Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indice de performance des changements climatiques 2018 : Le Maroc 6ème au niveau mondial
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 11 - 2017

Le développement des énergies renouvelables explique en partie ce classement
Le Maroc est le sixième pays le plus performant au monde en matière de lutte contre le changement climatique. C'est ce que révèle l'indice 2018 de performance des changements climatique (CCPI) qui a été publié ce mercredi et réalisé par l'ONG allemande Germanwatch, le réseau d'ONG Climate action network Europe et le NewClimate Institute. Signalons qu'aucun pays n'a pris de mesures suffisantes pour éviter les impacts dangereux du changement climatique jusqu'à présent et atteindre les objectifs de l'Accord sur le climat de Paris. C'est pourquoi les trois premières places du classement mondial restent inoccupées. Par rapport à l'année précédente, le Maroc a ainsi gagné deux places dans le classement. Avec un score de 68,22, le Maroc devance plusieurs pays tels que la Norvège, le Royaume-Uni, la Finlande, la Suisse, la France ou encore l'Allemagne, pays hôte de la COP23 . Il faut relever à ce sujet que depuis quelques années, le Maroc est le seul pays hors UE avec une «bonne» performance.
Le bon classement du Maroc s'explique par «le faible niveau d'émissions et ses objectifs ambitieux de réduction des émissions de GES d'ici 2030», soulignent les auteurs du rapport. Et d'ajouter : «Le Maroc a pu installer de nouvelles capacités d'énergies renouvelables au cours des cinq dernières années, ce qui conduira probablement à une meilleure évaluation des énergies renouvelables l'année prochaine». Si le Maroc utilise son énorme potentiel dans la production d'énergie solaire et hydraulique, les émissions en CO2, qui montent actuellement, vont probablement se stabiliser durant les prochaines années. Le Maroc a présenté une contribution nationale ambitieuse qui comprend une composante sans condition de 13% de réduction d'émissions de gaz à effet de serre par rapport au scénario « statu quo » de 2010 d'ici à 2030 et une deuxième composante, qui vise 32% moins d'émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030.
En partant de 34% d'énergies renouvelables en 2015, le Maroc veut augmenter ses capacités totales pour arriver à 42% en 2020 et à 52% en 2030 de renouvelables dans le secteur d'énergie. Pour ce qui est de l'énergie hydraulique, le Royaume vise à atteindre l'objectif de 52% d'énergies renouvelables dans la production d'électricité essentiellement par l'augmentation de la part d'énergie solaire et éolienne. Signalons que le «Climate change performance index» est établi avec l'aide de 300 experts énergétiques et climatiques -dont la plupart sont membres d'ONG environnementales- sur la base de 14 critères répartis en quatre catégories: les émissions de gaz à effet de serre, le recours aux énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et la politique climatique. L'analyse rend compte ainsi des efforts déployés pour éviter les changements climatiques. En bas du classement, on retrouve les Etats-Unis, l'Australie, la Corée du Sud, l'Iran et l'Arabie Saoudite. Ces pays figurent ainsi parmi les très mauvais élèves de l'action climatique. La Corée du Sud, l'Iran et l'Arabie Saoudite ont montré «peu de progrès ou de volonté» dans leurs efforts pour réduire les gaz à effet de serre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.