Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boucetta : Le retour du patriarche
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 01 - 2003

M'hamed Boucetta est de retour. Il reprend du service dans un domaine qui lui tient à cœur : celui de la réforme du statut personnel. La Moudawana risque de connaître une bonne impulsion. Dans la concertation.
La nomination de me M'hamed Boucetta
par S.M. le Roi Mohammed VI à la tête de la commission chargée de la réforme de la Moudawana, à la place d'un autre homme de droit, Me Driss Dahak, surprend par son timing mais pas par le choix de la personne qui succède à M. Dahak. Elle intervient quarante huit heures à peine, après l'audience accordée par le Souverain à M. Dahak qui a demandé un délai supplémentaire pour que la commission puisse achever ses travaux. C'est dire qu'il y a blocage quelque part.
La réforme de la Moudawana ne date pas d'aujourd'hui. Le printemps des femmes, en 2000, a été une expression pressante d'une revendication qui germait depuis des années. Le 8 mars 2000, deux grandes manifestations ont eu lieu simultanément à Casablanca et à Rabat. La première visait le blocage du Plan d'intégration de la femme, proposé par le gouvernement de l'alternance et dont Mohamed Said Saadi, ministre en charge du dossier, a fait les frais. La deuxième, à Rabat , et regroupait les pro-plan d'intégration. À partir de cette double manifestation, on a compris que les clivages sociaux n'ont rien à voir avec les positionnements politiques des partis.
L'USFP déchirée à propos de la question, l'Istiqlal a pris part aux deux manifestations, l'UC et le RNI ne savaient pas dans quel camp basculer alors que la logique les prédestinait à manifester à Rabat. Il était urgent de clarifier la situation et de sortir avec un schéma qui soit plus logique. Ce n'était pas le cas.
Mais c'est ce clivage-là, cette notion de champ politique anachronique, qui est ressortie plus qu'autre chose. Et depuis, sur la base des positions des uns et des autres, vis-à-vis du plan d'intégration, on pouvait classer les différents protagonistes.
Il faut dire que la réforme de la Moudawana n'est pas un luxe ou un choix. C'est une exigence de la période historique que l'humanité vit et dont le rythme de changement ne cesse de s'accélérer, depuis quelques décennies. Ainsi, si le Royaume a bien adhéré le 21 juin 1993 à la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes - entrée en vigueur douze ans plus tôt, le 3 septembre 1981 - il ne l'a fait qu'en assortissant l'approbation de cet instrument international de déclarations et de réserves sur la nature et la portée qu'il entendait donner à cet acte (choix de la résidence par la femme, nationalité de l'enfant de mère marocaine et de père inconnu, égalité des droits et des responsabilités en cours de mariage et lors de sa dissolution). D'ailleurs, la même année, 1993, feu S. M. Hassan II avait veillé - sur la base des travaux d'une commission ad hoc qu'il avait créée - à apporter certaines modifications au statut personnel. Dans ce même sens, la nouvelle Constitution de 1996, reprenant en cela celle de 1992, avait réaffirmé dans son préambule l'attachement du Royaume "aux Droits de l'Homme tels qu'ils sont universellement reconnus". Il s'agit là non pas d'un additif de principe mais, tout au contraire, d'un texte de portée considérable qui va désormais intégrer dans le droit interne marocain des textes internationaux de nature universelle. Ces avancées à petits pas, si l'on ose dire, ont été couronnées par la nomination de S.M. le Roi Mohammed VI des membres de la commission chargée de la réforme du statut personnel, dont la présidence a été confiée à M. Dahak. C'était en avril 2001.
Mais, si l'objectif principal recherché par la désignation de cette commission est de parvenir à un consensus autour d'un certain nombre d'amendements de ce texte, il s'est avéré que les débats entre les différentes sensibilités idéologiques constituant le groupe sont de plus en plus animés. Les membres se seraient divisés en deux tendances : des conservateurs, au nombre de onze, et les rénovateurs, au nombre de quatre.
En ce qui concerne les détails sur les questions à propos desquelles les débats semblent coincer, les membres de la commission refusent de faire un commentaire. La seule information confirmée par certains d'entre eux est qu'il existe une tendance qui appelle à une interprétation innovatrice des textes religieux alors que d'autres insistent sur la fidélité à ces textes.
Aujourd'hui, avec le changement intervenu à la présidence de la commission force est de relever qu'il s'agit de blocage d'ordre idéologique ou du moins politique. Le choix de Me Boucetta, un homme politique d'une longue carrière, doublé d'un juriste confirmé, ne peut qu'être une belle issue. Surtout que les modernistes ne peuvent accuser le vrai leader istiqlalien d'être intégriste, ni les islamistes ne peuvent le taxer de libéral. D'autant plus que Me Boucetta jouit d'une bonne réputation auprès de l'ensemble de la classe politique, de gauche ou de droite. Si la présidence Dahak a été marquée par les réglages d'ordre juridique, celle de Me Boucetta sera marquée par le déblocage de la situation sur le plan politique.
Un véritable défi que l'ancien ministre des Affaires étrangères saura relever. Gageons qu'il peut le faire avec maestria.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.