Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Le maintien de l'heure d'été ou son retrait dépend des résultats    À Singapour, Poutine et Abe parlent d'un traité de paix    Les Etats-Unis nomment un nouvel ambassadeur en Arabie saoudite    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Le Maroc abrite la 4ème édition du Sommet Humanitaire Panafricain    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    L'urgence d'un Observatoire africain pour la sécurité routière    "Les hommes meurent, mais ne tombent pas" bientôt à Rabat    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Fintech Challenge. BCP lance son programme d'innovation dédié aux startups    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    L'Algérie au pied du mur    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Climat, coût du voyage, hôtels classés : Ce qui motive les Italiens à visiter le Maroc    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    GFi Informatique intègre Value Pass    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Fiscalité des associations. Une profonde réforme s'impose    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Stan Lee, légende de la bande dessinée, n'est plus    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival national d'Ahidouss de Ain Leuh : Les voix et les joies de l'Atlas
Publié dans Albayane le 08 - 07 - 2011

Après trois jours vécus dans une formidable ambiance de fête, le rideau est tombé lundi soir sur la 11ème édition du festival national d'Ahidouss organisé du 02 au 04 juillet 2011 à la commune rurale de Ain Leuh (province d'Ifrane).
Un festival dont l'aura va crescendo et un rendez-vous incontournable pour les fondus des arts populaires amazighs. Il est des coïncidences fort frappantes. Celle de la tenue du festival d'Ahidouss, un jour après le vote massif en faveur de la nouvelle constitution qui a officialisé la langue amazighe, avait en plus cette charge symbolique qui a conduit, au pays des Imazighen, à un sursaut collectif joyeux. Ajouté à cela le patronage Royal accordé cette année à ce festival, il faut dire que cette 11ème édition, a été celle des bonnes nouvelles.
Intervenant à l'ouverture de ce festival, Bensalem Himmich, le ministre marocain de la culture, s'est dit «réjoui de l'évolution démocratique» que nous vivons aujourd'hui au Maroc». Notre pays, dit-il, «a réussi une réconciliation exemplaire avec son identité», qui va, «renforcer la dynamique culturelle nationale» et dont «les festivals, à l'image de celui Ahidouss contribueront à la mise en valeur du patrimoine pluriel marocain», soutient-il. Avis partagé par Hammou Ouhelli, président de l'Association Taymat, chef d'orchestre de ce festival, qui rappellera à l'occasion que «le festival de Ain Leuh est devenu au fil des ans un rendez-vous incontournable pour la découverte les milles et une facette des arts populaires amazighs».
Pour cette 11ème édition, l'association Taymat organisatrice de festival avec le concours précieux du ministère de la culture et de la commune rurale de Ain Leuh, n'a pas fait les choses à moitié. Dopés par dix années d'expériences, les organisateurs n'ont pas lésiné sur les moyens et n'ont rien laissé au hasard.
Coté art en effet, pas moins de 40 troupes d'Ahidous venus des différents coins du Maroc et qui ont réussi à passer le filtre du concours sélectif organisé un mois auparavant, se sont vus ainsi projetés au devant la scène et se mouvoir sur l'estrade principale dressée au milieu de belles yeuses vertes dans un cadre naturel féerique.
Toujours plus festif
Durant trois jours, à l'occasion de chaque soirée artistique qui se sont déroulées dans une ambiance toujours plus festive, toujours plus joyeuse, l'affluence du public est énorme et les processions humaines sont interminables : on estime à plus de 50000 festivaliers qui ont visité le village de Ain Leuh qui en compte moins de 15000 âmes.
Ce qui fait de ce festival, estiment de nombreux observateurs, un succès et une feria populaire inégalable dans l'Atlas et dont les férus se comptent par des centaines de milliers dont notamment des MRE venus spécialement de pays lointains pour y assister. «C'est une joie de vie qui s'exprime », souligne Mohamed Houat, président de la commune, qui ajoute pour les gens du cru le festival de Ain Leuh est devenu «un échappatoire» devant les maux qui gangrènent les zones en montagnes.
Le festival de Ain Leuh a été marqué cette année aussi par le grand hommage rendu à un grand nombre d'artistes et poètes amazighs (Imadiazzen) dont les recueils et les répertoires jouissent d'une grande popularité dans les milieux amazighs.Voila un succès qui fait u du bien au public.
Loin des impérieuses directions artistiques et des festivals «budgétivores», le festival d'Ahdidous remporte à chaque édition un succès sympathique car il est simple dans l'audace et le goût et onirique dans l'effet sur le spectateur.
Au cours des hyménées, des fêtes nationales ou familiales…l'art d'Ahidouss, dansé ou chanté est une richesse artistique séculaire qui a toujours rythmé la vie des imazighens.
Tant mieux car à Ain Leuh, on peut dire que tout le monde a été emporté par ses voix de l'Atlas et les chants de cette ambiance festive remarquable qui ont enfanté des moments agréables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.