Barça: Bartomeu prépare le grand ménage    Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement : La loi-cadre toujours sujette à la surenchère
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 04 - 2019

Les multiples reports retardent l'adoption d'un texte essentiel pour la réforme de l'école
Les députés maintiennent le suspense jusqu'au bout concernant la loi-cadre sur l'enseignement. Alors que l'on croyait les divergences totalement dépassées entre les partis et un consensus trouvé, coup de théâtre. La séance de vote programmée mardi dernier est reportée au lendemain à la demande du groupe parlementaire du PJD (Parti de la justice et du développement). Une guerre de courants et une bataille d'égo divisent ce parti. Résultat: un texte stratégique pour le pays est donc pris en otage.
En effet, le projet de loi-cadre 51.17 relatif au système de l'éducation nationale, de la formation et de la recherche scientifique devait être adopté avant la clôture de la session parlementaire d'automne en février dernier. Pour rattraper ce retard une session extraordinaire vient de démarrer. Mais le blocage demeure. Le PJD, premier responsable de ce retard, multiplie les réunions en interne. Ainsi, une réunion extraordinaire du secrétariat général, sous la conduite du secrétaire général du parti et chef de gouvernement, a eu lieu mardi dans la soirée quelques heures après l'annonce du report du vote au Parlement. Mais les conclusions de cette réunion laissent pour le moins perplexes.
Selon Slimane El Omrani, secrétaire général adjoint du parti, «en dépit d'un consensus sur un grand nombre de points, il existe toujours des divergences sur la question des langues d'enseignement». Un retour à la case départ n'est donc pas à écarter puisque la question des langues était depuis le départ le principal point de divergences entre les différentes forces politiques à la Chambre des représentants. En tout cas, les membres de la commission parlementaire permanente chargée de l'enseignement, de la culture et de la communication devaient se réunir hier mercredi à 16h00 pour tenter un nouveau déblocage. A l'heure où nous mettions sous presse, cette réunion n'avait pas encore démarré. Reste à savoir si le texte sera adopté avant la début de la prochaine session parlementaire prévue dans quelques jours.
L'article 65 de la Constitution stipule que «le Parlement siège pendant deux sessions par an. Le Roi préside l'ouverture de la première session qui commence le deuxième vendredi d'octobre. La seconde session s'ouvre le deuxième vendredi d'avril. Lorsque le Parlement a siégé quatre mois au moins, au cours de chaque session, la clôture peut être prononcée par décret».
A noter que la session parlementaire extraordinaire a débuté lundi dernier suite à l'adoption d'un décret par le Conseil de gouvernement jeudi dernier. Plusieurs textes doivent être adoptés au cours de cette session. L'ordre du jour de la session prévoit l'examen du projet de loi 51.17 relatif au système d'éducation, de formation et de recherche scientifique, du projet de loi 62.17 sur la tutelle administrative sur les communautés soulaliyates et la gestion de leurs biens, ainsi que du projet de loi 63-17 relatif à la délimitation administrative des terres des communautés soulaliyates. Le projet de loi 21.18 relatif aux sûretés mobilières a été, quant à lui, déjà adopté dès lundi.
Divergences
La majorité des acteurs politiques pense que l'ouverture sur des langues étrangères pour l'enseignement des matières scientifiques est bénéfique. Mais les partis de l'Istiqlal et du PJD ne voient pas les choses sous cet angle, transportant le débat sur un terrain idéologique et identitaire.
Cette situation a pour fâcheuse conséquence de bloquer l'adoption du texte qui cumule déjà pas mal de retard en dépit de son caractère stratégique. En effet, le projet de loi-cadre est très attendu puisqu'il s'agit de la pierre angulaire de la vision stratégique pour l'enseignement à l'horizon 2030.
Pour rappel, le projet de loi-cadre 51.17 relatif au système de l'éducation nationale, de la formation et de la recherche scientifique facilitera la mise en œuvre des dispositions de ladite vision stratégique. Dans ce sens, une série de mesures visant à garantir un enseignement de qualité pour tous est prévue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.