Pass sanitaire. Le grand foutoir    Technologie numérique : 6G, une fusion inédite entre monde réel et virtuel    Rabat : Une foule en quête du pass sanitaire au CHU Ibn Sina    Covid-19 au Maroc : 425 nouveaux cas et 1,14 millions de vaccinés ont reçu la dose de rappel    Covid-19 : Chute de 50% des cas graves en quinze jours    Gazoduc GME : l'Algérie cessera d'approvisionner le Maroc à partir du 1er Novembre    Industrie aéronautique : Capitaliser sur les acquis pour réussir la relance    Les Etats-Unis dévoilent le plan de modernisation de l'armée marocaine    CAF-Fédération soudanaise : Le match Soudan-Maroc se jouera finalement ...au Maroc le 12 novembre !    L'ONG TIBU ORGANISE LE PREMIER CONCOURS MAGHREBIN D'INNOVATION    Un PCR négatif suffit pour assister à l'AGO du Raja    L'ordre du mérite de l'association des comités nationaux olympiques octroyé à Kamal Lahlou    Pass vaccinal: Nabila Mounib interdite d'accès au parlement, le PJD la soutient    Un chiffre d'affaires de 26 milliards de dh pour maroc telecom à fin septembre 2021    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Maroc-Algérie : le doux effet cathartique du Rap    Quatre peintres marocaines à la galerie AMBRE ART CENTER    Ouverture du 14ème Festival international du Théâtre universitaire de Tanger    Transavia lance des vols de rapatriement vers le Maroc à partir d'aujourd'hui    Offensive de charme de l'Union européenne à destination du Maroc    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    PLF-2022: Voici les principaux chiffres de l'intervention de Mme Fettah Alaoui devant le Parlement    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Casablanca-Settat : les grands élus finalisent le projet de budget 2022    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    Botola Pro D1 / 7ème journée : Trois matches au programme ce mardi    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    Ce qu'il faut retenir du «grand oral» de Khalid Aït Taleb devant les députés    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Inde: Quatre morts et plusieurs blessés dans un incendie à Delhi    Prévisions météorologiques pour ce mardi    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Une Allemande de l'EI écope de dix ans de prison    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Agriculture: Un jumelage Maroc-UE pour la sécurité sanitaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 05 - 2015

L'Union européenne s'est engagée, pour les deux années à venir, à accompagner le Maroc dans le domaine du contrôle des produits phytopharmaceutiques, des fertilisants et des supports de culture. «Il s'agit de renforcer non seulement la sécurité sanitaire des aliments consommés au Maroc, mais également les échanges commerciaux entre le Maroc et l'UE», a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l'agriculture et de la pêche maritime, lors de la cérémonie de lancement de projets de jumelage, hier, mardi, à Rabat. Ces jumelages institutionnels seront financés par l'UE à hauteur de 1,2 million d'euros, et mis en œuvre avec le soutien d'un bon nombre de départements gouvernementaux marocains, dont notamment le ministère de l'agriculture et celui de l'économie et des finances.
Ces projets devront être axés sur trois activités principales. Tout d'abord, la dimension législative, avec la révision de la réglementation marocaine en matière de phytopharmacie, ensuite une dimension technique qui se matérialisera par un accompagnement et un échange d'expertise entre les deux parties, et enfin la question de gestion des résidus, à travers l'amélioration des structures de l'Office national de sécurité sanitaire et alimentaire (ONSSA).
En ce qui concerne le volet réglementaire, le ministre de l'agriculture a tenu à préciser qu'un effort de réforme avait débuté en 2000 avec la promulgation de la première réglementation concernant les pesticides agricoles. «Nous comptons aujourd'hui réviser cette réglementation, pour qu'elle soit en phase avec les normes internationales, et les différents accords ratifiés par le Royaume», a déclaré Aziz Akhannouch. Cette nouvelle réglementation devrait être finalisée, promulguée et mise en vigueur dans 24 mois, si l'on en croit les clauses de cet accord de jumelage.
Ainsi, des séminaires d'expertise et des ateliers devraient permettre un partage d'expérience entre le Maroc et ses partenaires européens, notamment la France et l'Allemagne. L'ONSSA devrait être l'un des bénéficiaires majeurs de cet échange d'expertise. Elle sera l'objet, entre autre, d'un jumelage avec l'Agence nationale française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES). Les efforts pour le renforcement des prérogatives de l'ONSSA ont d'ores et déjà commencé, Aziz Akhannouch a annoncé l'inauguration prochaine d'un laboratoire d'analyse à Casablanca.
Il est à noter que ce projet s'inscrit à la fois dans les objectifs du Plan Maroc Vert lancé en 2008 et dans les priorités du plan d'action Maroc-Union européenne pour la mise en place du Statut avancé du Royaume.
Premier jumelage
L'ONSSA a déjà bénéficié entre 2007-2009 d'un premier jumelage institutionnel entre l'Union européenne et le Maroc. Il s'agissait du projet portant sur le rapprochement du cadre juridique en matière sanitaire et phytosanitaire à la réglementation de l'Union européenne.
Ce jumelage a porté sur trois volets différents. Le premier concernait la révision et actualisation de la législation et de la réglementation concernant la santé animale et végétale alors que le deuxième était relatif à l'amélioration des capacités en matière d'évaluation et de gestion de risques et de crises sanitaires et phytosanitaires.
Le dernier volet visait l'amélioration des capacités des laboratoires sanitaires et phytosanitaires relevant du ministère de tutelle. Des actions de courte durée ont enfin été conduites au cours de ces dernières années, dans le cadre de coopérations bilatérales avec des pays de l'UE, s'appliquant notamment au processus de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques, leur toxicologie, l'évaluation de leur efficacité et les usages mineurs.
Consortium franco-allemand
La mise en œuvre du projet de jumelage «Contrôle des produits phytopharmaceutiques, des fertilisants et des supports de culture» en faveur de l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) sera assurée par un consortium franco-allemand.
Plus concrètement, pas moins de 500 jours d'expertise sont prévus, délivrés par une équipe d'une trentaine d'experts français et allemands.
Selon les responsables, l'objectif principal est de contribuer au renforcement institutionnel des structures chargées de l'autorisation de mise sur le marché et du contrôle des produits phytopharmaceutiques, des fertilisants et supports de culture, notamment dans les domaines réglementaire, de l'évaluation et de la gestion du risque ainsi que de l'usage et du commerce de ces produits.
Il faut préciser que le projet en question rentre dans le cadre des relations bilatérales entre le Royaume et les pays de l'Union européenne, notamment dans le domaine sanitaire et phytosanitaire. Une convention existe déjà entre l'ONSSA et un organisme européen dans le but d'assurer la réalisation de nombreuses actions pour évoluer vers une meilleure convergence des réglementations et normes marocaines et européennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.