Examen de la coopération sécuritaire maroco-américaine    Josep Borrell brise les rêves du Polisario et de l'Algérie    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros en deux tranche    Médicaments covid-19, la rupture est confirmée    Grand oral du Maroc à Genève sur la politique des services    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Enzo Zidane proche du Wydad de Casablanca    Messi, prié de rester au Barça mais privé de sa garde rapprochée    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Vaccin anti-Covid19: la Chine veut produire 610 millions de doses par an    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 02 - 2020

«Quelle énergie pour l'industrie marocaine ?» est la thématique retenue pour la 4ème édition des Matinées de l'industrie qui a suscité l'engouement de plus de 800 participants.
L'un des moments forts de cette édition, qui a réuni à Casablanca 25 experts de divers horizons, est le keynote de clôture donné par le ministre de l'industrie, du commerce, de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, indique un communiqué des organisateurs.
Pour faire bon poids, bonne mesure, la quatrième édition des Matinées de l'industrie s'est penchée sur un thème fort important pour le tissu économique et industriel marocain : l'énergie. Une édition réussie de par le nombre croissant des participants, la qualité des experts venus de plusieurs horizons pour échanger et débattre des enjeux de l'énergie dans l'industrie, souligne la même source. Mis à part les trois panels organisés lors de cette édition, les Matinées de l'Industrie ont été marquées par le keynote donné par M. Elalamy. Ce dernier, dans son allocution de clôture, a rappelé le chemin parcouru par le Maroc pour devenir un pays industrialisé.
«Nous avons mis en place une vision pilotée par SM le Roi Mohammed VI parce que l'industrialisation d'un pays ne se fait pas sans ce cadre-là. Cela prend des décennies d'incertitude, de positionnement, de réussite et de correction de tirs…», a-t-il dit. «Nous avons aussi réfléchi à mettre nos secteurs industriels ensemble en intégrant la notion d'écosystème. Nous avons décidé ensuite d'accompagner l'amorçage de l'industrie par un fonds dédié, qui a été doté grâce à SM le Roi de 20 milliards de dirhams, de dons d'accompagnement des industriels», a-t-il soulevé. Valeur aujourd'hui, selon le ministre, le Maroc est devenu un véritable concurrent pour bien des pays, devenant leader africain devant l'Afrique du Sud.
«Nous sommes en train de titiller pas mal de pays européens et nous avons renversé la balance commerciale avec quelques pays», a-t-il ajouté. Selon le ministre, le Maroc devrait être un pays industrialisé. «Nous n'avons pas le choix. Nous y allons à pas forcés avec un regard vigilant de SM le Roi», a-t-il souligné, notant que l'objectif est d'augmenter le taux d'intégration dans le secteur de l'automobile par exemple. En termes de compétitivité dans le secteur, il reste encore beaucoup à faire tant qu'il y a, selon Moulay Hafid Elalamy, deux pays majeurs qui «nous battent encore», à savoir la Chine et l'Inde. «Toutes ces industries sont énergivores, consomment beaucoup d'énergie. Il faut les réaliser et être compétitif à la fois. Et si on devient décarboné au passage? Et si notre industrie au Maroc pouvait devenir décarbonée?», s'interroge le ministre.
Et d'ajouter : «SM le Roi avait lancé les énergies renouvelables. Personne n'y a cru. Cela a été difficilement imaginable. Cela paraît un projet qui ne correspond pas au Maroc».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.