Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la collusion de train à Millas    Fermeture définitive de la prison locale Salé    Khémisset: 18 blessés dans le renversement d'un véhicule de transport    ONCF : C'est les soldes d'hiver sur les cartes de réduction !    Parlement : Habib El Malki en visite de travail au Vietnam    FAR :LE REVERS DE LA MEDAILLE; HISTOIRE D'UNE DERIVE    DERNIERE MINUTE: LA FRM DE BOXE CHANGE LE LIEUX DE SON A/G    Troisième AG de la FAAPA à Casablanca    OiLibya s'allie à SGS pour la qualité de ses carburants    4 tonnes de Haschich saisies en Espagne    AUJOURD'HUI A 13 H A L'INSTITUT NATIONAL DES STATISTIQUES DE LA FAC DES SCIENCES HUMAINES :JOURNEE CULTURELLE DE COREE DU SUD    « Plasticiens du Maroc, Poètes du Monde » à la Société Générale    La Fondation AWB s'intéresse à la Citoyenneté en son Espace Actua    Abdelhak Najib signe « Le pays où les pierres parlent »    AUTOROUTES DU MAROC: HAUSSE DE 12% DES RECETTES    DEMANTÈLEMENT D'UN GANG QUI KIDNAPPAIT DES RICHES CONTRE DES RANÇONS    Que faisait le président de la Région Beni-Mellal avec la délégation du WAC au Mundialito?    LA CIMR AVANCE LA DATE D'ACTIVATION DE LA CARTE RAHATI    PREVISIONS METEOROLOGIQUES POUR LA JOURNEE DU SAMEDI 16 DECEMBRE    MISE A JOUR DE LA BOTOLA: LE WAC ET LA RAJA AU COMPLEXE PRINCE MOULAY ABDALLAH (LUNDI,MARDI ET JEUDI)    Atlantic Dialogues : Plus de 600 millions d'Africains n'ont pas accès à l'électricité !    ATTENTION! POULES DANGER!!!    LA BAD PRÊTE 265 MILLIONS DE DOLLARS AU MAROC POUR NOUR MIDELT    Historique de la langue arabe à l'UNESCO    ATTENTION!LA GRIPPE SAISONNIERE TUE PLUS DE 650 000 HUMAINS PAR AN.OU EN EST LE MAROC?    Quand Renard faisait danser ses joueurs avant les matches    Eredivisie : Oussama Assaidi incertain face au Vitesse Arnhem    Droits de l'Homme: El Othmani promet un plan d'action    Programme des principaux matchs de ce samedi 16 décembre    Un mondial sans Espagne ?    Deux chocs pour les Lions en mars    L'agroalimentaire marocain intéresse les Chinois    Disney rachète 21st Century Fox    La migration africaine se joue à 80 % à l'intérieur du continent    Sahara marocain    Mise en place de commissions provinciales pour lutter contre les effets de la vague de froid    Négociations sur le Brexit: ce que l'on sait    Institut français : Quand Oujda écrit l'histoire    Le Maroc adhère au protocole... 3 ans après    Dernière ligne droite avant des élections en Catalogne qui pourraient ne rien régler    Fisc: Le Luxembourg fait appel de la sanction de Bruxelles sur Amazon    La Chambre des représentants adopte en deuxième lecture le projet de loi de Finances 2018    Le Hamas appelle à des manifestations « de colère » tous les vendredis    CPI: 10 millions de dollars de réparations pour les enfants-soldats d'une milice congolaise    Saisie et destruction de 345 t de produits impropres à la consommation en novembre    Terrorisme: Des peines allant de 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 4 accusés    Ligne rouge    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.