Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Climat des affaires : L'avis mitigé des chefs d'entreprises
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2019

Financement et emploi, potentiel à l'export, rapport à l'administration… le HCP a enquêté auprès de 2.000 patrons
Quelle perception les patrons d'entreprises ont-ils du climat des affaires au Maroc ? C'est la principale question à laquelle a tenté de répondre la dernière enquête du HCP. Financement et emploi, potentiel à l'export, services bancaires, rapport à l'administration… autant d'éléments saillants ont été dévoilés par cette enquête périodique.
Les grandes entreprises en forme malgré le manque de financement
Les grandes entreprises (GE) ont mis la main à la poche durant les trois dernières années. Pour résumer, 39% des entreprises, toutes catégories confondues, ont fait des investissements durant les 3 dernières années. La participation des GE aux investissements s'élève à 80%, suivies des PME (49,5%) et 29,4% pour les TPE. Néanmoins, il s'avère que le manque de financement atteint 74% des entreprises quelle que soit leur taille, ce qui représente un obstacle pour l'acte d'investir. Du côté de l'emploi, la moitié des patrons interrogés a affirmé avoir recruté sur cette même période. Par catégorie, elles sont 90% de grandes entreprises à avoir eu recours au recrutement, suivies des PME (70%) et des TPE (38%). En termes de profils des nouvelles recrues, il en ressort que les grandes entreprises emploient pour l'essentiel des profils d'un niveau élevé (à savoir des ingénieurs et des cadres supérieurs) alors que les TPE recrutent en particulier des techniciens spécialisés et des ouvriers qualifiés. L'enquête du HCP dévoile par ailleurs que la majorité des recrutements sont de remplacement ou se font suite à l'expansion de l'activité.
Peut-on dire que l'export réussit aux TPME ?
Il semblerait que les TPME se distinguent à l'export et disposent d'un potentiel en progression sur ce créneau. Dans le détail, l'enquête révèle que la part des entreprises exportatrices est de près de 7%, dont un peu plus de la moitié sont des exportatrices régulières ajoutant que cette part est de 2,6% au sein des TPE et de 10% au niveau des PME. Par secteur, 80% des entreprises exportatrices se créent dans le secteur tertiaire qui est dominé par les TPME. A cela s'ajoute le fait que 40% des TPME qui exportent ont moins de 10 ans. Parallèlement, la part des entreprises exportatrices est relativement importante au sein des grandes entreprises (31%) mais 55% ont plus de 20 ans.
Financement, le talon d'Achille de l'investissement et de l'emploi
Pour étendre leur business, les entreprises ont besoin d'investir plus et de recruter. Néanmoins cette démarche reste entravée par plusieurs obstacles. Pour planter le décor, une entreprise sur cinq recourt au financement externe. Il vient à 93% du crédit bancaire. Ce taux représente 46% pour les grandes entreprises contre 18% pour les TPME.
Toutefois, les TPME sont les plus touchées par les difficultés d'accès au financement. Celui-ci représente «un obstacle sévère» pour 40% d'entre elles.
58% des patrons sont insatisfaits des services bancaires
Plus de la moitié (58%) des chefs d'entreprises interrogés témoignent de leur insatisfaction par rapport aux services offerts par les institutions financières. Il en ressort que les patrons des TPE sont les plus mécontents (63%).
Demandes de crédit : Le taux d'intérêt élevé et les garanties y font frein
Lors des 3 dernières années, 35% des entreprises ont demandé un crédit auprès d'une institution bancaire : 56% d'entre elles sont des grandes entreprises et 27% sont des TPE. Selon l'enquête, le taux d'intérêt élevé (40%) ainsi que les garanties exigées par les banques (34%) sont les principaux freins à la demande de crédit.
Ces deux facteurs se sont davantage resserrés durant la même période, soutiennent les chefs d'entreprises questionnés par l'enquête. Il s'avère également que 33% des entreprises évitent le recours au crédit bancaire pour des raisons religieuses.
Contrôles fiscaux et redressements : Les chefs d'entreprises se plaignent
Sur le volet fiscal, les patrons d'entreprises se plaignent des contrôles fiscaux et de la multiplicité des redressements. Ainsi, 34% des grandes entreprises déclarent avoir fait l'objet d'un contrôle fiscal et 73% ont été redressées rien que durant la dernière année. Globalement, le système fiscal est contraignant pour 60% des chefs d'entreprises. Il est considéré comme un facteur de découragement de l'investissement pour 95% d'entre eux, source de méfiance vis-à-vis de l'administration fiscale par 88% des entreprises et favorise le recours à des pratiques informelles par 69% des entreprises interrogées. Sa complexité est décriée par plus de la moitié des entrepreneurs (51%). Cette proportion est de 63% pour les grandes entreprises.
Traitement des litiges, transparence dans les commandes publiques, rapport à l'administration : Les contraintes sont multiples
La lenteur du traitement des litiges commerciaux par les tribunaux constitue une contrainte pour 51% des entrepreneurs et la difficulté dans l'application des décisions judiciaires pour 15% des cas, indique l'enquête. Les patrons se plaignent également des difficultés pour décrocher une commande publique. Ils sont 45% à dire que le monopole de certaines entreprises est l'une des principales raisons qui les empêchent d'avoir une commande publique.
Les TPE estiment être les plus touchées avec 60%. A cela s'ajoute le manque de transparence. Ce facteur est évoqué par 56% des PME ayant soumissionné à un marché public. Sans parler des délais de paiement après livraison des commandes publiques : selon 89% des chefs d'entreprises, ces délais constituent un réel frein au développement de l'entreprise. «Ce facteur menace beaucoup plus les TPME (90%) qui le considèrent comme un obstacle majeur à très sévère à la continuité de leur activité», indique l'enquête.
Les rapports à l'administration publique sont toujours aussi peu satisfaisants. Ainsi, les deux tiers des entreprises estiment que la complexité des procédures de l'administration est un obstacle au développement de leur activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.