Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    Tunisie: La directrice de cabinet de Kaïs Saïed rend le tablier    Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Selim Amallah : « On devra être à 100% pour faire la différence »    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Syrie se retire mais la crise continue
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 03 - 2005

Bachar Al Assad est un homme de parole. Les forces armées syriennes ont achevé, jeudi, la première phase de leur redéploiement au Liban. Après le slogan de l'indépendance vis-à-vis de la Syrie, Bush appelle à la liberté politique et religieuse du Liban.
L'armée et les renseignements syriens ont achevé, le jeudi 17 mars, la première phase de leur redéploiement vers l'est du Liban dans la vallée de Békaâ et la Syrie. Le redéploiement, qui a nécessité 10 jours, a été annoncé, à l'Associated Press, par un haut officier libanais : "Ils ont fini leur redéploiement". L'officier, qui a préféré l'anonymat, s'est refusé à donner plus de détails en expliquant qu'un communiqué serait diffusé dans les prochaines 48 heures.
En effet, Syriens et Libanais sont convenus, au début du ce mois, que les troupes et les renseignements syriens se retirent vers l'est du Liban, dans la vallée de la Békaâ, ou encore en Syrie avant la fin mars. Des 14.000 soldats syriens présents au Liban, au moins 4.000 sont retournés en Syrie au cours de la semaine passée. Les autres restent dans la Békaâ. Sans donner aucune date, le président syrien Bachar el-Assad, avait promis que toutes les troupes syriennes seraient retirées du Liban. Le redéploiement des forces syriennes survient en prélude au sommet arabe qui sera organisé le mardi 22 mars à Alger.
En liban, le général Jamil Sayyed, directeur général de la Sûreté générale au Liban, a lancé jeudi une attaque sans précédent contre la classe politique, mettant dans le même panier, mais sans les nommer, loyalistes et opposants qu'il a accusés de tous les maux que subit le pays. D'autre part, le Premier ministre Omar Karamé, chargé de former un gouvernement d'union nationale, n'a fait aucun progrès dans ses consultations. L'opposition exige le limogeage du procureur général et des chefs de six services de sécurité libanais, ainsi qu'une commission d'enquête internationale sur l'assassinat de Hariri. La crise politique a pris une nouvelle dimension avec la multiplication des demandes pour une démission du chef de l'Etat pro-syrien, Emile Lahoud.
Dans ce contexte tendu, le président américain, Georges Bush, avait reçu à la Maison Blanche, le plus haut dignitaire de l'Eglise maronite libanaise, le cardinal Nasrallah Sfeir.
Au terme de cette rencontre, Bush a déclaré qu'il aspirait à la liberté politique et religieuse du Liban, rappelant que la Syrie devait quitter le pays pour garantir des élections libres. "Son éminence et moi avons discuté, bien sûr, du Liban et de notre désir profond que le Liban soit un pays libre où les gens peuvent exercer le culte qu'ils souhaitent, parler librement, où les partis politiques peuvent fleurir, un pays basé sur des élections libres", a déclaré le chef de la Maison Blanche lors d'une conférence de presse à l'issue la réunion.
Le cardinale Nasrallah Sfeir est le plus haut représentant des 900.000 chrétiens maronites du Liban et opposant de longue date à la main-mise de la Syrie sur le Liban. La religion des chrétiens maronites a été la plus dominante au Liban de 1943, date de l'indépendance du pays, jusqu'à la fin de la guerre civile en 1990 et le transfert du pouvoir aux musulmans. Après avoir versé de l'huile sur le feu déjà déclenché par l'assassinat de Rafic Hariri en qualifiant la présence des troupes syriens au Liban de occupation militaire à l'encontre du Liban et à la légitimité internationale, Bush a émis un nouveau discours sur la liberté politique et religieuse dans le pays. En effet, il a appelé le pays à la "démocratie", aux "élections libres" et à la "liberté religieuse". Bush, qui se prend pour le messager de la justice, la paix et la démocratie dans ce monde, a qualifié le parti du Hezbollah d'organisation terroriste. Toutefois, ne s'aperçoit-il pas que, là où il fourre son nez, laisse toujours derrière lui des victimes, des destructions et des problèmes infinis. À titre d'exemple, l'Afghanistan et l'Irak. Quelle est la vraie intention de Bush? Une question à laquelle il serait difficile de répondre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.