Financement de l'Education: TGR explore de nouvelles pistes    "Women Tech" : l'universitaire marocaine Hajar Mousannif remporte le 1er prix    2M : Transformation éminente des programmes d'information (vidéo)    Covid-19 : L'Inde est le premier acheteur de vaccins au monde    CNTSH : Baisse importante du nombre de dons de sang    La FIFA promulgue un nouveau règlement : Instauration d'un congé de maternité de 14 semaines au profit des footballeuses !    USA : Obama, Clinton et Bush promettent de se faire vacciner devant les caméras    Royal Air Maroc couvre le risque Covid-19 dans ses vols à l'international    Relance: Les crédits garantis atteignent 50 MMDH (Benchaâboun)    Auto-entrepreneurs, IR, amnistie fiscale…les amendements acceptés    BAM : la demande bancaire en liquidité totalement satisfaite    Un marocain parmi quatre immigrants arrivés à Mellilia à la nage    Relance post-Covid : Bourita appelle la communauté internationale à faire preuve de solidarité    Coût du vaccin, durée, effets indésirables... Les explications d'un responsable du ministère    Coronavirus : l'OMS affirme « encore longue » la voie vers la fin de la pandémie    Ait Taleb appelle les Marocains à se faire vacciner pour atteindre l'immunité collective    The Banker magazine : Attijariwafa bank élue meilleure banque au Maroc en 2020    Une ONG suisse salue l'opération nettoyage de la zone tampon menée par les FAR    Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques    Décès de l' ancien président de la Fédération Royale marocaine de rugby, Said Bouhajeb    Jo de Tokyo : Les athlètes seront soumis à des règles très strictes    Chambre des conseillers: le PLF 2021 adopté à la majorité    Un derby régional pour la journée inaugurale de la Botola    Football: Le Japon hôte de la Coupe du monde des clubs 2021    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditorial : Pari
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2003

Me M'hammed Boucetta, président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, a été propulsé ces derniers temps aux devants de l'actualité. Depuis sa nomination par S. M. le Roi, fin janvier dernier, pour succéder à Me Driss Dahak, l'ancien secrétaire général du Parti de l'Istiqlal focalise l'attention.
Me M'hammed Boucetta, président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, a été propulsé ces derniers temps aux devants de l'actualité. Depuis sa nomination par S. M. le Roi, fin janvier dernier, pour succéder à Me Driss Dahak, l'ancien secrétaire général du Parti de l'Istiqlal focalise l'attention. Ses déclarations sont largement décortiquées et ses prises de position amplement analysées. La sensibilité du sujet, le poids du personnage et la polémique suscitée par le fameux plan d'integration ont rendu cette question plus que jamais chaude. De ce fait tout ce qui a trait à sa mise en chantier, s'est transformé en une urgence absolue.
Mais, pourquoi Me Boucetta suciste autant de réactions négatives chez les femmes ? Ce n'est ni son personnage qui est aujourd'hui mis en cause, ni son intégrité morale qui est en jeu. Loin de là. Ce n'est pas non plus son savoir-faire juridique et sa maîtrise de la chariaâ qui peuvent poser problème. Absolument pas.
L'avocat de carrière qu'il est, le diplomate qui a fait ses preuves et le politique qui a marqué la scène partisane en renonçant à son poste de secrétaire général de l'Istiqlal est tout indiqué pour mener à bien une tâche d'une extrême complexité. A savoir comme il tient à le préciser lui-même, marier la chariaâ et la modernité. Autrement dit, en tenant compte des fondements de la nation marocaine , Islam, Arabité et amazighité, on peut se projeter dans l'avenir en épousant ses valeurs de modernité et du savoir dans le risque de les renier.
Mais là la démarche du patriarche peut poser problème c'est quand au détour d'une phrase, il peut commettre un impair. Comme celui de se confondre dans la comparaison et évoque certaines notions comme le PACS français qui n'est nullement à l'ordre du jour du débat marocain… La réaction des Associations féminines fut immediate notamment celle de l'ADFM qui, tout en louant l'esprit communicatif de Boucetta, lui reproche de politiser le débat , voire de le sortir de son contexte. Son présidente Rabia Naciri n'a pas maché ses mots surtout quand elle évoque Saad eddine Othamni (PJD) avec lequel Boucetta a discuté sans demander l'avis des autres tendances.
Autrement, la presidente de l'ADFM semble accuser M Boucetta de s'aligner sur la ligne conservatrice tout en s'appuyant sur une comparaison erronée.
A-t-elle forcé le trait pour dire son désaccord avec Me Boucetta ? A-t-elle voulu marquer son terrain par rapport au président de la commission ? Ceci étant, rappelons que Me Boucetta ne peut dépasser le cadre de l'Ijtihad tel qu'il est reconnu par la chariaâ. Il ne peut outrepasser les lignes définies par le coran et le Hadith du prophète. Le texte sacré ne tolère point d'Ijtihad. Et ce n'est pas Me Boucetta qui dira le contraire même si les associations veulent forcer le passage.
Il faut savoir que conjuguer la modernité au préceptes de l'Islam impose le respect des textes de la religion d'abord. Et la méthode qu'a adoptée feu S.M. Hassan II des petits pas dès qu'il s'agit d'un sujet sensible trouve aujourd'hui encore toute sa pertinence. En nommant Me Boucetta à la tête de la commission, S. M. Mohammed VI donne ainsi une image de sa volonté de régler les problèmes de la manière la plus douce et la plus civilisée qui soit. D'ailleurs la réforme de la Moudawana ne date pas d'hier. Et à chaque fois, les réglages qui se sont opérés ont permis de satisfaire tous ceux qui ont été impliqués.
C'est dans cet état d'esprit que Me Mhammed Boucetta et les membres de la commission doivent travailler. D'abord pour pérenniser cette tradition de consultation .Et ensuite pour permettre aux représentants de la société de s'exprimer. Et enfin pour que la prochaine Moudawana s'inscrive dans un esprit de continuité et non de rupture. Un pari difficile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.