Sao Tomé-et-Principe réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    DGSN: grosse opération dans le sud du Maroc    Levée des brevets sur les vaccins anti-Covid : Le Maroc pourra-t-il en produire localement ?    Gloire au peuple palestinien    Elections 2021: Le Mouvement populaire, le pivot de la majorité    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Selon l'USFP, l'accueil de Brahim Ghali en Espagne est un «scandale» et une «trahison»    Covid-19 au Maroc: un assouplissement progressif des mesures est désormais possible (expert)    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Législatives 2021: Le PAM accélère la cadence    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Le leadership marocain en matière de protection de la biodiversité mis en exergue à Tokyo    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    Edito : Data cash    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Allemagne : Jusqu'à un tiers des emplois du secteur auto menacé par l'électrique    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    Maroc/ADII: Les recettes douanières en baisse de 10% en 2020    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Akid sanctionné par l'OCK    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Musique : Un album posthume du rappeur DMX prévu pour le 28 mai    France: "covid" au masculin et en minuscule dans "Le Petit Robert" 2022    Observation mercredi du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual (ministère)    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    Gaza : Israël dit avoir frappé 130 cibles militaires et éliminé 15 militants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Des déclarations qui inquiètent»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2003

Rabéa Naciri, présidente de l'ADFM considère que Me Boucetta a eu tort de chercher à faire l'équilibre entre modernistes et conservateurs. Elle s'étonne en outre qu'il s'est contenté de rencontrer M.Othmani comme si ce dernier était le seul interlocuteur dans l'affaire de la Moudawana. Entretien.
ALM : Vous considérez que la stratégie de communication adoptée par M. M'hamed Boucetta comme étant positive. Cependant vous contestez certaines idées du nouveau président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana. En quoi consiste votre contestation ?
Rabéa Naciri : La réaction de l'ADFM concerne essentiellement l'interview accordée par Maître Boucetta au « Journal hebdomadaire » du 08/02/03, dans laquelle et sans à propos, maître Boucetta a mis sur le tapis le PACS (Pacte civil de solidarité) en disant qu'il n peut être d'accord avec les dispositions de ce dernier. Telle qu'amenée, la déclaration de Maître Boucetta peut laisser supposer à l'opinion publique que le PACS fait partie des revendications de l'une ou de l'autre partie concernées par le dossier de la Moudawana. Ce qui est, à notre connaissance, absolument infondé.
A l'occasion d'une réunion des adhérentes de l'ADFM , j'ai posé la question pour savoir qui connaît le PACS, et naturellement, une infime minorité savait ce que cela veut dire. En sachant que Maître Boucetta n'est pas n'importe qui et surtout, que c'est un homme politique expérimenté, de telles déclarations sont inquiétantes car le dossier de la réforme de la Moudawna est déjà un sujet très sérieux et suffisamment complexe.
Le fait d'avoir cité M. Saâd-eddine El Othmani met-il en doute la crédibilité de Maître Boucetta en ce qui concerne ce sujet ?
Nous avons également été étonnées par le fait que Maître Boucetta, toujours dans la même interview, cite Monsieur Othmani. Nous posons la question de savoir pourquoi lui et pourquoi uniquement lui ? Nous aurions compris, à la limite, que Maître Boucetta cite Monsieur Othmani si ce dernier était, par exemple, une référence dans le domaine juridique ou dans les études islamiques. Mais, à ma connaissance, Monsieur Othmani est médecin. La seule interprétation que je puisse, personnellement, faire est que de telles déclarations font partie d'un jeu politicien qui, à mon avis, ne peut mener ni le dossier de la réforme de la Moudawana ni le pays, d'une façon plus générale, très loin.
Avez-vous établi un contact avec M.
Boucetta à ce propos ? et quel a été sa réaction ?
L'ADFM est membre du collectif Printemps de l'égalité qui est une coalition composée de plusieurs associations sur l'ensemble du territoire du pays et ce collectif a demandé, depuis près de deux semaines, un entretien avec Maître Boucetta. Malheureusement, nous n'avons pas eu la possibilité de le rencontrer à ce jour et nous attendons toujours.
Pourquoi craignez-vous que l'évocation du PACS par M.Boucetta enduirait l'opinion publique en erreur alors que vous confirmez que peu de Marocains et de Marocaines connaissent ce PACS ?
C'est vrai que très peu de marocains connaissent le PACS, mais les lecteurs de certains journaux islamistes, notamment les organes du Parti de Monsieur Othmani, doivent le connaître ou du moins sont supposés le connaître car leur presse a été la seule au Maroc à mener une campagne contre quelque chose qui n'intéresse pas les Marocains ni les Marocaines. Mais quand c'est Maître Boucetta, en sa qualité de président de la commission de la réforme de la Moudawana, qui en parle, les effets ne sont pas les mêmes car l'opinion publique suit avec intérêt ce dossier et les déclarations de Maître Boucetta sont décortiquées. C'est vrai que décider de communiquer sur cette question est une bonne chose mais à condition d'aller vers l'essentiel et vers les problèmes réels sans essayer d'en inventer de nouveaux. La responsabilité de Maître Boucetta et de l'ensemble des membres de la commission de réforme est historique car des millions de femmes marocaines attendent que des solutions soient trouvées à des souffrances et des injustices quotidiennes et avec elles, des millions de femmes dans le monde arabe qui espèrent que le Maroc va donner l'exemple pour les autres pays de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.