Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Asli : Le cinéma par la grande porte
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 11 - 2004

Le film «A Casablanca les anges ne volent pas» de Mohamed Asli fait de nouveau parler de lui. Cette fois-ci à travers sa participation au Festival du Caire, qui s'ouvre le 30 novembre. Un film qui a révélé le talent d'un homme très discret. Portrait.
Nombreux sont ceux qui ont entendu le nom de Mohamed Asli. Mais bien peu savent que sa vie a été consacrée entièrement au cinéma. Plus qu'un simple métier, le cinéma est pour Mohamed Asli une passion. Une passion qui fut nourrie à travers ses fréquentations avec les jeunes de l'Union des étudiants du Maroc (UNEM).
Né en 1957 dans un quartier populaire de Casablanca, la vie de Mohamed Asli était paisible. « J'ai mené une enfance tranquille, qui n'avait rien d'extraordinaire, mais durant mes études secondaires, j'avais des amis de l'UNEM », déclare t-il. Ces mêmes amis étaient nourris de rêves et de volonté communs. Celle de changer le monde et de contribuer au développement de leur pays. Un développement qui ne saurait se faire sans s'intéresser aux arts et à la culture. Ainsi, ils ont poussé leur meilleur ami qui sympathisait avec leurs idéaux, à faire du cinéma. « Je venais à peine d'obtenir mon bac littéraire et je n'avais plus de doutes sur le choix de mes études, c'était décidé, j'allais faire du cinéma ». C'est ainsi, que Mohamed Asli se jette dans l'aventure et l'Italie est son heureuse élue.
Ce pays était connu pour son cinéma engagé et par le mouvement du néoréalisme. Un mouvement et une école vers lesquels les jeunes de l'époque étaient penchés. Mohamed Asli faisait partie de cette catégorie de personnes qui étaient bercées par un monde de rêve où seul le beau et le bien étaient évoqués. « Quand j'avais 11-12 ans, j'adorais écrire des poèmes ». Toute la sensibilité de la poésie venait s'ajouter au choix de Mohamed Asli quant à sa carrière cinématographique. Il se dirigera ainsi vers Milan et s'inscrit en 1975 à l'Institut professionnel d'études de cinéma. Une fois en Italie il n'aura guère de problèmes d'intégration, Mohamed Asli apprendra la langue en un temps très court. « A l'époque c'était très facile de s'intégrer à l'étranger, j'ai été accueilli solennellement, et on m'avait même octroyé une bourse italienne ».
Pendant trois ans d'études, Mohamed Asli était fasciné par tous les métiers du cinéma. Sa formation, lui permet de toucher à toute la panoplie des techniques du 7ème art. Après trois ans, Mohamed Asli retourne au Maroc et tente de se consacrer au travail de cinéaste. Cependant, il affirme qu'à l'époque, le climat n'était pas propice. Alors, il décide de retourner à sa terre d'accueil, il s'engagera dans le monde du travail en Italie. Il sera tantôt assistant caméraman ou régisseur général, tantôt assistant réalisateur ou chargé de production. Mais sa curiosité pousse ce jeune passionné à prospecter les autres sphères du monde du cinéma. Il s'investira également dans l'écriture de scénarii pour plusieurs courts-métrages italiens et des films documentaires. En roulant ainsi sa bosse, Mohamed Asli enrichit son expérience et son talent. Il rêve de pouvoir montrer enfin au grand jour ses capacités cinématographiques. C'est ainsi que Mohamed Asli se met au travail dans la discrétion la plus totale. Les Marocains ne savaient rien sur le talent de ce cinéaste qui a escaladé les marches du succès avec son premier opus « A Casablanca les anges ne volent pas ».
Le projet de ce film s'est construit à l'abri des regards et des critiques. Mohamed Asli n'est pas une personne qui aime faire parler d'elle. Et pour preuve, le centre de formation cinématographique qui se trouve à Ouarzazate fait partie de ses projets non révélés au grand jour. Il est l'instigateur de ce centre de formation aux métiers de journalistes. Un centre construit sur 60 hectares et qui est financé en partenariat avec Cinecitta, une maison de production italienne. «Nous voulons couvrir ce manque en formation aux métiers du cinéma», déclare Mohamed Asli. Pour ce dernier, les projets se construisent en silence. Un silence abritant des œuvres qui finissent par en épater plus d'un.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.