Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Disparition d'un (autre) nouveau-né à Casablanca: Où sont les responsables ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 09 - 2016

L'hôpital Abderrahim El Harouchi n'a, à aucun moment, remis en question sa politique sécuritaire. A en croire les déclarations du père, cet hôpital, aussi important soit-il, ne disposerait pas de caméras de surveillance...
Dix heures... Dix heures de silence. C'est le temps qu'a mis l'hôpital Abderrahim El Harouchi de Casablanca à réagir suite à l'affaire de disparition d'un nouveau-né. Pour rappel, ce nouveau-né (une fille que les parents souhaitaient nommer Hajar) a disparu mercredi après que sa famille a été victime de ce que l'on décrit comme une escroquerie. Dans un communiqué, l'hôpital n'apporte rien de nouveau si ce n'est une simple confirmation du drame et une déviation de toute notion de « responsabilité ». Récit.
Mercredi dernier, Nabil Zoufir accompagnait sa femme, sa mère et sa fille fraîchement née à la sortie de l'hôpital avant qu'une «infirmière» n'intervienne pour récupérer le nouveau-né sous prétexte que des analyses doivent être effectuées. Une situation qui semble jusque-là routinière et que tout un chacun est amené à vivre. Citée par le communiqué dudit hôpital, c'est la grand-mère du nouveau-né qui vient apporter quelques précisions. En effet, alors que le père appuyait sa femme, c'est elle qui portait le bébé au moment où «une femme inconnue l'a entraînée au jardin de l'hôpital, lui faisant croire que des analyses doivent être effectuées et lui demandant de lui remettre le nourrisson et de revenir à la maternité». En lui remettant le nouveau-né, elle était loin de se douter de la suite.
D'après la grand-mère, elle aurait suivi la supposée infirmière avant que celle-ci ne se rende compte de sa présence et lui demande d'aller lui chercher «les documents de sortie». Une fois chose faite, le nouveau-né s'était envolé, au même titre que la jeune dame. «Lorsqu'elle est revenue au même endroit, elle a été choquée par la disparition de la femme en question et du nourrisson, et la famille s'est rendu alors compte qu'elle a été victime d'une escroquerie», confirme la direction de l'hôpital qui, à aucun moment, n'a remis en question sa politique sécuritaire.
La mère, qui n'a été mise au courant de la disparition de sa fille que plus tard, est à l'heure où nous mettions sous presse en état de choc, incapable de s'exprimer. Pour rappel, elle avait été admise lundi à la maternité où elle a donné naissance à une fille, mardi à 00h40. Quant au père, Nabil Zoufir, il ne demande qu'à récupérer sa fille : «Je suis prêt à lui pardonner. Je veux juste retrouver mon enfant», ne cesse-t-il de répéter sur un ton désespéré. A l'heure actuelle une femme de ménage aurait aperçu l'auteure de cette escroquerie et serait à ce sujet interrogée par les services de sécurité. Le travail d'investigation de ces derniers s'avère toutefois plus compliqué que prévu. A en croire les déclarations du père, l'hôpital Abderrahim El Harouchi, aussi important soit-il, ne disposerait pas de caméras de surveillance...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.