Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    Agence nationale des ports. Emission d'un emprunt obligataire d'1 MMDH    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Les déficiences du football national!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Sept réformes phares de l'UE    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le «palais» des Marocains rencontre la gastronomie américaine
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 06 - 2009


Le Maroc célèbre la culture américaine durant toute une semaine du dimanche 31 mai au dimanche 7 juin 2009. Et comme les plaisirs de l'intellect passent essentiellement par les plaisirs du «Palais», il va sans dire que c'est la meilleure occasion de tenir le festival culinaire américain. Ainsi, après la semaine de l'art culinaire italien au Maroc, place à la gastronomie des Etats-Unis. Le grand hôtel Royal Mansour Méridien sert d'enceinte à l'événement et fait revivre ainsi ces traditionnelles semaines gastronomiques où il s'engage à faire découvrir à ses clients et à l'ensemble des visiteurs un art de table venu d'ailleurs. L'événement est cette fois-ci organisé en collaboration avec la Chambre de commerce américaine (AmCham), le consulat général des Etats-Unis et Dar América. «J'ai toujours pensé que les échanges culturels et surtout économiques passaient essentiellement par la découverte des traditions et du mode de vie de l'autre, et c'est pour cela que cet événement revêt autant d'importance à nos yeux», a déclaré Rabia El Alama, directrice de l'AmCham Maroc, lors d'une conférence de presse tenue, jeudi 27 mai 2009 à Casablanca. En effet, l'événement est surtout destiné à alimenter les échanges commerciaux et «favoriser d'abord les échanges, le savoir-faire et l'expérience». Au programme, des soirées aux rythmes d'un jazz bien de chez eux, mais surtout de la dégustation… ça va du petit déjeuner au bacon, avec des saucisses, des œufs au plat ou brouillés, auxquels s'ajoutent des pancakes, des gaufres, des muffins et aussi une pièce montée de fruits à faire saliver. «Le petit déjeuner américain tire en grande partie ses spécialités des cuisines irlandaise, allemande et écossaise», a précisé le chef cuistot de l'hôtel. S'ajoute à liste des mets, le pain qui y compte pour beaucoup. Deux ou trois tranches de pain grillé au beurre est typique au breakfast américain. «Dans les Etats du Vieux Sud, un petit déjeuner traditionnel comporte aussi ces petits pains épais et non-sucré dits biscuits accompagnés de beurre et de confitures ainsi que des grits qui sont une bouillie de maïs à laquelle on ajoute du beurre ou du jus de viande », précise le chef cuisinier. Pour le déjeuner, les cuistots de l'hôtel réservent de nouvelles surprises à l'assistance toujours émerveillée par des découvertes gustatives très agréables. «Il faut que le monde sache qu'aux Etats-Unis, les gens mangent bien, on ne se contente pas de hamburgers et de hot dog comme pense la plupart des gens, nous avons une gastronomie et une culture culinaire propre à nous», a déclaré Elisabeth Millard, consule générale des Etats-Unis à Casablanca. En effet, la surprise est toujours grande de découvrir des spécialités américaines autres que les hamburgers. Le crabe est aussi à l'honneur dans cette fête gastronomique. Des barbecues, des pizzas, des fritures, des salades, des soupes, bref des plats à n'en pas finir. « Je suis rassasié rien que de goûter à tout, je préfère ne pas prendre de plat spécifique pour avoir le plaisir de tout découvrir», lance un invité très émerveillé. Le buffet est en effet à donner envie.Très coloré et très riche. «Parce que les Etats-Unis d'Amérique ont attiré de nombreux immigrants d'une très grande variété de pays et de cultures, il n'est pas surprenant que leur cuisine soit extrêmement diversifiée et si difficile à définir. D'une certaine façon la cuisine américaine est une synthèse des cuisines du monde, un style de cuisine qu'elle a emprunté aux amérindiens et à chacune de ces communautés d'immigrants», a précisé le chef pâtissier de l'hôtel. Pour sa part, il a réservé à l'assistance une table spectaculaire. Une sorte de fontaine colorée de fruits juteux et de pâtisseries succulentes avec des sculptures de pastèques à ravir la vue. Le tout se passe dans une ambiance des plus chaleureuses où sourires et exclamations sont de mise. Cependant l'évènement n'est pas seulement une fête de l'art de la table, mais aussi une vitrine sur la culture américaine souvent mal jugée à travers des films trop superficiels. Ainsi, l'espace d'une dizaine de jours, le Royal Mansour Méridien résonne sur des sonorités jazzy et célèbre l'Amérique à travers le prisme de l'art, du design, de la mode mais surtout de la gastronomie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.