Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement : La loi-cadre toujours sujette à la surenchère
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 04 - 2019

Les multiples reports retardent l'adoption d'un texte essentiel pour la réforme de l'école
Les députés maintiennent le suspense jusqu'au bout concernant la loi-cadre sur l'enseignement. Alors que l'on croyait les divergences totalement dépassées entre les partis et un consensus trouvé, coup de théâtre. La séance de vote programmée mardi dernier est reportée au lendemain à la demande du groupe parlementaire du PJD (Parti de la justice et du développement). Une guerre de courants et une bataille d'égo divisent ce parti. Résultat: un texte stratégique pour le pays est donc pris en otage.
En effet, le projet de loi-cadre 51.17 relatif au système de l'éducation nationale, de la formation et de la recherche scientifique devait être adopté avant la clôture de la session parlementaire d'automne en février dernier. Pour rattraper ce retard une session extraordinaire vient de démarrer. Mais le blocage demeure. Le PJD, premier responsable de ce retard, multiplie les réunions en interne. Ainsi, une réunion extraordinaire du secrétariat général, sous la conduite du secrétaire général du parti et chef de gouvernement, a eu lieu mardi dans la soirée quelques heures après l'annonce du report du vote au Parlement. Mais les conclusions de cette réunion laissent pour le moins perplexes.
Selon Slimane El Omrani, secrétaire général adjoint du parti, «en dépit d'un consensus sur un grand nombre de points, il existe toujours des divergences sur la question des langues d'enseignement». Un retour à la case départ n'est donc pas à écarter puisque la question des langues était depuis le départ le principal point de divergences entre les différentes forces politiques à la Chambre des représentants. En tout cas, les membres de la commission parlementaire permanente chargée de l'enseignement, de la culture et de la communication devaient se réunir hier mercredi à 16h00 pour tenter un nouveau déblocage. A l'heure où nous mettions sous presse, cette réunion n'avait pas encore démarré. Reste à savoir si le texte sera adopté avant la début de la prochaine session parlementaire prévue dans quelques jours.
L'article 65 de la Constitution stipule que «le Parlement siège pendant deux sessions par an. Le Roi préside l'ouverture de la première session qui commence le deuxième vendredi d'octobre. La seconde session s'ouvre le deuxième vendredi d'avril. Lorsque le Parlement a siégé quatre mois au moins, au cours de chaque session, la clôture peut être prononcée par décret».
A noter que la session parlementaire extraordinaire a débuté lundi dernier suite à l'adoption d'un décret par le Conseil de gouvernement jeudi dernier. Plusieurs textes doivent être adoptés au cours de cette session. L'ordre du jour de la session prévoit l'examen du projet de loi 51.17 relatif au système d'éducation, de formation et de recherche scientifique, du projet de loi 62.17 sur la tutelle administrative sur les communautés soulaliyates et la gestion de leurs biens, ainsi que du projet de loi 63-17 relatif à la délimitation administrative des terres des communautés soulaliyates. Le projet de loi 21.18 relatif aux sûretés mobilières a été, quant à lui, déjà adopté dès lundi.
Divergences
La majorité des acteurs politiques pense que l'ouverture sur des langues étrangères pour l'enseignement des matières scientifiques est bénéfique. Mais les partis de l'Istiqlal et du PJD ne voient pas les choses sous cet angle, transportant le débat sur un terrain idéologique et identitaire.
Cette situation a pour fâcheuse conséquence de bloquer l'adoption du texte qui cumule déjà pas mal de retard en dépit de son caractère stratégique. En effet, le projet de loi-cadre est très attendu puisqu'il s'agit de la pierre angulaire de la vision stratégique pour l'enseignement à l'horizon 2030.
Pour rappel, le projet de loi-cadre 51.17 relatif au système de l'éducation nationale, de la formation et de la recherche scientifique facilitera la mise en œuvre des dispositions de ladite vision stratégique. Dans ce sens, une série de mesures visant à garantir un enseignement de qualité pour tous est prévue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.