L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Abderrahmane Benbouzid : euphémisme ministériel face aux victimes du Covid    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 3 août 2021 à 16H00    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    Chèques : Légère hausse des incidents de paiement en 2020    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 06 - 2021

Entretien avec Ismail Sqarou, président de l'association du Malhoun à Taroudant
ALM : Il est prévu que vous vous produisiez, avec votre troupe de «Dekka Roudania» au festival de «Dekka» qui se tiendra en ligne le 2 juillet prochain. Qu'est-ce que cela vous fait d'y prendre part après environ deux ans de pandémie ?
Ismail Sqarou : Cette participation est pour moi, ainsi que les autres artistes, voire tout le monde, un porte-bonheur après environ un an et demi d'oisiveté. C'était comme un vide pour nous. Maintenant, après le lancement de la campagne de vaccination par le Souverain, l'avenir sera prometteur.
Qu'en est-il de votre art qui n'est pas connu autant que la «Dekka marrakchia» ? Quelle serait la différence entre les deux ?
La «Dekka roudania» est plutôt l'origine et la source de celle «marrakchia». Mieux encore, la «Dekka» de Taroudant est plus ancienne.
Mais pourquoi n'est-elle pas aussi réputée que la «marrakchia» ?
Pour mieux répondre à votre question, je vais remonter aux années 60 et 70. A Taroudant, c'était aussi une époque où il y avait plus de sorties et de rassemblements aux rythmes de cette «Dekka». Aussi, la célébration d'Achoura, sur un seul mois, était marquée en ces années par l'animation en «Dekka roudania», qui est un art soufi et sacré à la fois, interprété avec des «Krakebs» (castagnettes) et «Bendir» (instrument à percussion) entre autres. Le tout avec une «gueriha» à l'instar de celle du Malhoun. D'ailleurs, cet art peut être chanté à la manière «roudanie». Après le mois d'Achoura, les célébrations sont à l'arrêt. C'est ce qui fait que la «Dekka» de Taroudant ne soit pas assez renommée.
Alors comment faire en sorte qu'il y ait un rayonnement pour cet art?
Depuis la création de notre association en 1993, des réalisations importantes ont été faites. Ainsi, notre «Dekka» est devenue connue de par le Maroc. Entre autres, nous avons participé au festival des musiques sacrées de Fès. Nous nous sommes même produits en Irak voire en Allemagne. De plus, notre «Dekka» a récupéré son lustre d'antan de par nos initiatives. Cela a fait que même les artistes de la «Dekka marrakchia» reconnaissent que la nôtre est l'origine.
Et pourquoi la «Dekka marrackhia» est-elle plus sollicitée lors des cérémonies que la vôtre ?
C'est l'impact de la réputation de celle de Marrakech qui contribue à cette sollicitation. D'autant plus que Marrakech est plus proche de Casablanca et Rabat alors qu'environ 260 km séparent la ville ocre de Taroudant. Donc c'est aussi une question de proximité.
Nous sommes à la veille d'une période électorale. Auriez-vous des messages pour les prochains élus pour la promotion de votre art ?
Non seulement la promotion de cet art, mais aussi de la ville. Nous voulons des personnes probes. Il faut que les élus de Taroudant s'occupent de notre ville. J'ai également un message pour les jeunes qui doivent faire le bon choix avant de voter pour la bonne personne qui doit aussi aimer la patrie.
Après le prochain festival, auriez-vous d'autres participations ?
Je tiens à préciser que le festival de «Dekka» est organisé par le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports. Pour répondre à votre question, nous sommes ouverts à toute proposition. Nous avons déjà participé à des festivals à Agadir, notamment Timitar, Marrakech, Khouribga, Volubilis, Casablanca, Errachidia et au Sahara.
Et si l'on remontait un peu le temps? Pourriez-vous nous raconter un peu l'histoire de la «Dekka roudania» ?
C'est un art plus ancien que les Saâdiens. Il a été rénové au fil du temps. Aussi, il y a des historiens, comme Nour Eddine Essadeq, qui s'y intéressent.
Un dernier mot ?
La «Dekka» est «l'enfant légitime» de Taroudant en termes de patrimoine. C'est de cet art que les autres disciplines du patrimoine sont issues. La «Dekka roudania» est un art soufi plein de scrupules. Les familles peuvent l'écouter pendant leurs rassemblements puisqu'il allie la parole, les prières, les saluts sur le prophète et les événements marquants à l'instar de la bataille de Oued El Makhazin et l'exil de Feu Mohammed V. C'est, au fait, un art qui relate aussi l'histoire du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.