Une Conférence Ministérielle pour soutenir l'Initiative d'Autonomie sous la Souveraineté du Maroc    La pitoyable sortie de Podemos    Driss Lachguar reçoit le champion du monde de full-contact, Khalid El Qandili    Des investisseurs polonais veulent investir dans le Sahara marocain    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Martin Scorsese, le parrain des films de gangsters    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    La CGEM accueille une nouvelle fédération    MDJS: Diffusion de la Saison 2 de l'émission «3ich l'game»    Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Championnat du monde de handball : Un derby maghrébin pour l'entrée en lice du Maroc    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Moudawana tue l'épouse
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 07 - 2002

Entretien. Me Aïcha El Karch, avocate du barreau de Casablanca et ex-présidente et actuelle conseillère juridique au Centre d'écoute d'orientation des femmes victimes de violences, s'exprime sur le phénomène du divorce.
Aujourd'hui le Maroc : Peut-on vraiment parler d'une recrudescence du phénomène de divorce dans notre société marocaine ?
Me Aïcha El Karch : Oui, le divorce est une calamité qui bombarde les foyers marocains, surtout ces dernières décennies. La recrudescence de cette dissolution de mariage est due, dans 90%, à l'homme. Car le code du statut personnel lui a facilité la tâche. La procédure est très simple pour qu'il arrive à répudier sa femme. Dans quelques tribunaux, on applique ce qu'on appelle «le conseil de la famille», qui se compose de quatre sages des deux familles pour arriver une conciliation. Mais ce «conseil de famille» ne s'applique pas par tous les tribunaux.
Pourquoi ?
Parce que les dossiers de demande de répudiation sont trop nombreux et que le juge ne peut en aucun cas convoquer quatre «sages» de la famille du couple d'une part et, d'autre part, le juge justifie leur comportement par le fait que si le mari a décidé de répudier sa femme, personne ne peut lui changer l'idée. Il n'y a pas dans la loi un seul article qui oblige le juge la refuser la décision du mari.
Cela veut-il dire que la loi est avec l'homme ?
On ne peut pas mettre en cause la loi mais la simplicité de la procédure de la répudiation.
Et si c'est la femme qui veut divorcer ?
C'est le calvaire pour elle, elle se trouve entre le marteau de son mari et l'enclume de la machine judiciaire. Elle doit avoir de l'argent afin qu'elle demande la répudiation moyennant compensation (Khol'ê). Sinon, elle doit avoir des preuves pour justifier qu'elle subit des sévices de la part du mari au point que la vie conjugale en soit devenue impossible. Et c'est la grande question qui se pose : pourquoi on croit tout de suite l'époux à qui il lui suffit de déclarer que sa vie conjugale devient impossible avec sa femme pour lui accorder la répudiation et non pour la femme? Est-elle une menteuse ?
Et quelle est la solution ?
Il faut savoir que c'est une question de mentalité d'abord. Jadis, il n'y avait pas d'acte de mariage, il y'avait seulement la lecture de la Fatiha pour se marier.
Et pourtant, la relation entre les époux durait des dizaines d'années, car il y'avait encore la bonne foi. Ce que nous n'avons pas. On attend actuellement la réforme de code du statut personnel. Mais avec cette mentalité qui ne se rend pas compte, à titre d'exemple, des enfants qui se jettent à la rue à cause du divorce pour se noyer dans la délinquance, on ne peut arriver à rien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.