Al-Hilal fait de Younès Belhanda l'une de ses priorités    Urgent : Affrontement entre l'armée espagnole et les Herragas de Sebta    Blé : le gouvernement gagnera-t-il son pari ?    Renault Maroc : Le groupe atteint 60% de taux d'intégration    Le président du MAK, Ferhat Mehenni, placé en garde à vue (sources kabyles)    Réunion jeudi du conseil de gouvernement    Botola Pro D1: Le HUSA et le MAS assurent l'essentiel    Virée réussie pour le Raja à Johannesburg    Arab Futsal Cup : Début, ce jeudi, au Caire    Vague de chaleur de jeudi à samedi dans plusieurs provinces du Royaume (Bulletin spécial)    Philip Morris International nomme Jacek Olczak au poste de Président-Directeur Général    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les opérateurs économiques abordent le virage 2021 avec optimisme    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Province de Khouribga: Création de 45 unités de l'enseignement préscolaire avec l'appui de l'INDH    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Maroc-Espagne : Une crise aux multiples facettes    Euro 2020-2021 : Karim Benzema serait-il sur la liste de Didier Deschamps dévoilée ce soir !?    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Pour une nouvelle organisation des souks hebdomadaires en milieu rural    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Les détenus provisoires encombrent les prisons    L'appel de SAR la Princesse Lalla Hasnaa devant la Conférence mondiale de l'Unesco    Vidéo : le vrai visage de la Deutsche Welle (DW), entre autocensure et partialité    Aide humanitaire au profit des Palestiniens : un deuxième avion militaire arrive au Caire    Sebta : l'Espagne entame les expulsions, Pedro Sánchez annule un voyage à Paris    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Assurance : Les crèches sommées de jouer la transparence    Formation : Des Marocains décrochent un MBA de Springfield University    Des personnalités palestiniennes saluent l'initiative marocaine de solidarité envers le peuple palestinien    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    La Légation américaine de Tanger fête ses 200 ans    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Monétique: l'activité toujours impactée par les conséquences de la pandémie    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère des femmes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2003

Depuis sa nomination à la tête de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, M'hammed Boucetta, a rompu avec le silence suivi par son prédécesseur en accordant plusieurs interviews à la presse. Certains de ses propos ont été considérés par des associations de femmes comme une prise de position dans cette affaire qui divise les modernistes et les conservateurs. L'association démocratique des femmes du Maroc accuse Me Boucetta de politiser la réforme du statut de la femme en discutant seulement avec Saad Eddine Othmani (PJD) sans associer les autres tendances.
Président de la commission consultative pour la réforme de la Moudawana, M'Hamed Boucetta est un fin politique pétri des valeurs de l'Istiqlal. Un parti non seulement réputé pour ses idées conservatrices mais également soupçonné d'accointances avec les islamistes. L'ex-secrétaire général du vieux parti du Maroc réussira-t-il à dépasser les blocages qui se sont fait jour du temps de Driss Dahak en mettant tout le monde d'accord sur le projet d'une Moudawana revue et corrigée, en phase comme il le dit lui-même avec l'époque que nous vivons ? Une chose est sûre : Me Boucetta, qui n'a pas la langue dans la poche, saura marquer sa mission délicate de son empreinte. Reste à savoir laquelle ?
En effet, M'Hamed Boucetta n'a pas encore terminé ses consultations avec l'ensemble des partenaires concernés par la question de la femme que certaines de ses sorties médiatiques ont suscité déjà quelques réactions outrées. Le premier reproche est venu de l'association démocratique des Femmes du Maroc qui par un communiqué daté du 24 février 2003 a exprimé son étonnement par rapport à certains propos tenus par l'intéressé dans la presse. Notamment celui où il évoque le PACS (pacte civil de solidarité) qu'il qualifie de quelque chose d'inacceptable pour un pays comme le Maroc. “ Parler du PACS (affaire qui a divisé récemment la société française, NDLR ) pourrait laisser supposer que cette question figure sur l'agenda de certaines parties impliquées dans la revendication de la réforme de la Moudawana“ relève, stupéfaite, l'auteur du document. Acte de maladresse ou propos réfléchi ? À y regarder de plus près, M'Hamed Boucetta n'était pas obligé de parler du PACS à moins qu'il ne dispose d'informations indiquant que cette question pourrait être à l'ordre du jour. À première vue, son propos est pour le moins déplacé. Mais ce faisant, l'intéressé, que l'on ne peut pas du reste soupçonner de parler en l'air, ne cherchait-il pas plutôt à faire un tir de barrage, histoire de tuer dans l'œuf toute revendication éventuelle dans ce sens ? En tacticien, Me Boucetta a-t-il soulevé le problème du PACS tout en sachant qu'il ne risque pas d'être posé pour mieux baliser le terrain glissant de la révision de la Moudawana et partant atteindre les objectifs qu'il s'est tracé conformément à la vision qu'il a du statut de la femme ?
Pour l'instant, les militantes de l'ADFM ont pris la déclaration de Me Boucetta sur le PACS au pied de la lettre en faisant une grille de lecture au premier degré. “ Parler du Pacs dans un débat sur la réforme de la Moudawana et à fortiori de la part du président de la commission chargée de la réformer ne pourrait, à notre avis, qu'induire l'opinion publique en erreur alors que des problèmes, réels et récurrents et des revendications responsables attendent un règlement juste et équitable de la part de la commission présidée par Maître Boucetta“ conclut le communiqué de l'ADFM. Il n'en fallait pas plus pour que la polémique s'installe au risque qu'elle occulte le vrai débat sur les droits de la femme.
Le silence de Me Boucetta, qui a refusé d'expliciter sa pensée sur le PACS, ajoute à la confusion. Quoiqu'il en soit, il serait malvenu de faire un procès d'intention à l'ex-patron de l'Istiqlal sur une question qui, tout compte fait, est antinomique avec les fondements de la religion musulmane. L'essentiel est ailleurs. Il s'agit de trouver un équilibre entre les préceptes de l'Islam et les exigences de la modernité. Prendre acte des acquis arrachés par la femme qui a réussi à conquérir tous les domaines de la vie active. Prendre en considération ses revendications légitimes sans s'enfermer dans une vision étriquée de sa place et de son rôle dans la société. D'où l'importance de l'Ijtihad (la jurisprudence) sur des aspects aussi importants que le divorce, les biens des conjoints et la polygamie.
L'objectif final étant de rétablir les droits de la femme dans les domaines où elle est lésée sans diviser la société marocaine sur un dossier pas trop sensible. Pour arriver à un texte consensuel qui ressemblerait à ce que nous sommes et ce à quoi nous aspirons, la conciliation du courant des modernistes et celui des conservateurs est indispensable. Ce qui n'est pas une sinécure. Me Boucetta le sait qui est appelé plus que jamais à mettre tout son savoir-faire et son expérience au service d'une cause qui demande de l'engagement et des convictions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.