Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika : Une imposture algérienne (24)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 11 - 2004

Directeur du quotidien algérien «Le Matin», Mohamed Benchicou a publié à la veille des présidentielles algériennes un livre pamphlet, «Bouteflika : une imposture algérienne», qui retrace la carrière politique et militaire du président Abdelaziz Bouteflika. Le livre, qui a fait l'effet d'une bombe, a valu à son auteur deux ans de prison ferme.
Dans ce dernier message du vétéran, il y a comme une sentence définitive adressée aux généraux : un diplomate tiers-mondiste aux deux tiers mondain ne fait pas forcément un trois-quarts de président.
Chapitre IV : Le successeur
Avec le journaliste du Nouvel Observateur, Ouafia et Sid-Ali, un modeste couple d'enseignants d'Aïn Defla, ne font pas mystère
de leur vote : « Nous votons Bouteflika parce que nous avons la nostalgie de l'époque Boumediène. » Ouafia et Sid-Ali font partie, en ce printemps de l'année 1999, de ces
millions d'Algériens las et désemparés, réduits à regretter une époque mythique dont on ne sait si elle a vraiment existé, mais qu'on décrit comme celle de la justice et de la dignité ; l'époque où les nouveaux riches n'osaient pas étaler leur luxe indécent, l'âge d'or de l'orgueil national où l'on croyait à l'égalité et au « passeport vert », l'ère bénite de la médecine gratuite et du travail pour tous : l'époque de Boumediène.
Qu'importe si le « Messie » au cigare était une légende, semblent
dire les citoyens trahis ; lui seul nous aurait sauvés du déshonneur et de l'incertitude, puisque la déchéance qui nous a envahis après sa mort n'a ému aucun de ses successeurs, puisque tous nous ont laissés quémander un visa pour fuir un pays qui pue aujourd'hui la corruption. Oui, que Boumediène revienne et on reprendra espoir.
Et le « Messie » se réincarna : Abdelaziz Bouteflika !
Bouteflika a eu l'instinct du parfait épigone : récupérer la nostalgie. Offrir des mots à la fois bouleversants et rassurants à cette population de votants frustrés par le destin. Oui, il continuera l'œuvre de Boumediène comme le successeur qu'il aurait dû être dès 1979 si Chadli Bendjedid ne lui avait pas « injustement usurpé » sa place. Lui seul sait ressusciter Boumediène, lui dont les Algériens se rappellent l'émouvante oraison funèbre dite, en cette triste journée de décembre 1978, en l'honneur du mort illustre avec les sanglots du fils pleurant le père. « Kaïfa nouanika ya Boumediène. »
Oui, il sera Boumediène le temps d'une campagne, et même après si besoin est. Bouteflika pastichant, Boumediène subjugue son monde.
Il pleure le temps perdu, exhorte les Algériens à retrouver leur fierté, les admoneste comme l'aurait fait Boumediène, se drape de l'autorité du père, emprunte la colère du chef, se donne le regard du dictateur, fustige l'équipe de Chadli, coupable de toutes les déchéances, et promet, pour finir, au bon peuple
séduit qu'une nouvelle page allait bientôt s'ouvrir.
« Il a joué d'autant plus admirablement ce rôle qu'il est toujours
en train de jouer la comédie, de camper les personnages des autres, ceux qu'il aurait aimé être, explique Chérif Belkacem, le compagnon de jeunesse, celui qui, de l'avis général, connaît sans doute le mieux le président algérien. Bouteflika est resté un grand enfant qui copie ses modèles. Il n'a pas d'identité propre n'ayant pas tué le père… Alors il prend celle des autres. J'ai dit de lui une fois qu'il était plutôt “ressembleur” que “rassembleur”, étiquette qu'il affectionne par-dessus tout. Ils le lui ont dit et je crois que cela ne lui a pas plu. »
Et c'est vrai que Bouteflika dans le costume de Boumediène est proprement renversant. Le reporter français en est resté ébahi : «Comme Boumediène, Bouteflika fronce les sourcils, pointe du doigt, tient le même discours musclé. C'est Boumediène qui mène le plus efficacement campagne pour Bouteflika…
Parfois on a l'impression que le mort saisit le vif pour le faire asseoir sur le fauteuil présidentiel. » Bouteflika utilise avec dextérité les expressions favorites du défunt, celles qui font bondir les cœurs et palpiter les fiertés. « Qu'avez-vous fait du passeport vert ? Vous croyez le mériter? » lance-t-il en plein meeting à une foule émue dont il obtient miraculeusement des youyous.
Bouteflika recrée Boumediène en abusant de la passion antifrançaise
qui était notoire chez le président défunt. « Comment a-t-on pu accepter que les Algériens passent par Nantes pour obtenir un visa ?» s'indigne-t-il devant des journalistes parisiens.
« Arfaâ rassek ya ba ! » (lève la tête !) ordonne-t-il, avec l'accent
boumediéniste du terroir, à un citoyen de Guelma, terre natale de
Boumediène, qui venait de prendre la parole devant le président fraîchement élu. « Vous avez troqué la dignité contre le fromage rouge et un visa ! », hurle-t-il à la face d'une assistance interloquée, culpabilisée de s'être laissée appâter par la consommation sous Chadli mais ravie de l'allusion outrageante au point d'applaudir et d'entonner Kassaman ! Bouteflika porte alors
l'estocade : il se tourne vers un grand portrait de Boumediène et
lui fait le serment de poursuivre son œuvre ! Comment résister à une si belle convocation de l'orgueil passé ? Il est jusqu'aux chefs militaires, tel le général Nezzar, pour succomber au sortilège. L'ancien ministre de la Défense avoue avoir vu « revivre » Boumediène : « Lorsque l'illusionniste sait y faire, par la mime et la simagrée, on se surprend à croire aux réincarnations miraculeuses. Bouteflika sut mimer mieux que personne Houari Boumediène. La moustache, le port de tête, les petits coups assénés sur le pupitre, les sourcils relevés, les envolées lyriques et les petites phrases suggestives ressuscitèrent, un moment, l'aîné qui consacra d'outre-tombe, par l'onction du compagnonnage, sa candidature. Saisissant ! Il est le retour de l'absent, la résurrection du mort. Il ne fait plus qu'un avec l'autre. » Bouteflika venait, enfin, d'imposer dans les esprits une chimère impossible : « succéder » à Boumediène. Reproduire l'inauthenticité ne l'angoissait pas, puisque seul importait de dupliquer le personnage dans sa majesté extérieure pas dans sa foi intérieure. Bouteflika n'a jamais détesté déclencher les illusions. C'est une façon d'entretenir son influence et, surtout, de rester en vie. Pour succéder au colonel, il ne restait plus à Bouteflika que le pouvoir de la simagrée, le vrai pouvoir lui ayant refusé le statut d'héritier.
Contrairement à ce que soutient Bouteflika, il ne fut jamais question qu'il remplaçât Boumediène.
« Nous n'en avons jamais parlé au Bureau politique. C'eût été une hypothèse farfelue », se rappelle Ahmed Taleb Ibrahimi. « Son nom a subrepticement été évoqué, mais vite écarté, confirme le général Benyellès. Nous étions tous unanimes : ce n'était pas sérieux comme proposition. Désigner un homme dont on connaissait la réputation de fêtard… » Rien ne l'y qualifiait, tout s'y opposait. La stature du colonel assurait le coup de grâce : Boumediène était immortel! «D'ailleurs, il n'a jamais songé à sa succession, jusqu'à ses derniers jours, se rappelle Ahmed Taleb Ibrahimi, qui eut souvent à lui tenir compagnie devant son lit de mort à Moscou. Il n'imaginait pas, en cette année 1978, qu'il allait mourir si vite. Les Soviétiques lui ont toujours caché le degré de gravité de sa maladie, et lui continuait d'enfiler les projets politiques dans l'attente de sa guérison. » Cette inhibition qu'exerçait le colonel Boumediène sur ses collaborateurs explique le fait que les militaires, étouffés, aient conçu sa succession de façon à ne plus jamais avoir de chef.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.