Le Souverain nomme Mohamed Bachir Rachdi à la tête de l'Instance nationale anti-corruption    Madeleine Albright, guest star de l'Atlantic Dialogues    Conseil de la concurrence : El Otmani souligne l'importance d'accélérer les travaux    France : Ghosn maintient son poste de PDG de Renault    FIFA : Près de 2 milliards d'euros versés aux intermédiaires depuis 2013    Santé reproductive : Les praticiennes plaident pour l'amélioration de leur statut    Double exposition autour du « Maroc de Doaud Aoulad-Syad »    Racisme : L'ONU veut passer le Maroc à la loupe    Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF, appelle à se mobiliser contre le travail des petites bonnes    Autonomisation des femmes. ACWA Power et ECOHZ s'engagent    Martin Scorsese, parrain officiel de la Cinémathèque marocaine    En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Migrations    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    N° 1281 en kiosque : Le pacte de bonne espérance    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    Divers Economie    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Divers    Naissance au Brésil du premier bébé grâce à une greffe d'utérus    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    News    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Souâd Bahéchar ou la soif de vivre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 03 - 2002

Portrait. Souad Bahéchar est l'auteur d'un livre qui a remporté un vif succès auprès du public. Cette femme de caractère est indéfectiblement attachée aux valeurs nobles dans l'humain.
Bahéchar. Ce nom qui sonne exotique dans une oreille marocaine, l'auteur le tient de ses origines berbères. Pourtant, du pays berbère, cette native de Casablanca, le 24 mars 1953, ne garde vivace dans sa mémoire que le souvenir d'une grand-mère maternelle qui a eu une influence décisive sur son enfance. Elle l'a initiée aux valeurs chères à l'auteur : spiritualité, générosité et amour.
Souad Bahéchar a fait des études d'art et d'archéologie à Paris IV. Cette formation l'a portée tout naturellement à une grande proximité avec l'art. Elle a commencé par enseigner l'Histoire de l'art à l'Institut supérieur international de tourisme de Tanger. L'auteur ne saura pas résister au charme de cette ville. Elle s'y fixe. Elle a en effet occupé le poste de conservatrice du musée national de la ville.
Sa passion de l'art contemporain va l'associer aussi à l'une des galeries les plus actives de cette ville, la galerie Tanjah Flandria qu'elle a dirigée de 1990 à 1993. Départ ensuite pour l'Allemagne où elle a mûri le projet d'un roman. Le désir de rester proche de ses enfants la fera revenir au pays. « Il fallait que je sois attentive et à l'écoute de mes enfants » dit l'intéressée. Il lui fallait aussi voir clair en elle-même. « J'ai réalisé qu'en me rapprochant de moi-même, j'étais en train de me rapprocher du nid de l'écriture » ajoute t-elle. Commence alors la longue expérience de l'écriture.
Expérience remplie de doute, et chargée du regard interrogateur de ceux qui l'ont accompagnée. Où va la conduire cette aventure ? Et toutes les heures qu'elle met dans ce travail, est-ce de la peine perdue ? Souad Bahéchar reconnaît elle-même toutes les difficultés qu'elle a dû surmonter, en tant que mère de trois enfants, pour écrire son roman. « Je me suis occupée de mes enfants tout en pensant à mon livre. Il me fallait prendre sur mon temps de sommeil et de loisir pour le faire » précise-t-elle à cet égard. Et elle l'a fait ce livre. « Ce que je garde comme souvenir de mon premier roman, c'est une certitude absolument claire d'écrire. C'est difficile ! On entre en écriture comme on entre en religion ». Souad Bahéchar a mené une vie quasi-monacale pour mettre un point final à son roman. Elle a eu pour consolation l'accueil très favorable réservé à son livre. « Ni fleurs, ni couronnes » a d'emblée séduit les lecteurs. Ce livre se distinguait des romans de la littérature féminine en ceci que les femmes n'y sont pas superbes et les hommes infâmes. Ce roman raconte tout simplement la vie d'une femme, Chouhayra, haussée par la force de son opiniâtreté et de son courage au rang d'une héroïne.
Ce personnage a subi des épreuves extrêmement rudes, et a réussi à préserver sa dignité en prenant sa vie en main. Sa vie répond si bien à qu'elle a voulu en faire que le destin de cette femme se confond avec sa détermination à vivre. Au demeurant, ce roman est épuré de tout superflu. Il est également atemporel. Ni espace, ni temps, parce qu'en les effaçant, l'action devient prioritaire. Cette atemporalité situe le combat de cette femme au cœur des valeurs fondamentales de l'homme.
Souad Bahéchar a pris goût à l'écriture. Son deuxième roman est prêt. Il s'intitule « Le Concert des cloches ». Parions qu'il sera empreint de cette rage de vaincre pour vivre qui a caractérisé le premier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.