Première sortie pour l'ex-Conseil de la magistrature    Justice: Un droit d'accès à l'information a minima    PJD: El Othmani dénonce «les perturbateurs»    Assurance-vie: L'Autorité surveille le dispositif anti-blanchiment    Marrakech/aéroport: Le ras-le-bol des professionnels du tourisme    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'Europe riposte à la guerre commerciale déclarée par Trump    Forum de Paris sur la paix: Des initiatives pour améliorer la gouvernance    Tibu éduque le rural par le Basket    Dix mois pour préparer les Jeux africains 2019    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Ecole rurale: A quoi joue l'Education nationale?    Pétrole : Le Maroc serait «sous-exploré»    Les pertes d'Uber continuent d'enfler    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Le pape François se rendra en voyage apostolique au Maroc    Nasser Bourita : Le Maroc demeure attaché à une solution consensuelle en Libye    Les PPP ont le vent en poupe en Afrique    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    Pour ou contre les JO-2026 ? Les habitants de Calgary donnent leur avis    Le Real Madrid confirme Solari, nommé jusqu'en 2021    Premier league : Susanna Dinnage, première femme à la tête de la Premier League    Les relations Maroc-USA examinées à Rabat    Mohamed Benabdelkader : Le maintien ou non de l'heure d'été dépend des résultats de son évaluation    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    Britanniques et Européens sont parvenus à un accord de principe sur l'Irlande    "Rêves d'une oasis" de Aziz Khoidir en compétition en Côte d'Ivoire    Bouillon de culture    BAM et l'ANRT lancent "m-wallet", un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    l'ONU décidée à clore le dossier du Sahara    Le Forum africain de la sécurité routière entame ses travaux à Marrakech    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le peintre maçon
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 02 - 2003

« Instants grèges » est le thème d'une importante exposition du peintre Abderrahman Meliani qui se poursuit jusqu'au 1er mars 2003 à la galerie Bab Rouah à Rabat. Les œuvres de cet artiste semblent être trempées dans une eau boueuse.
Les tableaux de Meliani sentent le mortier et le pilon. Leurs couleurs sont extraites des roches et transformées en pigments. Beaucoup de pigments naturels qui accentuent l'aspect terrien de la peinture de l'intéressé. Nombre de ses tableaux semblent avoir été trempés dans un lit de boue, d'autres donnent franchement l'impression d'être enduits de ciment.
Certes, ce sont seulement les pigments naturels qui laissent croire que l'artiste n'utilise pas les tubes de peinture, mais il n'en demeure pas moins, comme l'a écrit l'écrivain espagnol Emmanual Borja dans le beau texte qui préface le catalogue d'exposition, qu'il «faut situer ces tableaux de Meliani au-delà du chromatisme ordinaire des couleurs industrielles». Et cet au-delà de la peinture apparente l'artiste à un maçon. Il ne s'agit pas d'une image, mais de la réalité d'une œuvre dont la réalisation requiert l'utilisation de matières naturelles. Un peu de sable, beaucoup de terre et des pigments gris qui ressemblent à du ciment. La surface de la toile en est rêche et rugueuse. On y voit des reliefs tassés par un grattoir ou une truelle qui n'a pas encore lissé toute la surface.
Ces œuvres ressemblent aussi à ces murs contre lesquels les maçons frottent leur matériel pour l'essuyer du trop de matière. Ces œuvres évoquent ces murs qui accueillent tout ce dont se débarrassent les ouvriers pour faire proprement leur travail. Le miracle des œuvres de Meliani, c'est qu'en même temps qu'elles sont boueuses, elles ne sont jamais sales. En atteste ce tableau placé à l'entrée de la galerie Bab Rouah et qui ressemble à un tronc d'arbre en furie. Le tronc en question est noir, et les alentours ont la couleur de la boue rouge. On dirait que les eaux boueuses d'une rivière en crue sont passées sur cette œuvre. Et pourtant, ils ont laissé quantité de sédiments sans salir l'œuvre.
D'autre part, la figuration est réduite à l'essentiel dans l'art de Meliani. À peine quelques traits pour dessiner les contours d'un cartable d'écolier, les lignes d'un fauteuil ou ces espèces de torsions évoquant un ressort dont l'effet tourbillonnant s'ajoute au chaos tellurien de la toile. Abderrahman Meliani est né en 1944 à Marrakech. Il est enseignant au CPR de Rabat. « Je ne vis pas de ma peinture, parce que je ne vends pas beaucoup. Il est très difficile de vivre de sa peinture dans un pays où les possibilités de vente sont extrêmement rares », répond l'intéressé lorsqu'on l'interroge sur le fait qu'il est à la fois peintre et enseignant. C'est un homme très discret. Certains lui reprochent de changer de style trop fréquemment, ce qui ne rend pas aisé la reconnaissance de son art.
L'artiste s'en défend au nom de la recherche : « Je réfléchis sur ma peinture. J'avance. Se renouveler est nécessaire pour être peintre », dit-il. Personne ne peut lui contester cela, d'autant plus que l'exposition de Bab Rouah ne ravit réellement l'œil et l'esprit que lorsqu'on l'appréhende comme une série. Autrement, s'il s'agissait de revoir des œuvres peintes de la même façon, elles perdraient de leur pouvoir et finiraient par lasser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.