Le Masi soutenu par les premiers résultats du 3e trimestre    Saham Immobilier: Almaz revisite le moyen standing    Retraites en France: Comment combler le déficit    Les Algériens de nouveau appelés aux urnes    Oujda: Quand le football booste le tourisme local    Mafias de la santé    Des contes en ligne pour préserver l'héritage culturel    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Le Polisario mis à l'index au Pays Basque espagnol    Philippe Vasseur : On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut    Shinzo Abe, une longévité record sans successeur en vue    Unis contre Trump, les démocrates exposent leur division entre modérés et progressistes    Le régime successoral est à revoir    L'OCS croit pleinement en ses chances à Radès    Les billets du derby se font désirer sur internet    Euro 2020 : Casse-tête au tirage et chocs en perspective    Tiznit s'achemine vers un nouveau marketing territorial    Le Maroc, un acteur majeur dans le domaine industriel en Afrique    Saisie de 476 kg de cocaïne dans un appartement à Harhoura    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    Soukaina Fahsi enflamme le public de "Visa for Music"    Deux films marocains en compétition aux Journées cinématographiques de Kairouan    Malgré la polémique, le film de Polanski attire le public    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Mosquées: Ahmed Toufiq s'engage pour l'amélioration de la qualité des lieux    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    A Nador, interpellation de deux hommes pour trafic international de drogue et psychotropes de grande ampleur    Google durcit les règles pour les publicités politiques    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    Giovanna Barberis «La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance pourrait être accélérée»    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    Al boraq : 2,5 millions de voyageurs transportés à fin octobre 2019    Inauguration à Rabat du nouveau siège de la COMADER    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Edito : Modèle    Saisie de 476 kg de cocaïne dans un appartement à Harhoura    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mendiants arnaqueurs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 11 - 2002

L'arnaque pendant le ramadan. Un phénomène qui a pris de l'ampleur. Les arnaqueurs exploitent la sacralité du mois pour induire en erreur leurs victimes. Des cas à Casablanca.
Le mois sacré de Ramadan est respecté, vénéré par tous les Musulmans et non Musulmans. Un mois de purification, d'ascèse et de piété. Mais certains groupes d'énergumènes, connus par des actes de violences, des survoltés, des fanatiques, des drogués en sensation de manque, profitent de l'atmosphère, qui règne en ce mois sacré, à duper, gruger, blouser ; bref à arnaquer comme bon leur semble. La mendicité est l'étiquette qui couvre ces pratiques. A Casablanca, le phénomène a pris de l'ampleur. Ce fléau touche tous les âges et toutes les catégories de la société, hors de besoin, vieilles personnes, adolescents, enfants, handicapés et bien portants, citadins et ruraux.
Tous les prétextes sont bons pour arracher quelques sous. En effet, ces énergumènes se présentent comme des mendiants qui demandent la charité d'une manière pudique. Avec des habits déchirés, mal chaussés. L'approche de la rupture du jeûne, l'affluence du moment et la pression du temps (ftour) sont généralement exploitées par ces cambrioleurs, notamment devant les grandes boulangeries, les arrêts de bus, de taxis et notamment les gares.
Selon, les espaces, ils choisissent leur cible, provoquent sa pitié, font appel à ses sentiments les meilleurs. Dans cette atmosphère, certains créent et maintiennent la conversation avec la victime, en vue de l'isoler de son entourage le maximum possible. Parfois, ils proposent même une aide et accompagnent leur « client » tranquillement. Une fois les conditions du déclenchement de leurs opérations sont réunies. Le ton change. L'arme blanche au cou de la victime. Il verse tout ce qu'il a pour s'en sortir.
Il y a également ceux qui se présentent comme des marchands ambulants, en plein centre-ville, vers minuit. Flacons de parfums, cigarettes blondes, montres, lunettes à des prix défiant toute concurrence. Ils abordent leur cible, en lui expliquant les qualités du produit, entre ses mains. Ils l'entourent et l'isolent en vue de l'agresser sans attirer l'attention des passagers qui n'interviennent généralement pas ! A la gare routière d'Ouled Ziane, l'arnaqueur s'approche de sa victime, la voix tremblotante, le visage défait. Il se rendait à Nador en famille au chevet de sa fille agonisante. Des voleurs les ont délestés de tous leurs biens alors qu'il cherchait un taxi. Il propose l'unique bracelet en or de sa femme pour une bouchée de pain... Le client cède et, ravi, se précipite chez le premier bijoutier qui l'accable, railleur: Ce n'était que du métal doré, sans aucune valeur. Il se précipite à la recherche du larron... mais l'oiseau s'est envolé vers d'autres cieux, à la recherche d'autres victimes, certainement.
Il faut dire que selon le temps, l'espace, ces énergumènes choisissent leurs cibles. Les victimes dans une grande surface de vente ne sont plus celles d'un souk hebdomadaire dans une campagne. Elles ne sont pas non plus les mêmes dans un restaurant ou une boîte de nuit. Le temps des opérations dépend également de l'espace. La méthode et les techniques mises en œuvre pour détourner les regards et parvenir, sans grands risques, à leurs fins dépendent, à leur tour, de la nature de la victime. Le tout est bien calculé. Pratiquement rien n'est laissé au hasard. Ces techniques sont utilisées pendant le mois du Ramadan. Après, les arnaqueurs procèdent d'une autre manière. Et pour se protéger contre ces pratiques, il n'y a pas mieux que le vieux dicton. « Prudence est mère de sûreté». Surtout pendant ce mois sacré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.