MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    Bouzineb: La culture marocaine a toujours fasciné et inspiré les grands écrivains espagnols    Un élan haussier royal!    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Lydec se rattrape au second semestre 2018    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Souâd Bahéchar ou la soif de vivre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 03 - 2002

Portrait. Souad Bahéchar est l'auteur d'un livre qui a remporté un vif succès auprès du public. Cette femme de caractère est indéfectiblement attachée aux valeurs nobles dans l'humain.
Bahéchar. Ce nom qui sonne exotique dans une oreille marocaine, l'auteur le tient de ses origines berbères. Pourtant, du pays berbère, cette native de Casablanca, le 24 mars 1953, ne garde vivace dans sa mémoire que le souvenir d'une grand-mère maternelle qui a eu une influence décisive sur son enfance. Elle l'a initiée aux valeurs chères à l'auteur : spiritualité, générosité et amour.
Souad Bahéchar a fait des études d'art et d'archéologie à Paris IV. Cette formation l'a portée tout naturellement à une grande proximité avec l'art. Elle a commencé par enseigner l'Histoire de l'art à l'Institut supérieur international de tourisme de Tanger. L'auteur ne saura pas résister au charme de cette ville. Elle s'y fixe. Elle a en effet occupé le poste de conservatrice du musée national de la ville.
Sa passion de l'art contemporain va l'associer aussi à l'une des galeries les plus actives de cette ville, la galerie Tanjah Flandria qu'elle a dirigée de 1990 à 1993. Départ ensuite pour l'Allemagne où elle a mûri le projet d'un roman. Le désir de rester proche de ses enfants la fera revenir au pays. « Il fallait que je sois attentive et à l'écoute de mes enfants » dit l'intéressée. Il lui fallait aussi voir clair en elle-même. « J'ai réalisé qu'en me rapprochant de moi-même, j'étais en train de me rapprocher du nid de l'écriture » ajoute t-elle. Commence alors la longue expérience de l'écriture.
Expérience remplie de doute, et chargée du regard interrogateur de ceux qui l'ont accompagnée. Où va la conduire cette aventure ? Et toutes les heures qu'elle met dans ce travail, est-ce de la peine perdue ? Souad Bahéchar reconnaît elle-même toutes les difficultés qu'elle a dû surmonter, en tant que mère de trois enfants, pour écrire son roman. « Je me suis occupée de mes enfants tout en pensant à mon livre. Il me fallait prendre sur mon temps de sommeil et de loisir pour le faire » précise-t-elle à cet égard. Et elle l'a fait ce livre. « Ce que je garde comme souvenir de mon premier roman, c'est une certitude absolument claire d'écrire. C'est difficile ! On entre en écriture comme on entre en religion ». Souad Bahéchar a mené une vie quasi-monacale pour mettre un point final à son roman. Elle a eu pour consolation l'accueil très favorable réservé à son livre. « Ni fleurs, ni couronnes » a d'emblée séduit les lecteurs. Ce livre se distinguait des romans de la littérature féminine en ceci que les femmes n'y sont pas superbes et les hommes infâmes. Ce roman raconte tout simplement la vie d'une femme, Chouhayra, haussée par la force de son opiniâtreté et de son courage au rang d'une héroïne.
Ce personnage a subi des épreuves extrêmement rudes, et a réussi à préserver sa dignité en prenant sa vie en main. Sa vie répond si bien à qu'elle a voulu en faire que le destin de cette femme se confond avec sa détermination à vivre. Au demeurant, ce roman est épuré de tout superflu. Il est également atemporel. Ni espace, ni temps, parce qu'en les effaçant, l'action devient prioritaire. Cette atemporalité situe le combat de cette femme au cœur des valeurs fondamentales de l'homme.
Souad Bahéchar a pris goût à l'écriture. Son deuxième roman est prêt. Il s'intitule « Le Concert des cloches ». Parions qu'il sera empreint de cette rage de vaincre pour vivre qui a caractérisé le premier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.