Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Souâd Bahéchar ou la soif de vivre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 03 - 2002

Portrait. Souad Bahéchar est l'auteur d'un livre qui a remporté un vif succès auprès du public. Cette femme de caractère est indéfectiblement attachée aux valeurs nobles dans l'humain.
Bahéchar. Ce nom qui sonne exotique dans une oreille marocaine, l'auteur le tient de ses origines berbères. Pourtant, du pays berbère, cette native de Casablanca, le 24 mars 1953, ne garde vivace dans sa mémoire que le souvenir d'une grand-mère maternelle qui a eu une influence décisive sur son enfance. Elle l'a initiée aux valeurs chères à l'auteur : spiritualité, générosité et amour.
Souad Bahéchar a fait des études d'art et d'archéologie à Paris IV. Cette formation l'a portée tout naturellement à une grande proximité avec l'art. Elle a commencé par enseigner l'Histoire de l'art à l'Institut supérieur international de tourisme de Tanger. L'auteur ne saura pas résister au charme de cette ville. Elle s'y fixe. Elle a en effet occupé le poste de conservatrice du musée national de la ville.
Sa passion de l'art contemporain va l'associer aussi à l'une des galeries les plus actives de cette ville, la galerie Tanjah Flandria qu'elle a dirigée de 1990 à 1993. Départ ensuite pour l'Allemagne où elle a mûri le projet d'un roman. Le désir de rester proche de ses enfants la fera revenir au pays. « Il fallait que je sois attentive et à l'écoute de mes enfants » dit l'intéressée. Il lui fallait aussi voir clair en elle-même. « J'ai réalisé qu'en me rapprochant de moi-même, j'étais en train de me rapprocher du nid de l'écriture » ajoute t-elle. Commence alors la longue expérience de l'écriture.
Expérience remplie de doute, et chargée du regard interrogateur de ceux qui l'ont accompagnée. Où va la conduire cette aventure ? Et toutes les heures qu'elle met dans ce travail, est-ce de la peine perdue ? Souad Bahéchar reconnaît elle-même toutes les difficultés qu'elle a dû surmonter, en tant que mère de trois enfants, pour écrire son roman. « Je me suis occupée de mes enfants tout en pensant à mon livre. Il me fallait prendre sur mon temps de sommeil et de loisir pour le faire » précise-t-elle à cet égard. Et elle l'a fait ce livre. « Ce que je garde comme souvenir de mon premier roman, c'est une certitude absolument claire d'écrire. C'est difficile ! On entre en écriture comme on entre en religion ». Souad Bahéchar a mené une vie quasi-monacale pour mettre un point final à son roman. Elle a eu pour consolation l'accueil très favorable réservé à son livre. « Ni fleurs, ni couronnes » a d'emblée séduit les lecteurs. Ce livre se distinguait des romans de la littérature féminine en ceci que les femmes n'y sont pas superbes et les hommes infâmes. Ce roman raconte tout simplement la vie d'une femme, Chouhayra, haussée par la force de son opiniâtreté et de son courage au rang d'une héroïne.
Ce personnage a subi des épreuves extrêmement rudes, et a réussi à préserver sa dignité en prenant sa vie en main. Sa vie répond si bien à qu'elle a voulu en faire que le destin de cette femme se confond avec sa détermination à vivre. Au demeurant, ce roman est épuré de tout superflu. Il est également atemporel. Ni espace, ni temps, parce qu'en les effaçant, l'action devient prioritaire. Cette atemporalité situe le combat de cette femme au cœur des valeurs fondamentales de l'homme.
Souad Bahéchar a pris goût à l'écriture. Son deuxième roman est prêt. Il s'intitule « Le Concert des cloches ». Parions qu'il sera empreint de cette rage de vaincre pour vivre qui a caractérisé le premier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.