Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    Agence nationale des ports. Emission d'un emprunt obligataire d'1 MMDH    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Les déficiences du football national!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Sept réformes phares de l'UE    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marrakech revue par Zakia Daoud
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 01 - 2005

Le dernier roman de Zakia Daoud nous replonge dans le Maroc du 11ème siècle. «Zaynab, reine de Marrakech» revisite le passé, s'attaque aux Almoravides et couronne l'épouse de Youssef Ibn Tachffine. Avant-goût.
Zakia Daoud n'en finit pas de nous surprendre. Son dernier roman «Zaynab, reine de Marrakech», paru récemment chez les éditions de l'Aube, vient de remettre en cause une donne historique marocaine des plus sûres et vérifiées : Youssef Ibn Tachaffine n'est pas le fondateur de la ville de Marrakech. Zakia Daoud, à contre-courant de tous les autres historiens de la place, pense que c'est bel et bien sa femme Zaynab qui était derrière la construction de la ville ocre. Et elle y croit dur comme fer. L'ancienne rédactrice en chef de la revue marocaine «Lamalif» défend, bec et ongles, sa thèse qu'elle développe dans un roman mêlant, d'une manière subtile, histoire et fiction.
Zakia Daoud, lors d'une rencontre-signature de son «Zaynab, reine de Marrakech » dans une librairie casablancaise, avise de prime abord le lecteur : «Une partie du livre est inventée parce que les livres d'histoire ne disent pas gros sur cette époque-là.
Donc, je me suis retrouvée avec des lacunes et des trous dans le roman que j'ai comblés, par la suite, en inventant certaines choses». Avant la publication du roman, Zakia Daoud est allée même voir certains historiens qui connaissent bien le passé lointain de Marrakech, de peur de commettre des gaffes ou d'omettre certains détails et repères historiques primordiaux. «J'ai soumis le manuscrit à des historiens qui m'ont dit qu'eux aussi ils ne savaient pas plus que cela sur les Almoravides et surtout sur l'héroïne de mon roman, Zaynab», dit-elle lors de cette rencontre. Le premier jet de «Zaynab, reine de Marrakech» était tellement imprégné de notes historiques que Zakia Daoud s'est penchée, une nouvelle fois, sur le manuscrit pour enlever certains passages susceptibles d'ennuyer le lecteur. Il fallait rendre le roman plus romanesque qu'historique. Il fallait aussi penser à ce plaisir de la lecture que Zakia Daoud garantit à tous ceux qui iront chercher «Zaynab, reine de Marrakech» dans les librairies.
L'auteur dit aujourd'hui qu'elle n'a ménagé aucun effort pour dépoussiérer cette partie de l'histoire du Maroc.
En fait, le 11ème siècle a connu l'une des époques glorieuses de l'histoire de l'Afrique du Nord, et même celle de l'Andalousie, et durant lequel est fondé le règne des Almoravides. Cette confrérie de guerriers et berbères avait régné sur le Maghreb et l'Andalousie de 1061 à 1147, et avait posé les jalons de l'une des grandes villes du Royaume : Marrakech.
Une ville dont le nom du vrai fondateur vient d'être révélé, en grande pompe, par Zakia Daoud. 10 siècles après, cet écrivain et ex-journaliste sape les fondements de l'histoire de la ville ocre et veut, coûte que coûte, réparer le préjudice causé à la gents féminine. Car préjudice, il y'en a bien eu ! Et Zakia Daoud n'est pas de ceux qui y vont par quatre chemin : «L'histoire du Maroc est silencieuse sur les femmes ».
À travers « Zaynab, reine de Marrakech », elle prouve que Zaynab n'était pas seulement une femme cloîtrée dans le harem de Youssef Ibn Tachaffine, mais elle était aussi une stratège qui avait son mot à dire dans la vie politique. «Née à Aghmat, en 1039, Zaynab est une fille à la beauté et à l'intelligence exceptionnelles.
À 19 ans, elle rencontre son troisième mari, qui rêve de fonder une nouvelle forteresse. Elle l'entraîne dans un endroit magique qui sera le berceau de la ville future de Marrakech», lit-on dans la note de présentation de l'ouvrage.
Zakia Daoud, en fouillant et farfouillant dans le passé du Maroc, vient de bousculer tout un pan de notre histoire. Elle s'érige également en avocat de Zaynab et intente un procès posthume contre l'histoire. À lire avec attention.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.