Défaite et repli du «Polisario» maquillés en redéploiement tactique ?    A propos de sa demande de décharge de ses fonctions ministérielles : Ramid fait volte-face    La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le personnel des FAR reçoit la 2è dose du vaccin anti-Covid-19    Percevoir le cannabis tout autrement    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les carnets de voyage d'Abouelouakar
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 05 - 2003

Le peintre Mohamed Abouelouakar expose ses œuvres jusqu'au 31 mai à l'institut français de Casablanca. Intitulée «Carnet de cendre», cette exposition, constituée d'écorces de bouleaux collectées en Russie, donne à voir un peintre parmi les plus atypiques et les mieux habités par leur art au Maroc.
Mohamed Abouelouakar occupe une place à part dans la peinture au Maroc. Est-il d'ailleurs seulement peintre ? L'homme a poursuivi, de 1966 à 1973, des études supérieures à l'Institut cinématographique de Moscou. «Hadda», le long-métrage qu'il a réalisé en 1984, lui a valu l'estime des cinéastes et des cinéphiles au Maroc. Abouelouakar est aussi photographe. «L'un des rares au Maroc à faire de la photographie avec des mises en scène», dit de lui Sandrine Wymann, une spécialiste de la photographie.
Inclassable par les différentes pratiques qu'il interroge, Abouelouakar l'est tout autant par le type de peinture qu'il exerce. Son art ne l'apparente à aucun artiste plasticien au Maroc. Abouelouakar ne s'est jamais préoccupé de la querelle entre les abstraits et les figuratifs. La question identitaire ne l'a pas passionné. Ses tableaux tiennent autant du lyrisme effréné de Chagall que de la miniature byzantine. Nombre de ses anciens tableaux se caractérisent par des couleurs vives, quasi volcaniques, et un foisonnement de figures qui ne laissent pas une parcelle de la toile sauve de traitement. L'œuvre parle de partout à l'œil !
Dans l'exposition de Casablanca, Abouelouakar surprend une fois encore. Il a renouvelé son faire. De cette Russie où il a vécu tant d'années, il a ramené des écorces de bouleaux, collectées au hasard des promenades dans une forêt à Diatlovo. Il a détaché une écorce si fine qu'elle s'enroule sur elle-même, aussitôt séparée du tronc. Il a souvent superposé, empilé les unes sur les autres plusieurs couches d'écorces. Des bourgeons, de la mousse se voient par-ci, par-là. Ils sont appelés à évoluer dans l'œuvre, à poursuivre leur cycle de vie. Un cycle contrarié par la menace d'une destruction imminente. L'écorce est en effet si fragile qu'elle est condamnée à l'effritement. Le peintre introduit de surcroît des objets qu'il a volontairement soumis à l'action du feu. Ces objets sont bien de chez nous. Un calame de bambou, celui-là même dont se servent encore les fqihs pour la composition de leurs allumettes.
Des rouleaux de fils, des ficelles en laine vierge. Ces objets portent la marque d'une calcination. Dans l'arène de l'écorce, à travers les avatars de l'encre ou des couleurs, on suit l'aventure de la ligne, et il semblerait qu'on assiste au développement d'une chose vivante qui naît, s'accroît, ondule, se propage. Le pouvoir de séduction des figures d'Abouelouakar repose sur le fait que, en même temps que voraces et cruelles, elles apparaissent perpétuellement mouvantes et menacées. S'il est permis de tresser des fils pareils à ceux du peintre pour se guider dans son œuvre dédaléenne, il faut évoquer deux pôles d'une sorte de dialectique où tout se fonderait sur l'opposition, non résolue, de deux forces qui se font face. Vivante image de cette dualité tragique : le mariage du ciel et de l'enfer. D'autre part, les écorces peintes d'Abouelouakar sont souvent colorées de façon si brillante qu'elles rappellent les enluminures. Elles sont à la croisée de plusieurs influences.
Si l'enluminure renvoie à l'art chrétien, les mots inscrits en arabe dans de nombreuses œuvres évoquent, d'une façon quasi certaine, la graphie des fqihs. Il ne faudrait pas chercher là une volonté de syncrétisme, mais une conséquence normale du vécu de l'intéressé qui a bu à des sources, situées à latitudes opposées.
Mohamed Abouelouakar est né en 1946 à Marrakech. Il a un caractère un peu biscornu. Il a refusé à cet égard qu'une photographie de lui apparaisse dans le catalogue de l'exposition. «Mon travail parle de lui-même. Il n'a pas besoin de moi», dit-il.
Il s'habille toujours de manière très négligée et se brosse rarement les cheveux. L'un de ses tableaux porte cette inscription : «Marabout de lalla Gnawal». À voir Abouelouakar, il est difficile de ne pas penser à un hadawi, un bohémien, qui tient la grâce d'un saint. De même, c'est toujours sans artifice, et encore moins d'afféterie, que ses œuvres se tiennent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.