Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Covid-19: 27 nouveaux décès enregistrés au cours des dernières 24h    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Rentrée scolaire: les enseignants subiront-ils des tests de dépistage au Covid-19?    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    OMS : Le Covid-19 ne se transmet pas par la nourriture    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Pour protéger votre peau contre le soleil, Forever recommande ses trois produits phares    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 : Privatisation, «dommage collatéral»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 07 - 2020

Les opérations de cessions reportées à 2021 et 2022
Pour la privatisation, il faudra repasser. Ainsi et avec la baisse attendue des recettes, le gouvernement doit se priver d'une autre manne. En effet, l'Exécutif annonce le report, en attendant des jours meilleurs, des opérations de privatisation prévues initialement au cours de l'année budgétaire 2020. La pandémie du coronavirus fait donc une autre victime même indirectement. Pourtant, les responsables comptaient sur ce genre d'opération pour donner une bouffée d'oxygène supplémentaire aux finances publiques.
En quête de sources de financement supplémentaire, le pays avait fait le choix en 2019 de réactiver le processus de cession de biens publics. L'année 2020 devait connaître de nouvelles opérations. Seulement voilà. La pandémie est venue chambouler tout le programme prévu dans le loi de Finances de l'année. Résultat, le gouvernement annonce dans le cadre du projet de loi de Finances rectificative le report pur et simple des opérations initiales. Celles-ci vont s'étaler selon la même source sur les deux prochaines années et donc les exercices budgétaires 2021 et 2022.
Pour rappel, le gouvernement tablait sur 3 milliards de recettes dans le cadre du budget initial 2020 pour renflouer les caisses. Concrètement, les cessions aujourd'hui reportées étaient destinées à alléger le poids de la dette pour certains établissements publics. Les responsables comptaient aussi sur les recettes des privatisations et les remboursements des crédits TVA pour rendre la situation de certaines entités moins inquiétante. Aujourd'hui, le gouvernement préfère patienter. Et pour cause. Selon les responsables, la situation générée par la pandémie Covid-19 qui sévit actuellement au Maroc et dans le monde pourrait avoir un impact sur les recettes escomptées des opérations de cessions programmées.
Alors l'Exécutif préfère jouer la prudence en attendant que les investisseurs privés retrouvent de l'appétit pour de telles ventes et que les conditions soient réunies sur le marché. Une autre raison est également invoquée par souci de respect des délais légaux et réglementaires et des procédures nécessaires à la réalisation des opérations de privatisation. Reste à savoir si d'ici là, le marché aura effectivement retrouvé de l'appétit pour les grosses opérations de privatisation. La situation est d'autant plus délicate que le plus gros des «pépites» publiques a déjà été cédé lors de la grande opération de privatisation au cours des années 90 du siècle dernier.
Aujourd'hui, le gouvernement met en place une liste des entités publiques privatisables. La liste compte actuellement plusieurs organismes. Les responsables peuvent par ailleurs procéder à des mises à jour pour introduire ou bien sortir des entités de ladite liste.
La dernière mise à jour d'ampleur remonte à l'année 2018. Il y a deux années, les autorités avaient ainsi décidé, dans le cadre de la loi relative au transfert des entreprises publiques au secteur privé, d'introduire deux entités, en l'occurrence la centrale électrique de Tahaddart et le palace Mamounia.
Liste
Les organismes privatisables sont classés dans une liste spéciale. Dans ce sens, le Parlement avait adopté, il y a deux années, le projet de loi 91.18, qui modifie et complète la loi 39.89 prévoyant la privatisation de plusieurs sociétés détenues en majorité ou totalement par l'Etat. La Mamounia et la Centrale électrique de Tahaddart avaient fait alors leur entrée dans la liste définie par la loi 91.18. Le texte modifié avait acté par la même occasion le retrait de plusieurs sociétés de la liste des privatisables. Il s'agit notamment de la société de textile de Fès (Cotef), de CIH Bank, de la Société commerciale de charbon et bois (Sococharbo). À celles-ci s'ajoutent l'usine de fabrication des briques et des tuiles (BTNA), la Société chérifienne des sels (SCS) ainsi que deux hôtels, à savoir «Asmae» et «Ibn Toumert». A noter enfin que l'une des opérations d'envergure de ces dernières années a été la cession de parts de l'Etat dans l'opérateur de télécommunications historique du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.