Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Covid-19 : Le ministère de la Santé annonce la fin de la deuxième vague "Omicron"    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Casablanca : Cinq ans de prison ferme pour une mère de famille qui a tué sa voisine    Un ex-enseignant se jette dans le vide et une femme se suicide par pendaison    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika : Une imposture algérienne (40)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 12 - 2004

Directeur du quotidien algérien «Le Matin», Mohamed Benchicou a publié à la veille des présidentielles algériennes un livre pamphlet, «Bouteflika : une imposture algérienne», qui retrace la carrière politique et militaire du président Abdelaziz Bouteflika. Le livre, qui a fait l'effet d'une bombe, a valu à son auteur deux ans de prison ferme.
Les hôtes étrangers apprendront, eux aussi, à tendre l'oreille à Bouteflika sans forcément l'écouter. Le directeur du Nouvel Observateur, Jean Daniel, raconte cette cocasse sortie du président algérien à Paris lors d'une réception offerte par Jacques Chirac : «Bouteflika, m'apercevant, me prend les mains, les garde, se tourne vers Chirac et lui dit : “Savez-vous ce qu'a fait Jean Daniel pendant les négociations d'Evian ? Rendant compte des pourparlers sur le sort des pieds-noirs, il a consacré deux pages entières à Louis Joxe, alors que son ami Saâd Dahlab était tout de même sur ce sujet, le chef de la délégation algérienne… Ce jour-là, on a vu qu'il était peut-être l'ami de Saâd Dahlab, mais qu'il était surtout l'ami de Louis Joxe !” Personne dans notre groupe ne comprend de quoi il s'agit.
Le président algérien est manifestement le seul à se souvenir de cette période et surtout de ce genre de détails.
Mais qu'a voulu dire Bouteflika ? Pourquoi a-t-il éprouvé le besoin de cette évocation ? Personne ne le sait, ni ne s'en soucie. »
Jean Daniel aura le loisir, quelques mois plus tard, de s'abasourdir des capacités du président pour la désinvolture lorsque Bouteflika qualifiera, devant lui, le général Lamari, chef d'état-major, de «gros plein de soupe».
Bachir Boumaza, qui fut président du Sénat sous Bouteflika et qui, à ce titre, fut souvent mis dans les confidences des chancelleries, confirme le peu de crédit qui entourait le président de la République: « Il n'est pas respecté par les chefs d'Etat étrangers en raison de son comportement épouvantablement puéril, sa façon notamment de parler de la cuisine interne du pouvoir algérien, de livrer des secrets
d'appareils, de calomnier les généraux et ses ministres…
Les hôtes étrangers étaient terriblement gênés par ces inconduites qui ne rassuraient pas sur le personnage. Bouteflika voulait un surcroît d'admiration, il ne gagnait au final qu'un surcroît de déconsidération.»
Cette conception légère des relations entre Etats éclaire, pour une grande part, sur le peu de confiance qu'ont témoigné les investisseurs étrangers envers l'Algérie. Comment ne pas se méfier d'un pays dont le premier dirigeant a des propos si peu rassurants ?
« Le terrorisme n'explique pas tout dans le fait que les hommes d'affaires occidentaux et même arabes ont boudé l'Algérie pendant le mandat de Bouteflika, confirme l'ancien ministre et diplomate Abdelaziz Rahabi qui fut ambassadeur à Madrid. Les plus grandes entreprises américaines se sont installées en Algérie du temps de Zeroual…
Et en 1996, c'est-à-dire en pleine apogée de l'insécurité dans le pays, l'Algérie a obtenu de la part de l'Espagne un crédit commercial de 850 millions de dollars. Nous n'avons plus arraché pareille enveloppe. José-Maria Aznar a rendu deux fois visite à Bouteflika sans engagement concret. La crédibilité d'un Etat ne se mesure pas à ses épanchements, mais aux garanties qu'il donne. »
En 2003, l'Algérie de Bouteflika était classée à la 74e place des pays les plus attractifs pour les investissements étrangers, loin derrière la Tunisie, le Maroc et l'Egypte. «La corruption dans les administrations et le système judiciaire constituent une entrave aux affaires en Algérie», note un rapport du Femise sur la situation économique des pays de la Méditerranée, qui prend soin de préciser que la Tunisie, le Maroc et la Jordanie sont épargnés par le phénomène.
En décembre 2003, le Conseil national économique et social (CNES) dresse un tableau noir de l'économie algérienne dans l'Algérie de Bouteflika : le chômage y est de 27,3 % de la population active ; l'investissement public y stagne ; le poids des hydrocarbures reste dominant. En dépit de réserves financières sans précédent accumulées grâce aux augmentations successives du prix du pétrole sur le marché international, la précarité économique frappe toujours
les Algériens. Sans projet réel, Bouteflika ne sait comment investir l'argent amassé. « L'opinion attend légitimement de voir cette aisance se transformer en richesse durable, plus équitablement répartie », affirme Mohamed-Salah Mentouri,
président du CNES. Le constat que l'expert fait de l'économie algérienne sous Bouteflika est sévère : «Le pays reste confronté à une plaie énorme représentée par le chômage de masse, que seule une croissance élevée, saine et soutenue peut espérer ramener à des proportions plus réduites. »
L'Algérie, sous Bouteflika, doit de survivre aux puits de pétrole qui fournit 98 % des recettes d'exportations et, de patienter, aux intarissables puits de paroles présidentielles.
L'Etat algérien va encore se déconsidérer en laissant toute la place au prophète. Dans un système divin, que faire, en effet, des saints ? Bouteflika va castrer l'Etat en niant toute prérogative aux Chefs de gouvernement, aux ministres et aux députés. Pendant cinq ans, l'Algérie fonctionnera sans autre Exécutif que la seule personne du président Bouteflika !
Dès l'été 1999, la couleur est annoncée. A Olivier Mazeroles qui lui suggérait de laisser parler les généraux pour que soit connue leur position envers le nouveau président, il a cette sèche réponse :«Non. Il n'y a que moi qui ai le droit à la parole. »
En arrivant au pouvoir, Bouteflika trouve un gouvernement dirigé par Smaïl Hamdani, dont il qualifie très vite les ministres de «membres du gouvernement qui ne font pas
grand-chose».
Le successeur de Hamdani, Ahmed Benbitour, ne bénéficiera pas de davantage de considération. Pour avoir osé voir des similitudes entre le programme de ce dernier et le discours de Bouteflika, le journaliste d'Europe 1 se fera sèchement
rappeler à l'ordre : « C'est mon programme. Il n'y a pas de programme de Benbitour. Ce n'est pas un programme très proche du mien, c'est mon programme à moi. Il ne peut être que le mien. »
Ahmed Benbitour finira par jeter le tablier le 26 août 2000, à peine huit mois après avoir pris ses fonctions.
Il n'avait pas admis que le chef de l'Etat méprisât le gouvernement et le Parlement en signant d'autorité une ordonnance sur les privatisations, sans aucune concertation préalable.
« Il n'y avait aucun moyen d'éviter la démission, explique Benbitour. Entre le chef de l'Etat et moi, il y avait une divergence fondamentale dans la conception qu'on se fait l'un et l'autre du rôle de l'Etat. Cela ne pouvait pas continuer.
L'ordonnance élaborée en dehors du gouvernement a été l'opportunité qui a motivé mon départ, mais elle n'a été que la goutte qui a fait déborder le vase. Nous entrions dans le totalitarisme médiatisé par l'utopie. C'eût été une tricherie que de faire semblant de diriger un gouvernement et de faire croire qu'on était en train de réaliser un programme de redressement. Je ne pouvais me contenter de formuler des slogans et d'encourager l'immobilisme. »
Au pays du prophète où on se passe de Chef de gouvernement, on n'a bien sûr que faire de ministre des Finances : «Je connais le terrain économique mieux que le ministre
des Finances.
Le ministre des Finances, il a tout juste le droit de veiller aux équilibres généraux. Moi, j'ai la responsabilité de répondre de tous les sujets qui concernent l'Etat algérien depuis la sécurité jusqu'à l'emploi, jusqu'à l'habitat… »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.