Tramway de Casablanca : un nouveau mort    Julian Assange, confus et bredouillant devant la justice à Londres    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migrants    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    Brexit: Guérilla attendue au Parlement britannique sur l'accord    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Conformité fiscale/Personnes physiques : un cadre légal spécifique est en vue    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Une belle leçon des joueurs botolistes    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Au-delà d'une LDF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Belle distinction de Yasser Daho    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marrakech revue par Zakia Daoud
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 01 - 2005

Le dernier roman de Zakia Daoud nous replonge dans le Maroc du 11ème siècle. «Zaynab, reine de Marrakech» revisite le passé, s'attaque aux Almoravides et couronne l'épouse de Youssef Ibn Tachffine. Avant-goût.
Zakia Daoud n'en finit pas de nous surprendre. Son dernier roman «Zaynab, reine de Marrakech», paru récemment chez les éditions de l'Aube, vient de remettre en cause une donne historique marocaine des plus sûres et vérifiées : Youssef Ibn Tachaffine n'est pas le fondateur de la ville de Marrakech. Zakia Daoud, à contre-courant de tous les autres historiens de la place, pense que c'est bel et bien sa femme Zaynab qui était derrière la construction de la ville ocre. Et elle y croit dur comme fer. L'ancienne rédactrice en chef de la revue marocaine «Lamalif» défend, bec et ongles, sa thèse qu'elle développe dans un roman mêlant, d'une manière subtile, histoire et fiction.
Zakia Daoud, lors d'une rencontre-signature de son «Zaynab, reine de Marrakech » dans une librairie casablancaise, avise de prime abord le lecteur : «Une partie du livre est inventée parce que les livres d'histoire ne disent pas gros sur cette époque-là.
Donc, je me suis retrouvée avec des lacunes et des trous dans le roman que j'ai comblés, par la suite, en inventant certaines choses». Avant la publication du roman, Zakia Daoud est allée même voir certains historiens qui connaissent bien le passé lointain de Marrakech, de peur de commettre des gaffes ou d'omettre certains détails et repères historiques primordiaux. «J'ai soumis le manuscrit à des historiens qui m'ont dit qu'eux aussi ils ne savaient pas plus que cela sur les Almoravides et surtout sur l'héroïne de mon roman, Zaynab», dit-elle lors de cette rencontre. Le premier jet de «Zaynab, reine de Marrakech» était tellement imprégné de notes historiques que Zakia Daoud s'est penchée, une nouvelle fois, sur le manuscrit pour enlever certains passages susceptibles d'ennuyer le lecteur. Il fallait rendre le roman plus romanesque qu'historique. Il fallait aussi penser à ce plaisir de la lecture que Zakia Daoud garantit à tous ceux qui iront chercher «Zaynab, reine de Marrakech» dans les librairies.
L'auteur dit aujourd'hui qu'elle n'a ménagé aucun effort pour dépoussiérer cette partie de l'histoire du Maroc.
En fait, le 11ème siècle a connu l'une des époques glorieuses de l'histoire de l'Afrique du Nord, et même celle de l'Andalousie, et durant lequel est fondé le règne des Almoravides. Cette confrérie de guerriers et berbères avait régné sur le Maghreb et l'Andalousie de 1061 à 1147, et avait posé les jalons de l'une des grandes villes du Royaume : Marrakech.
Une ville dont le nom du vrai fondateur vient d'être révélé, en grande pompe, par Zakia Daoud. 10 siècles après, cet écrivain et ex-journaliste sape les fondements de l'histoire de la ville ocre et veut, coûte que coûte, réparer le préjudice causé à la gents féminine. Car préjudice, il y'en a bien eu ! Et Zakia Daoud n'est pas de ceux qui y vont par quatre chemin : «L'histoire du Maroc est silencieuse sur les femmes ».
À travers « Zaynab, reine de Marrakech », elle prouve que Zaynab n'était pas seulement une femme cloîtrée dans le harem de Youssef Ibn Tachaffine, mais elle était aussi une stratège qui avait son mot à dire dans la vie politique. «Née à Aghmat, en 1039, Zaynab est une fille à la beauté et à l'intelligence exceptionnelles.
À 19 ans, elle rencontre son troisième mari, qui rêve de fonder une nouvelle forteresse. Elle l'entraîne dans un endroit magique qui sera le berceau de la ville future de Marrakech», lit-on dans la note de présentation de l'ouvrage.
Zakia Daoud, en fouillant et farfouillant dans le passé du Maroc, vient de bousculer tout un pan de notre histoire. Elle s'érige également en avocat de Zaynab et intente un procès posthume contre l'histoire. À lire avec attention.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.