« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 06 - 2019

La scène de Bab El Makina s'est transformée en piste de danse pendant environ 45 minutes le temps de la performance du Kingdom Choir.
C'est un mélange d'airs de musique qui a clôturé, samedi soir à Bab El Makina, le 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde. Entre gospel et flamenco, l'ensemble des festivaliers a visiblement trouvé son compte. Avant de laisser libre cours aux deux artistes espagnols, José Mercé et Tomatito, c'était au Kingdom Choir de Grande-Bretagne d'animer la première partie de ce concert de clôture.
Une piste de danse
Après que le groupe a interprété un premier single sur scène, la chanteuse Karen Gibson, fondatrice et directrice du «Kingdom Choir», s'adresse au public pour le saluer et lui expliquer la nature de leur musique. «Le gospel veut dire «good news» (bonnes nouvelles) qui procurent de la joie», précise-t-elle avant d'apprendre au public que son groupe, connu lors du mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, rendra hommage à la star défunte Aretha Franklin en interprétant l'une de ses chansons «Hallelujah».
Après quoi, le groupe, composé d'artistes britanniques, italiens, indiens et africains, enchaîne les morceaux sans manquer d'associer les mélomanes à leur chant et danse en interprétant également des airs africains. Ainsi, la scène de Bab El Makina s'est transformée en piste de danse pendant environ 45 minutes le temps de la performance du Kingdom Choir qui ne manque pas de demander au public de se lever pour danser. Entre «Stand by me», «Lovely day» et «Can you feel it», les festivaliers n'ont pu se retenir dans leurs places assises. «Votre ville est magnifique!», lance Karen Gibson qui n'hésite pas à devoir une fière chandelle aux organisateurs à l'issue de la performance du groupe. Quelques instants après, c'était au tour du chanteur José Mercé et du guitariste Tomatito, de son vrai nom José Fernández Torres, de monter sur scène.
Du flamenco non stop
La deuxième partie du concert de clôture a été entamée par le chanteur à la voix forte, José Mercé, qui a interprété des chants de flamenco en premier avant que le guitariste Tomatito, avec qui il vient de lancer l'album «De Verdad» (Vraiment), monte sur scène. Avec un bassiste, le guitariste fait vibrer le public. Et c'était au chanteur de revenir sur scène. «Bonsoir Fès!», s'adresse José Mercé au public pour reprendre ses chants par la suite aux rythmes de la guitare de Tomatito. Ces deux artistes considèrent d'ailleurs que «le flamenco est très spirituel».
Puis, le bassiste remonte sur scène avec la chorale pour une nouvelle prestation de battement de mains en suivant le rythme de la guitare de Tomatito qui ne manque pas de remercier le public en laissant libre cours aux rythmes d'un autre guitariste qui a enflammé les festivaliers. La dernière montée du groupe était accompagnée d'une chanteuse qui s'est jointe à la chorale. «Une bonne guitare flamenco», lance José Mercé de temps à autre en remerciant également le public. «Vive Fès!», avance-t-il en enchaînant les airs flamenco avant de se mettre debout avec Tomatito pour saluer le public en donnant l'impression que le concert a pris fin. Et c'était aux artistes de demander aux festivaliers de revenir pour savourer une dernière chanson. A lui seul, José Mercé a choisi de clôturer le concert en beauté par une danse flamenco. Il le fallait bien!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.