Ouverture mardi d'une session extraordinaire de la Chambre des représentants    Sept ans de prison ferme pour une figure du mouvement de protestation populaire en Algérie    Les autorités mauritaniennes s'opposent aux tribulations polisariennes    L'échappée de l'Inter et de Milan en tête du championnat    Le WAC déroule à Ouagadougou et atomise Kaizer Chiefs    Botola Pro D1: Le Raja co-leader provisoire    Des efforts intenses déployés par le Maroc en une année de lutte contre le coronavirus    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Décès du célèbre acteur égyptien Youssef Chaabane    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Le régime algérien, auxiliaire coupable des séparatistes, adopte un discours aux relents antisémites    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d'investissement    Entreprise : Yassine Kabbaj, nouveau DRH de JTI Italie    Des acteurs de la société civile latino-américains et africains soulignent l'importance de soutenir l'initiative d'autonomie    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    Lois électorales : Place aux amendements    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditorial : Pari
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2003

Me M'hammed Boucetta, président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, a été propulsé ces derniers temps aux devants de l'actualité. Depuis sa nomination par S. M. le Roi, fin janvier dernier, pour succéder à Me Driss Dahak, l'ancien secrétaire général du Parti de l'Istiqlal focalise l'attention.
Me M'hammed Boucetta, président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, a été propulsé ces derniers temps aux devants de l'actualité. Depuis sa nomination par S. M. le Roi, fin janvier dernier, pour succéder à Me Driss Dahak, l'ancien secrétaire général du Parti de l'Istiqlal focalise l'attention. Ses déclarations sont largement décortiquées et ses prises de position amplement analysées. La sensibilité du sujet, le poids du personnage et la polémique suscitée par le fameux plan d'integration ont rendu cette question plus que jamais chaude. De ce fait tout ce qui a trait à sa mise en chantier, s'est transformé en une urgence absolue.
Mais, pourquoi Me Boucetta suciste autant de réactions négatives chez les femmes ? Ce n'est ni son personnage qui est aujourd'hui mis en cause, ni son intégrité morale qui est en jeu. Loin de là. Ce n'est pas non plus son savoir-faire juridique et sa maîtrise de la chariaâ qui peuvent poser problème. Absolument pas.
L'avocat de carrière qu'il est, le diplomate qui a fait ses preuves et le politique qui a marqué la scène partisane en renonçant à son poste de secrétaire général de l'Istiqlal est tout indiqué pour mener à bien une tâche d'une extrême complexité. A savoir comme il tient à le préciser lui-même, marier la chariaâ et la modernité. Autrement dit, en tenant compte des fondements de la nation marocaine , Islam, Arabité et amazighité, on peut se projeter dans l'avenir en épousant ses valeurs de modernité et du savoir dans le risque de les renier.
Mais là la démarche du patriarche peut poser problème c'est quand au détour d'une phrase, il peut commettre un impair. Comme celui de se confondre dans la comparaison et évoque certaines notions comme le PACS français qui n'est nullement à l'ordre du jour du débat marocain… La réaction des Associations féminines fut immediate notamment celle de l'ADFM qui, tout en louant l'esprit communicatif de Boucetta, lui reproche de politiser le débat , voire de le sortir de son contexte. Son présidente Rabia Naciri n'a pas maché ses mots surtout quand elle évoque Saad eddine Othamni (PJD) avec lequel Boucetta a discuté sans demander l'avis des autres tendances.
Autrement, la presidente de l'ADFM semble accuser M Boucetta de s'aligner sur la ligne conservatrice tout en s'appuyant sur une comparaison erronée.
A-t-elle forcé le trait pour dire son désaccord avec Me Boucetta ? A-t-elle voulu marquer son terrain par rapport au président de la commission ? Ceci étant, rappelons que Me Boucetta ne peut dépasser le cadre de l'Ijtihad tel qu'il est reconnu par la chariaâ. Il ne peut outrepasser les lignes définies par le coran et le Hadith du prophète. Le texte sacré ne tolère point d'Ijtihad. Et ce n'est pas Me Boucetta qui dira le contraire même si les associations veulent forcer le passage.
Il faut savoir que conjuguer la modernité au préceptes de l'Islam impose le respect des textes de la religion d'abord. Et la méthode qu'a adoptée feu S.M. Hassan II des petits pas dès qu'il s'agit d'un sujet sensible trouve aujourd'hui encore toute sa pertinence. En nommant Me Boucetta à la tête de la commission, S. M. Mohammed VI donne ainsi une image de sa volonté de régler les problèmes de la manière la plus douce et la plus civilisée qui soit. D'ailleurs la réforme de la Moudawana ne date pas d'hier. Et à chaque fois, les réglages qui se sont opérés ont permis de satisfaire tous ceux qui ont été impliqués.
C'est dans cet état d'esprit que Me Mhammed Boucetta et les membres de la commission doivent travailler. D'abord pour pérenniser cette tradition de consultation .Et ensuite pour permettre aux représentants de la société de s'exprimer. Et enfin pour que la prochaine Moudawana s'inscrive dans un esprit de continuité et non de rupture. Un pari difficile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.