencher plutôt sur les graves violations des droits de l'Homme dans son propre pays, lesquelles ont suscité l'inquiétude et les condamnations de responsables et d'organisations onusiennes chargés des droits de l'Homme. La Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a d'ailleurs déclaré dans son rapport annuel au Conseil des droits de l'Homme, le 08 mars 2022 : "En Algérie, je suis préoccupée par les restrictions croissantes des libertés fondamentales, y compris la multiplication des arrestations de défenseurs de droits de l'Homme, de membres de la société civile et d'opposants politiques".
En d'autres termes, le message de M. Hilale au représentant algérien est que quand la maison de l'Algérie est en verre, son diplomate ferait mieux de ne pas jeter de pierre sur celle de son voisin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.