Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Le Maroc et l'Espagne déterminés à renforcer leur partenariat stratégique    Champions League: Al Ahly élimine le Wydad et file en finale (VIDEO)    L'Arabie saoudite réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara et à l'initiative d'autonomie    Couvre-feu à Casablanca: les horaires du tramway et des bus devraient changer    En prélude du démarrage de la saison agricole 2020-2021 : La campagne de sensibilisation contre la COVID-19 lancée à Rabat-Salé-Kénitra    Impression 3D : des universitaires discutent à Agadir des dernières innovations    Jumia Food révèle les résultats de son 1er Maroc Food Index    L'écrivain algérien Kamel Daoud appelle à la libération des détenus d' opinion    Rareté de la Vitamine C et du Zinc: les pharmaciens alertent le ministère    La Bourse de Casablanca conclut la semaine sur une bonne note    Contaminé par le Covid-19, Omar Hjira interpelle le ministre de la Santé    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Londres signe avec Tokyo son premier accord commercial majeur post-Brexit    Julien-Vincent Brunie : SM le Roi, "un ardent défenseur de la co-connaissance et de la paix"    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    La République centrafricaine réitère son soutien à la marocanité du Sahara    AEFE : l'Affaire Samuel Paty surgit également au Maroc    La forêt de Bouskoura sous le coup d'une déforestation en catimini    Record de contaminations battu en moins d' une semaine    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    La Guinée Equatoriale et la Guinée-Bissau ouvrent chacune son consulat général à Dakhla    Coworking : Hello Desk ouvre ses portes à Casablanca    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Nouvelles mesures pour les voyageurs qui passent par Casablanca    Transferts: Zakaria Fati signe à l'AS FAR pour trois ans    Le Raja réagit au report de son match face au Zamalek    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Marrakech : pris en flagrant délit d'usurpation de la fonction d'un policier    Energies renouvelables : SM le Roi inquiet du retard    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Al Ahly-Wydad: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Ligue des champions)    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Le pape François approuve le mariage gay    Covid-19: la hausse du nombre de décès inquiète les Marocains    Fruit d'un partenariat entre OCP et la BAD : 4 millions de dollars mobilisés pour l'accès aux engrais en Côte d'Ivoire et au Ghana    Le projet de loi réorganisant l'Académie du Royaume disséqué en commission parlementaire    La Chambre des représentants salue l'interaction positive du gouvernement et sa position face à plusieurs propositions de loi    Sahara: le Bahreïn toujours aux côtés du Maroc    Coupes africaines : Le Wydad tentera un coup d'éclat face à Al Ahly, la RSB tout près de sa première étoile    «La création de la chaine amazighe (TV8) fut, à tout point de vue, une première dans le paysage audiovisuel marocain»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 09 - 2020

«Autre deadline qui risque de compromettre l'avenir de bien des étudiants de licence, celui lié à la date du concours des masters internationaux».
La rentrée universitaire, prévue le 15 octobre prochain, risque d'être un véritable casse-tête chinois pour les universités publiques. Et pour cause : les effectifs des facultés en accès libre qui affichent généralement complet après avoir inscrit 3.000 voire 4.000 étudiants, seront difficiles à gérer en présentiel. L'organisation en groupe butera aussi sur le nombre de salles, déjà insuffisant en temps normal dans de nombreuses facultés. Pire, les examens du second semestre pour les étudiants en licence reportés pour le mois de septembre n'ont pas encore été effectués. Compte tenu de l'accroissement des cas, notamment à Casablanca, les responsables penchent pour une session en ligne au grand désarroi des enseignants. Ces derniers ne connaissant pas leurs étudiants de manière personnalisée voient d'un mauvais œil ce système d'évaluation imposé par la force des choses... Comment peut-on évaluer à l'oral en ligne un étudiant que l'on n'a pas suivi toute l'année, que l'on ne connaît pas ? s'interroge, à juste titre, un enseignant sous couvert de l'anonymat. La réflexion va au-delà : pourquoi avoir attendu jusqu'au mois de septembre pour mettre en place des examens en ligne ?
Car il est clair aujourd'hui que les universités gèrent encore les problèmes de juin... Autre deadline qui risque de compromettre l'avenir de bien des étudiants de licence, celui lié à la date du concours des masters internationaux. Autre interrogation cette fois-ci par rapport au Bachelor qui devait être lancé cette année dans les universités. Aucune information ne semble filtrer quant à sa mise en place effective… Les enseignants n'ont pas été sollicités pour la préparation d'un quelconque contenu pédagogique dédié. Sur un autre registre, la fermeture des cités universitaires compromet, également, la rentrée de plusieurs étudiants puisque 60% des résidents sont issus du monde rural. Et ils n'ont pas d'autres solutions que ces lieux pour leur installation compte tenu du faible pouvoir d'achat.
Ce qu'il faut savoir aussi c'est que les universités sont gérées par un Conseil des facultés contrairement aux autres établissements d'enseignement. Totalement indépendant dans les prises de décision, c'est en effet ce Conseil, présidé par le doyen de l'université et comprenant des représentants des enseignants, étudiants et responsables administratifs qui devra trancher en fonction de la réalité sur la meilleure manière de faire pour lancer la rentrée prochaine.
De leur côté, les enseignants appréhendent un enseignement à distance qui ne permet pas d'atteindre l'ensemble des effectifs pour des raisons de logistique ou tout simplement de motivation de l'étudiant. D'autres, pas forcément habitués à l'usage des nouvelles technologies de communication, ne possèdent pas les outils nécessaires pour développer du contenu pédagogique en ligne de manière régulière. Car l'efficacité du e-learning repose sur l'agilité de l'enseignant et sa capacité à adapter l'ensemble de ses cours prévus en présentiel à ce mode innovant. Bref, les contraintes sont nombreuses. Et chaque université publique devra donc cogiter ses propres modèles pour effectuer cette rentrée. Les facultés ayant des effectifs dépassant les centaines, voire les milliers, renvoient à un enseignement à distance si l'on veut respecter les mesures d'hygiène et de distanciation imposées par la stratégie nationale.
Pour l'heure, le manque de visibilité est réel. «La préparation des contenus est très difficile vu l'absence d'une visibilité par rapport aux modes d'enseignement. A l'Université Hassan II Casablanca, le report des examens va impacter le calendrier et la préparation de la rentrée universitaire et risque de créer un décalage surtout pour les étudiants souhaitant postuler pour des masters dans d'autres universités nationales ou internationales. Il est primordial de former, équiper et motiver les professeurs pour qu'ils puissent proposer des contenus innovants, interactifs et adaptés aux nouvelles exigences», signale, justement, Amine Dafir, enseignant et chercheur au sein dudit établissement.
En son sein l'université comprend, par ailleurs, des écoles et des instituts qui compte tenu des effectifs plus réduits peuvent être gérés en mode présentiel. Tout ceci pour dire que chaque université aura à s'organiser en fonction de ses contraintes propres. La tâche est d'autant plus compromise avec un taux d'encadrement faible, notamment dans les facultés. Un enseignant pour 100 étudiants, c'est en effet le taux d'encadrement estimatif et avancé par les enseignants concernés (ndlr : toujours sous couvert de l'anonymat)...
Et si certaines universités ont lancé pour les nouveaux inscrits une pré-rentrée en ligne, les inscriptions effectives n'ont pas encore démarré concrètement. C'est le cas de l'université Mohammed V de Rabat (UM5) qui organise, pour les nouveaux étudiants, une série d'activités d'accompagnement et de sensibilisation à distance du 15 septembre au 15 octobre 2020. Placé sous le signe «Spécial rentrée pour une rentrée spéciale», l'événement a pour but d'accueillir les étudiants, les soutenir et les rapprocher du staff académique et administratif de l'Université. Le programme proposé porte sur les langues, le coaching, les soft skills et le sport ainsi que sur des rencontres «live» avec les étudiants de l'établissement. Pas de doute : les structures d'enseignement public s'efforcent à innover et aider les étudiants même si les moyens du bord sont limités. Il est clair que la tâche est plus simple dans les universités privées parce que les effectifs sont de loin moins importants. Les moyens financés par les frais de scolarité permettent également de se doter des meilleurs outils pour parer à l'éventualité d'un enseignement en ligne ou hybride selon l'évolution épidémiologique du moment (ndlr : avis de l'économiste Abdelghani Youmni).
La rentrée universitaire dans le secteur public sera difficile. Le présentiel représentant la meilleure formule sur le plan pédagogique. L'enseignement à distance ayant buté sur le faible taux de suivi des cours enregistrés. Les causes sont nombreuses. Elles sont liées directement ou indirectement à la précarité dans laquelle vit l'étudiant.
L'avenir quant à l'évolution épidémiologique donnera le la.
Pour l'heure, le flou guette. Mais la vie continue !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.