Sahara marocain. Coup d'envoi d'une deuxième table ronde à Genève    HCP : Evolution du taux de la fécondité au Maroc    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Interpellée pour "intention de s'adonner à la prostitution"... Le cri de colère d'une Marocaine à Jakarta    Chez les dentistes, un projet de loi fait jaser    Conférence-Débat: La place des femmes dans l'espace public    Les AREF comptent licencié les enseignants contractuels pour abandon de poste    Paradis fiscaux : Jouahri exprime sa colère vis-à-vis du maintien du Maroc par l'UE sur la liste grise    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Communiqué du BP du PPS    Fusillade d'Utrecht : Le suspect va comparaître pour homicides « terroristes »    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    La diaspora invitée à contribuer au développement de leur pays d'origine    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Le ver dans le fruit !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Flexibilité du DH: L'élargissement de la bande pas pour demain    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Centrale Danone lance une nouvelle gamme de lait : «Centrale Ta9alid Bladi»    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Programme d'urgence de l'éducation nationale : Beaucoup d'argent, peu de résultats
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 12 - 2018


La Cour des comptes livre son rapport
La Cour des comptes a dévoilé, mercredi 12 décembre, son rapport d'évaluation sur le programme d'urgence du ministère de l'éducation nationale. Dans son document, la Cour estime que le programme d'urgence n'a pas réalisé ses objectifs et n'a pas eu les impacts souhaités sur le système éducatif. L'évolution de plusieurs indicateurs après 2012 a montré une aggravation de la situation de l'éducation et de la formation. Côté budget, la Cour signale qu'entre 2009 et 2012, 43,1 milliards DH ont été mobilisés par l'Etat. Néanmoins, les paiements effectifs n'ont été que de 25,1 milliards DH, soit un taux de paiement de 58%, largement inférieur au taux d'exécution des budgets sectoriels constatés au niveau du budget général de l'Etat durant la période.
Ainsi, les partenaires du programme n'ont pas respecté leurs engagements en matière de financement. Au final, les 25 milliards DH qui ont été dépensés n'ont pas servi à grand-chose vu les multiples dysfonctionnements dont pâtit le système éducatif. L'insuffisance de la capacité d'accueil est pointée du doigt par la Cour des comptes. Sur un objectif de 1.164 établissements scolaires prévus par le programme d'urgence, seulement 286 ont été créés, soit 24,6%. Quant à l'objectif de l'extension des établissements existants prévu pour 7.052 nouvelles salles, les réalisations n'ont pas dépassé 4.062 salles, soit 57,6%. Cette situation a eu pour conséquence la non exploitation de 16.262 salles de classe pouvant servir pour les besoins de scolarisation, soit l'équivalent de 1.355 établissements de 12 salles chacun. L'autre conséquence a trait à l'aggravation du taux d'encombrement des classes pour le cycle primaire, collégial et qualifiant avec des taux de 21,2, 42 et 22,3% au titre de l'année scolaire en 2016-2017 contre 7,3, 16,5 et 26,1% en 2008. Le rapport signale que la couverture de l'ensemble des communes rurales par des collèges n'a pas été atteinte. Celle-ci est passée de 52,8% en 2008-2009 à seulement 66,5% en 2016-2017.
6.437 établissements sans réseaux d'assainissement et 9.365 salles délabrées
La dégradation des établissements scolaires constitue un problème de taille. La Cour des comptes précise qu'au cours de l'année scolaire 2016-2017, 6.437 établissements étaient sans réseaux d'assainissement, 3.192 non raccordés au réseau d'eau potable et 681 non branchés au réseau d'électricité, ainsi que 9.365 salles délabrées. Par ailleurs, la généralisation du préscolaire n'est pas pour demain.
Le programme d'urgence avait fixé un objectif de 80% en 2012 et la généralisation en 2015. Toutefois, cet objectif est loin d'être atteint. Sur les 7.667 écoles primaires, seulement 24% dispensent l'enseignement préscolaire.
La qualité de l'enseignement remise en cause
Pour combler le déficit des ressources humaines, le ministère de l'éducation nationale a procédé au recrutement de 54.927 enseignants par voie de contrat, durant la période 2016 – 2018. L'affectation de ces derniers directement aux classes d'enseignement, sans formation pédagogique requise, remet en question la qualité des enseignements dispensés. Il faut aussi noter que le programme d'urgence avait prévu un budget d'environ 12 milliards DH pour la mise en œuvre de dix projets inscrits dans le pôle pédagogique. Cela dit, certaines composantes de ce pôle portant sur la réforme des curricula, la mise en place d'un système d'information et d'orientation efficient, le renforcement de la maîtrise des langues, et l'amélioration du dispositif pédagogique n'ont pas été réalisées. Par ailleurs, la mise en œuvre de certains projets, bien qu'entamée, a été suspendue faute d'une vision intégrée de la réforme souhaitée.
Abandon scolaire : Plus de 270.000 élèves par an
L'abandon scolaire constitue un défi de taille auquel fait face le système éducatif. Malgré une amélioration du taux d'abandon scolaire qui a nettement diminué entre 2008 et 2012 , ce dernier a de nouveau enregistré une augmentation en 2017 pour dépasser les 279.000 élèves. La Cour des comptes signale que la persistance de l'abandon scolaire est estimée à plus de 270.000 élèves par an. Au final, la Cour des comptes a relevé l'absence d'un diagnostic précis de l'état des lieux et des préalables nécessaires à la mise en œuvre de tout programme, de l'évaluation des risques et des solutions alternatives. De même, il n'a pas été tenu compte en particulier des capacités de gestion des différentes parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du programme eu égard à la consistance et à la nature des actions à entreprendre. La Cour a noté l'absence d'un système d'information et du pilotage intégré et fiable dédié au programme d'urgence avec des outils adéquats susceptibles de donner une visibilité sur les progrès réalisés et accompagné d'un dispositif d'évaluation approprié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.