Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    De nouvelles annonces sur le renforcement du partenariat stratégique Maroc/Etats-Unis    Ahmed Dgharni tire sa révérence    Sahara: l'Alliance du Pacifique réitère son appui à l'initiative marocaine d'autonomie    La rentrée décisive    Droits de l'Homme : La CRDH de Guelmim-Oued Noun tient sa première réunion ordinaire    Nouveau consul espagnol à Rabat    Investissements publics : une enveloppe globale de 230 milliards de DH en 2021    PLF 2021, l'autre facette : Coupe budgétaire, annulation de crédits ouverts, emprunt extérieur…    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    PLF 2021: plus de 20.000 postes budgétaires prévus    L'ONMT reprend les Fam Trips    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    Le HCP compte réaliser une nouvelle enquête nationale sur la famille    Smartphones : realme remporte 5 prix internationaux de design    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    La FIFA lance son programme exécutif de lutte contre le dopage    La RSB qualifiée pour sa deuxième finale consécutive    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    L'Atletico Madrid privé de Diego Costa face au Bayern Munich    Un premier centre de campagne privé au quartier Derb Sultan à Casablanca    El Otmani: les mesures prises ont démontré leur efficacité    Agriculture sans glyphosate : Les Domaines agricoles avant-gardistes    Le fructose peut causer le trouble bipolaire    Coronavirus : des conseils pour passer le test PCR sans danger    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Dakhla : Mise en échec d'une tentative d'émigration illégale    Alerte météo : Fortes rafales de vent mardi dans plusieurs régions    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Coronavirus : Badr Hari testé positif    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gestion déléguée en question
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 12 - 2004

La méthode de la gestion déléguée est de plus en plus contestée. Mercredi à Tanger, lors d'une journée d'étude consacrée à ce sujet, des élus communaux de la ville ont fermement contesté la gestion déléguée de la collecte des déchets solides de la ville.
Le ton monte entre les élus de la ville de Tanger et la société espagnole concessionnaire «CESPA-Nadafa ». Motif de la grogne : non-respect du cahier des charges par la société concessionnaire et la multiplication des dysfonctionnements dans ses prestations qui, selon les termes des élus rapportés par l'agence MAP, ont sérieusement affecté la propreté de la ville.
À ce stade, le quiproquo dépasse le simple reproche. Certains élus ont même soulevé l'éventualité d'engager les procédures légales pour la résiliation du contrat de gestion déléguée avec la société espagnole.
Pour rappel, le contrat de gestion déléguée, conclu en 2001, a conféré à la société CESPA-Nadafa la gestion du service de la collecte des déchets solides et du nettoiement dans les arrondissements urbains de la ville. Mais les choses ont mal tourné dès le début de l'opération lorsqu'un conflit a surgi entre la société espagnole et les ouvriers municipaux qui ont été intégrés sous sa direction. Un conflit qui a provoqué occasionnellement une série de grèves qui ont sérieusement impacté la propreté de la ville.
Aujourd'hui, le litige entre les élus communaux et la société prend des proportions inquiétantes.
Ces derniers n'ont pas hésité à fustiger les nombreux dysfonctionnements des services de la société concessionnaire qui «ont sérieusement écorné la réputation touristique de la ville».
Mais le plus intéressant dans cette affaire est sans soute la position des autorités locales. Lors de cette journée, le wali de la région Tanger-Tétouan, Mohamed Halab s'est joint aux élus en expliquant que
l'opération de la gestion déléguée a souffert dès le début d'un «manque de rigueur», et qualifiant la conclusion du contrat de «hâtive» et le contenu ne reposant pas sur des «règles claires». Le responsable a pris le soin dans ce cadre de rappeler que les services de tutelle ont sollicité, en 2002, la tenue d'une Commission d'enquête de l'administration centrale pour identifier les raisons du faible rendement de la société concessionnaire. Les révélations faites à cet égard sont impressionnantes : les critères retenus pour faire une estimation du coût de l'assainissement solide dans la ville de Tanger ne correspondaient pas à la réalité. Chiffres à l'appui, le responsable explique que la base du contrat s'est appuyée sur une estimation de 700 g de déchets quotidiens par habitant, alors que la moyenne établie par plusieurs études au niveau national varie entre 1200 à 1400 g/jour. Avec un luxe de détails, le responsable à même citer l'exemple de la ville d'Oujda qui compte à peine 400.000 habitants et qui est dotée d'un budget assainissement solide de 50 millions de Dh. Alors que le même budget pour la ville de Tanger, qui abrite 650.000 habitants, ne dépasse pas les 35 millions de Dh.
Des interrogations se posent cependant sur cette soudaine et tardive prise de conscience de la part des autorités du caractère inéquitable du contrat de gestion déléguée. Hasard de calendrier, l'effervescence qui règne actuellement à Tanger coïncide avec la prise de participation de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) et RMA-Watanya de 41% du capital de Lydec, qui s'occupe, pour rappel, de l'assainissement liquide d'une partie de la ville de Casablanca. La principale conséquence de cette opération est que 41% du capital de la Lydec devient marocain. Le début également de la marocanisation du concept de la gestion déléguée ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.