Droits et libertés: Le plaidoyer du CNDH    DIAPO-Relance et emploi: La CGEM, le GPBM et l'Etat signent le pacte    Au cœur de la pensée de Mintzberg    Un pays au bord de la faillite économique    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    L'état d'urgence court jusqu'au 10 septembre    France: fin de la prise d'otage dans une banque (intérieur)    Rentrée scolaire au Maroc : un bon début de visibilité    La Fondation Ali Zaoua lance le 1er Festival HipHop on-line    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Coronavirus : 1.144 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 29.644 cas cumulés jeudi 6 août, à 18 heures    Etat d'urgence sanitaire : le Maroc joue les prolongations    Relance touristique : Le détail du contrat-programme 2020-2022    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Quelle carrure économique pour le football national ?    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Covid-19 : le Ministère mise sur le suivi à domicile pour décharger l'hôpital    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Lions de l'Atlas    Le Raja se rapproche du fauteuil de leader    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Trump a adressé une lettre personnelle au roi Mohammed VI    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Salé: un jeune sème la panique au quartier Sidi Moussa    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination! (3e partie)    Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne ?    Maroc: baisse du flux des IDE à fin juin 2020    Explosions à Beyrouth: le dernier bilan    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Ritz-Carlton Hotel confirme le maintien de ses projets au Maroc    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    La Libye cible de folies hégémoniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mendiants arnaqueurs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 11 - 2002

L'arnaque pendant le ramadan. Un phénomène qui a pris de l'ampleur. Les arnaqueurs exploitent la sacralité du mois pour induire en erreur leurs victimes. Des cas à Casablanca.
Le mois sacré de Ramadan est respecté, vénéré par tous les Musulmans et non Musulmans. Un mois de purification, d'ascèse et de piété. Mais certains groupes d'énergumènes, connus par des actes de violences, des survoltés, des fanatiques, des drogués en sensation de manque, profitent de l'atmosphère, qui règne en ce mois sacré, à duper, gruger, blouser ; bref à arnaquer comme bon leur semble. La mendicité est l'étiquette qui couvre ces pratiques. A Casablanca, le phénomène a pris de l'ampleur. Ce fléau touche tous les âges et toutes les catégories de la société, hors de besoin, vieilles personnes, adolescents, enfants, handicapés et bien portants, citadins et ruraux.
Tous les prétextes sont bons pour arracher quelques sous. En effet, ces énergumènes se présentent comme des mendiants qui demandent la charité d'une manière pudique. Avec des habits déchirés, mal chaussés. L'approche de la rupture du jeûne, l'affluence du moment et la pression du temps (ftour) sont généralement exploitées par ces cambrioleurs, notamment devant les grandes boulangeries, les arrêts de bus, de taxis et notamment les gares.
Selon, les espaces, ils choisissent leur cible, provoquent sa pitié, font appel à ses sentiments les meilleurs. Dans cette atmosphère, certains créent et maintiennent la conversation avec la victime, en vue de l'isoler de son entourage le maximum possible. Parfois, ils proposent même une aide et accompagnent leur « client » tranquillement. Une fois les conditions du déclenchement de leurs opérations sont réunies. Le ton change. L'arme blanche au cou de la victime. Il verse tout ce qu'il a pour s'en sortir.
Il y a également ceux qui se présentent comme des marchands ambulants, en plein centre-ville, vers minuit. Flacons de parfums, cigarettes blondes, montres, lunettes à des prix défiant toute concurrence. Ils abordent leur cible, en lui expliquant les qualités du produit, entre ses mains. Ils l'entourent et l'isolent en vue de l'agresser sans attirer l'attention des passagers qui n'interviennent généralement pas ! A la gare routière d'Ouled Ziane, l'arnaqueur s'approche de sa victime, la voix tremblotante, le visage défait. Il se rendait à Nador en famille au chevet de sa fille agonisante. Des voleurs les ont délestés de tous leurs biens alors qu'il cherchait un taxi. Il propose l'unique bracelet en or de sa femme pour une bouchée de pain... Le client cède et, ravi, se précipite chez le premier bijoutier qui l'accable, railleur: Ce n'était que du métal doré, sans aucune valeur. Il se précipite à la recherche du larron... mais l'oiseau s'est envolé vers d'autres cieux, à la recherche d'autres victimes, certainement.
Il faut dire que selon le temps, l'espace, ces énergumènes choisissent leurs cibles. Les victimes dans une grande surface de vente ne sont plus celles d'un souk hebdomadaire dans une campagne. Elles ne sont pas non plus les mêmes dans un restaurant ou une boîte de nuit. Le temps des opérations dépend également de l'espace. La méthode et les techniques mises en œuvre pour détourner les regards et parvenir, sans grands risques, à leurs fins dépendent, à leur tour, de la nature de la victime. Le tout est bien calculé. Pratiquement rien n'est laissé au hasard. Ces techniques sont utilisées pendant le mois du Ramadan. Après, les arnaqueurs procèdent d'une autre manière. Et pour se protéger contre ces pratiques, il n'y a pas mieux que le vieux dicton. « Prudence est mère de sûreté». Surtout pendant ce mois sacré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.