Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 04 - 2019

Une bonne partie d'entre eux refuse toujours de rejoindre son travail
La tension remonte d'un cran entre le ministère de l'éducation nationale et les enseignants ex-contractuels. Le ministre, Said Amzazi, a décidé de suspendre les négociations avec les enseignants des Académies régionales. Et par conséquent, la réunion qui était prévue le mardi 23 avril avec les syndicats les plus représentatifs du secteur et les représentants des enseignants des académies régionales n'a pas eu lieu. L'annonce a été faite à travers la publication d'un communiqué lundi 22 avril dans la soirée.
Le ministère annonce qu'il ne peut en aucun cas poursuivre le dialogue en l'absence des conditions requises pour mener des négociations sérieuses et responsables. Cette décision a été motivée par la poursuite de la grève par une bonne partie des enseignants ex-contractuels qui n'ont pas respecté l'engagement pris par leur représentant lors de la réunion du 13 avril dernier. Lors de cette réunion, leur représentant avait pourtant accepté de suspendre les grèves et de reprendre les cours le lundi 15 avril et ce en échange de la levée de toutes les mesures disciplinaires prises à leur encontre.
Le département de Said Amzazi assure avoir tenu ses promesses à travers l'adoption de plusieurs mesures, à savoir la suspension des procédures administratives contre certains enseignants des académies, le versement des salaires gelés, le réexamen de la situation des enseignants suspendus ainsi que le report du concours de qualification professionnelle pour permettre aux concernés de mieux se préparer.
En apportant ces précisions, le ministère affirme que le dialogue sera possible si les cadres des académies régionales regagnent leurs lieux de travail et s'acquittent de leur noble devoir professionnel, tout en réaffirmant qu'il ne ménagera aucun effort pour sécuriser le temps scolaire et assurer le droit à l'école pour tous les élèves. Après plusieurs semaines de grève, les enseignants estiment que leur objectif n'a toujours pas été atteint, à savoir intégrer la fonction publique. Ainsi, une partie d'entre eux poursuit son mouvement de grève jusqu'au 25 avril.
Une marche nationale a d'ailleurs été organisée le lundi 22 avril. Celle-ci qui a démarré depuis le siège du ministère de tutelle au Parlement a rassemblé des milliers d'enseignants. Rappelons que dans ce conflit, le ministre Said Amzazi avait clairement fait comprendre que le gouvernement ne pouvait pas faire marche arrière et qu'il a respecté ses engagements quant à l'amélioration des statuts des cadres des Aref, en introduisant toutes les garanties nécessaires à la stabilité professionnelle et la sécurité d'emploi pour ces cadres. Parmi celles-ci figurent celles relatives à la titularisation, tout en conservant l'ancienneté acquise à l'académie, le droit à la promotion dans l'échelle et l'échelon tout au long de leur carrière et la retraite suite à une maladie grave, en garantissant aux cadres des Aref les mêmes droits assurés pour le reste des fonctionnaires de l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.