Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Des déclarations qui inquiètent»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2003

Rabéa Naciri, présidente de l'ADFM considère que Me Boucetta a eu tort de chercher à faire l'équilibre entre modernistes et conservateurs. Elle s'étonne en outre qu'il s'est contenté de rencontrer M.Othmani comme si ce dernier était le seul interlocuteur dans l'affaire de la Moudawana. Entretien.
ALM : Vous considérez que la stratégie de communication adoptée par M. M'hamed Boucetta comme étant positive. Cependant vous contestez certaines idées du nouveau président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana. En quoi consiste votre contestation ?
Rabéa Naciri : La réaction de l'ADFM concerne essentiellement l'interview accordée par Maître Boucetta au « Journal hebdomadaire » du 08/02/03, dans laquelle et sans à propos, maître Boucetta a mis sur le tapis le PACS (Pacte civil de solidarité) en disant qu'il n peut être d'accord avec les dispositions de ce dernier. Telle qu'amenée, la déclaration de Maître Boucetta peut laisser supposer à l'opinion publique que le PACS fait partie des revendications de l'une ou de l'autre partie concernées par le dossier de la Moudawana. Ce qui est, à notre connaissance, absolument infondé.
A l'occasion d'une réunion des adhérentes de l'ADFM , j'ai posé la question pour savoir qui connaît le PACS, et naturellement, une infime minorité savait ce que cela veut dire. En sachant que Maître Boucetta n'est pas n'importe qui et surtout, que c'est un homme politique expérimenté, de telles déclarations sont inquiétantes car le dossier de la réforme de la Moudawna est déjà un sujet très sérieux et suffisamment complexe.
Le fait d'avoir cité M. Saâd-eddine El Othmani met-il en doute la crédibilité de Maître Boucetta en ce qui concerne ce sujet ?
Nous avons également été étonnées par le fait que Maître Boucetta, toujours dans la même interview, cite Monsieur Othmani. Nous posons la question de savoir pourquoi lui et pourquoi uniquement lui ? Nous aurions compris, à la limite, que Maître Boucetta cite Monsieur Othmani si ce dernier était, par exemple, une référence dans le domaine juridique ou dans les études islamiques. Mais, à ma connaissance, Monsieur Othmani est médecin. La seule interprétation que je puisse, personnellement, faire est que de telles déclarations font partie d'un jeu politicien qui, à mon avis, ne peut mener ni le dossier de la réforme de la Moudawana ni le pays, d'une façon plus générale, très loin.
Avez-vous établi un contact avec M.
Boucetta à ce propos ? et quel a été sa réaction ?
L'ADFM est membre du collectif Printemps de l'égalité qui est une coalition composée de plusieurs associations sur l'ensemble du territoire du pays et ce collectif a demandé, depuis près de deux semaines, un entretien avec Maître Boucetta. Malheureusement, nous n'avons pas eu la possibilité de le rencontrer à ce jour et nous attendons toujours.
Pourquoi craignez-vous que l'évocation du PACS par M.Boucetta enduirait l'opinion publique en erreur alors que vous confirmez que peu de Marocains et de Marocaines connaissent ce PACS ?
C'est vrai que très peu de marocains connaissent le PACS, mais les lecteurs de certains journaux islamistes, notamment les organes du Parti de Monsieur Othmani, doivent le connaître ou du moins sont supposés le connaître car leur presse a été la seule au Maroc à mener une campagne contre quelque chose qui n'intéresse pas les Marocains ni les Marocaines. Mais quand c'est Maître Boucetta, en sa qualité de président de la commission de la réforme de la Moudawana, qui en parle, les effets ne sont pas les mêmes car l'opinion publique suit avec intérêt ce dossier et les déclarations de Maître Boucetta sont décortiquées. C'est vrai que décider de communiquer sur cette question est une bonne chose mais à condition d'aller vers l'essentiel et vers les problèmes réels sans essayer d'en inventer de nouveaux. La responsabilité de Maître Boucetta et de l'ensemble des membres de la commission de réforme est historique car des millions de femmes marocaines attendent que des solutions soient trouvées à des souffrances et des injustices quotidiennes et avec elles, des millions de femmes dans le monde arabe qui espèrent que le Maroc va donner l'exemple pour les autres pays de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.