Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    E-commerce : 12,8 millions d'opérations pour 4,6 MMDH à fin juin    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cadrage : Lucidité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Le nom du Maroc est fréquemment cité dans le cadre des enquêtes diligentées à travers le monde dans les affaires liées au terrorisme international, et notamment dans le cadre des investigations pour retrouver les auteurs d'attentats terroristes liés aux réseaux d'Al Qaïda de Oussama Ben Laden.
Le nom du Maroc est fréquemment cité dans le cadre des enquêtes diligentées à travers le monde dans les affaires liées au terrorisme international, et notamment dans le cadre des investigations pour retrouver les auteurs d'attentats terroristes liés aux réseaux d'Al Qaïda de Oussama Ben Laden. De nombreux marocains ou originaires du Maroc ont cédé à la tentation terroriste, que ce soit directement en faisant le coup de feu en Afghanistan, sous l'étiquette générique du Jihad, ou en appartenant à des ramifications des réseaux subversifs, qui sont passés à l'acte ou sont restés au stade de l'intention et de l'appui logistique à des groupes qui font l'objet d'enquêtes poussées ou d'instructions judiciaires, aux U.S.A., en Europe, en Asie et dans la région arabe.
Mais jusqu'à présent, toutes ces mises en cause concernent, du moins au regard des informations qui remontent à la surface dans des affaires soumises par nature à la discrétion, essentiellement des individus et n'engagent aucune responsabilité collective d'une organisation qui aurait élu domicile au Maroc.
Par contre, le territoire national du Royaume, comme d'ailleurs l'ensemble de la région du Maghreb, est manifestement une cible stratégique pour le terrorisme international, en tant que terrain d'opérations. L'attentat de Gerba en Tunisie demeure l'acte le plus meurtrier et le plus directement lié au terrorisme international, et sur lequel l'enquête se poursuit au niveau local et international. En Algérie, bien que noyé dans un terrorisme local chronique, le lien avec les réseaux terroristes internationaux est de plus en plus établi, ne serait-ce que par l'importance des effectifs des « Afghans » d'Algérie qui constituent le plus gros des contingents maghrébins qui se sont entraînés dans les camps de Ben Laden en Asie centrale.
Quant au Maroc, il faut se rappeler qu'il a été le théâtre, en 1994 déjà, d'un attentat meurtrier, commis par un commando armé et dirigé de l'étranger, perpétré à l'hôtel Atlas-Asni de Marrakech, dont les conséquences furent désastreuses pour le pays.
Mais, plus récemment, les forces nationales de sécurité, en coordination avec leurs homologues arabes, européens et américains, ont démantelé des cellules subversives dormantes, constituées de terroristes saoudiens, avec la complicité agissante de marocains. Le dossier, examiné actuellement par la justice, recèle une véritable entreprise de déstabilisation du pays dont personne ne peut imaginer l'ampleur des conséquences des actes meurtriers qui étaient projetés contre des intérêts nationaux et étrangers, si les auteurs avaient pu, par malheur, passer à l'acte.
Pour s'en rendre compte, il suffit de se représenter le prix lourd que sont en train de payer les autres pays frappés par le fléau du terrorisme tels l'Indonésie, Oman, le Kénya, le Pakistan, par exemple. Au-delà de l'impossibilité manifeste de sanctuariser un quelconque pays contre les frappes du terrorisme, ce serait faire preuve d'une inconscience criminelle que de suggérer, comme n'ont pas hésité à le faire croire chez nous certaines voix, heureusement marginales, que les informations autour du démantèlement des cellules terroristes, seraient le fruit d'un montage ou d'une manipulation qui viserait on ne sait quel bénéfice politique ou autre. Une telle cécité ne s'explique certainement plus par l'ingénuité ou la naïveté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.