Impôts: Peu utilisé, le rescrit n'a pas réduit la peur du contrôle    Douane: Le Brexit ne change rien avec le Royaume-Uni    Athlétisme: Les griefs de la mission parlementaire    Un Monde Fou    Hooligan    Du théâtre improvisé pour challenger les comédiens    Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Mise en place d'un mécanisme de dialogue parlementaire entre le Maroc et le Chili    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    Divers sportifs    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    L'OMS opposée à toute prise de mesure disproportionnée contre le coronavirus    Divers Economie    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    Le Raja s'incline en Egypte sur un petit score jouable à domicile    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    GPBM : le programme d'appui des PME connaîtrait déjà un engouement de la part des porteurs de projet    Maroc Telecom: un RNPG fortement impacté par la sanction de l'ANRT    Le thème est axé sur le terrorisme    Maroc-Guinée Equatoriale : Rencontre à Rabat pour «mettre en route» la coopération dans les domaines des mines et des hydrocarbures    Le Japon premier employeur privé étranger au Maroc    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    Parlement, l'action des commissions tourne au ralenti    « Biohacking » et transhumanisme : des Russes expérimentent avec leur corps    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 06 - 2019

La scène de Bab El Makina s'est transformée en piste de danse pendant environ 45 minutes le temps de la performance du Kingdom Choir.
C'est un mélange d'airs de musique qui a clôturé, samedi soir à Bab El Makina, le 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde. Entre gospel et flamenco, l'ensemble des festivaliers a visiblement trouvé son compte. Avant de laisser libre cours aux deux artistes espagnols, José Mercé et Tomatito, c'était au Kingdom Choir de Grande-Bretagne d'animer la première partie de ce concert de clôture.
Une piste de danse
Après que le groupe a interprété un premier single sur scène, la chanteuse Karen Gibson, fondatrice et directrice du «Kingdom Choir», s'adresse au public pour le saluer et lui expliquer la nature de leur musique. «Le gospel veut dire «good news» (bonnes nouvelles) qui procurent de la joie», précise-t-elle avant d'apprendre au public que son groupe, connu lors du mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, rendra hommage à la star défunte Aretha Franklin en interprétant l'une de ses chansons «Hallelujah».
Après quoi, le groupe, composé d'artistes britanniques, italiens, indiens et africains, enchaîne les morceaux sans manquer d'associer les mélomanes à leur chant et danse en interprétant également des airs africains. Ainsi, la scène de Bab El Makina s'est transformée en piste de danse pendant environ 45 minutes le temps de la performance du Kingdom Choir qui ne manque pas de demander au public de se lever pour danser. Entre «Stand by me», «Lovely day» et «Can you feel it», les festivaliers n'ont pu se retenir dans leurs places assises. «Votre ville est magnifique!», lance Karen Gibson qui n'hésite pas à devoir une fière chandelle aux organisateurs à l'issue de la performance du groupe. Quelques instants après, c'était au tour du chanteur José Mercé et du guitariste Tomatito, de son vrai nom José Fernández Torres, de monter sur scène.
Du flamenco non stop
La deuxième partie du concert de clôture a été entamée par le chanteur à la voix forte, José Mercé, qui a interprété des chants de flamenco en premier avant que le guitariste Tomatito, avec qui il vient de lancer l'album «De Verdad» (Vraiment), monte sur scène. Avec un bassiste, le guitariste fait vibrer le public. Et c'était au chanteur de revenir sur scène. «Bonsoir Fès!», s'adresse José Mercé au public pour reprendre ses chants par la suite aux rythmes de la guitare de Tomatito. Ces deux artistes considèrent d'ailleurs que «le flamenco est très spirituel».
Puis, le bassiste remonte sur scène avec la chorale pour une nouvelle prestation de battement de mains en suivant le rythme de la guitare de Tomatito qui ne manque pas de remercier le public en laissant libre cours aux rythmes d'un autre guitariste qui a enflammé les festivaliers. La dernière montée du groupe était accompagnée d'une chanteuse qui s'est jointe à la chorale. «Une bonne guitare flamenco», lance José Mercé de temps à autre en remerciant également le public. «Vive Fès!», avance-t-il en enchaînant les airs flamenco avant de se mettre debout avec Tomatito pour saluer le public en donnant l'impression que le concert a pris fin. Et c'était aux artistes de demander aux festivaliers de revenir pour savourer une dernière chanson. A lui seul, José Mercé a choisi de clôturer le concert en beauté par une danse flamenco. Il le fallait bien!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.