Concours national de langue russe    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Sopriam inaugure un nouveau DS Store à Casablanca    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    RAM: ouverture d'une nouvelle ligne Dakhla-Paris    Gestion d'actifs: une révolution est en marche    Le Maroc élu meilleur émetteur africain sur le marché financier international en 2021    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc : « Nous comptons faire du Maroc le pont entre la Finlande et les autres pays africains »    ONDA : 15 aéroports obtiennent le label "Airport Health Accreditation" de l'ACI    Coupes de la CAF : WAC et Raja pour briller sur le continent    Quatre ministres d'origine marocaine au sein du nouveau gouvernement israélien    Autriche: Retour à la normalité, le masque FFP2 n'est plus obligatoire    MRE/Prix des traversées maritimes: un projet de décret adopté    Nouvelle consécration pour Fouzi Lekjaa    Euro 2020: le Danemark tombe face à la Belgique (VIDEO)    Officiel : Sergio Ramos dit adieu au Real Madrid    Championnat d'Italie: Buffon de retour à Parme    CGLU : Boudra appelle à une réponse rapide aux exigences des villes africaines en matière de développement post-pandémie    La promotion des relations bilatérales au menu des entretiens de M. Bourita avec le président de l'Assemblée nationale de Serbie    Maroc/Covid-19: le bilan de ce jeudi 17 juin    Ouverture d'un hôpital privé à El Jadida    Météo Maroc: de la pluie attendue ce vendredi 18 juin    9 personnes arrêtées pour fabrication et vente d'armes blanches    Voyages : Ryanair lance une action en justice contre le gouvernement britannique    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    L'effet papillon et l'énergie créatrice    Disney investit l'animation africaine de science-fiction    Botola / IRT-RCA (0-3) : Le Raja assure et se rassure    Le chef du Hamas loue le rôle du Royaume dans la promotion de la paix    Législatives algériennes : les islamistes envisagent de faire partie de la prochaine coalition    Les Etats-Unis adoptent un jour férié commémorant la fin de l'esclavage    Allemagne : deux morts dans une fusillade, opération policière en cours    RAM. Vols additionnels à partir de l'Europe: voici les détails (PHOTO)    Célébration de la Journée nationale de la résistance : Une consécration de l'épopée de l'histoire de la lutte nationale    Sahara marocain: le Gabon apporte son « plein soutien » à l'initiative d'autonomie    L'ONMT lance une campagne de communication dédiée à la diaspora    Le projet de loi portant charte des services publics adopté à l'unanimité    La justice met la pression sur l'armée espagnole    Botola Pro : Victorieux, le Raja revient à trois points du WAC    Championnat arabe d'athlétisme : les Lions de l'Atlas débutent avec 3 médailles au 1er jour    Le réalisateur marocain Chakib Benomar n'est plus    Le clip de la chanson est porté par Assaad Bouab : Jihane Bougrine sort «Serek F'Bir»    Exposition: Hé, voilà une abstraction ni arrogante ni froide !    Parution: roman trépidant d'une trahison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditorial : Pari
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2003

Me M'hammed Boucetta, président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, a été propulsé ces derniers temps aux devants de l'actualité. Depuis sa nomination par S. M. le Roi, fin janvier dernier, pour succéder à Me Driss Dahak, l'ancien secrétaire général du Parti de l'Istiqlal focalise l'attention.
Me M'hammed Boucetta, président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, a été propulsé ces derniers temps aux devants de l'actualité. Depuis sa nomination par S. M. le Roi, fin janvier dernier, pour succéder à Me Driss Dahak, l'ancien secrétaire général du Parti de l'Istiqlal focalise l'attention. Ses déclarations sont largement décortiquées et ses prises de position amplement analysées. La sensibilité du sujet, le poids du personnage et la polémique suscitée par le fameux plan d'integration ont rendu cette question plus que jamais chaude. De ce fait tout ce qui a trait à sa mise en chantier, s'est transformé en une urgence absolue.
Mais, pourquoi Me Boucetta suciste autant de réactions négatives chez les femmes ? Ce n'est ni son personnage qui est aujourd'hui mis en cause, ni son intégrité morale qui est en jeu. Loin de là. Ce n'est pas non plus son savoir-faire juridique et sa maîtrise de la chariaâ qui peuvent poser problème. Absolument pas.
L'avocat de carrière qu'il est, le diplomate qui a fait ses preuves et le politique qui a marqué la scène partisane en renonçant à son poste de secrétaire général de l'Istiqlal est tout indiqué pour mener à bien une tâche d'une extrême complexité. A savoir comme il tient à le préciser lui-même, marier la chariaâ et la modernité. Autrement dit, en tenant compte des fondements de la nation marocaine , Islam, Arabité et amazighité, on peut se projeter dans l'avenir en épousant ses valeurs de modernité et du savoir dans le risque de les renier.
Mais là la démarche du patriarche peut poser problème c'est quand au détour d'une phrase, il peut commettre un impair. Comme celui de se confondre dans la comparaison et évoque certaines notions comme le PACS français qui n'est nullement à l'ordre du jour du débat marocain… La réaction des Associations féminines fut immediate notamment celle de l'ADFM qui, tout en louant l'esprit communicatif de Boucetta, lui reproche de politiser le débat , voire de le sortir de son contexte. Son présidente Rabia Naciri n'a pas maché ses mots surtout quand elle évoque Saad eddine Othamni (PJD) avec lequel Boucetta a discuté sans demander l'avis des autres tendances.
Autrement, la presidente de l'ADFM semble accuser M Boucetta de s'aligner sur la ligne conservatrice tout en s'appuyant sur une comparaison erronée.
A-t-elle forcé le trait pour dire son désaccord avec Me Boucetta ? A-t-elle voulu marquer son terrain par rapport au président de la commission ? Ceci étant, rappelons que Me Boucetta ne peut dépasser le cadre de l'Ijtihad tel qu'il est reconnu par la chariaâ. Il ne peut outrepasser les lignes définies par le coran et le Hadith du prophète. Le texte sacré ne tolère point d'Ijtihad. Et ce n'est pas Me Boucetta qui dira le contraire même si les associations veulent forcer le passage.
Il faut savoir que conjuguer la modernité au préceptes de l'Islam impose le respect des textes de la religion d'abord. Et la méthode qu'a adoptée feu S.M. Hassan II des petits pas dès qu'il s'agit d'un sujet sensible trouve aujourd'hui encore toute sa pertinence. En nommant Me Boucetta à la tête de la commission, S. M. Mohammed VI donne ainsi une image de sa volonté de régler les problèmes de la manière la plus douce et la plus civilisée qui soit. D'ailleurs la réforme de la Moudawana ne date pas d'hier. Et à chaque fois, les réglages qui se sont opérés ont permis de satisfaire tous ceux qui ont été impliqués.
C'est dans cet état d'esprit que Me Mhammed Boucetta et les membres de la commission doivent travailler. D'abord pour pérenniser cette tradition de consultation .Et ensuite pour permettre aux représentants de la société de s'exprimer. Et enfin pour que la prochaine Moudawana s'inscrive dans un esprit de continuité et non de rupture. Un pari difficile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.