Un gouvernement tripartite et une opposition hétéroclite?    Omar Moro à la tête du conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Nabila Rmili élue maire de Casablanca, le PJD out !    L'USFP veut participer à la formation du prochain gouvernement    Session extraordinaire du conseil national du PJD : intenable discours victimaire    Le Maroc reçoit des drones réservés à la lutte contre les flux migratoires et contre le trafic de drogue    Edito : Digital décisif    Comment le digital a transformé la campagne électorale    Idriss Bensmail quitte la BMCI    Rencontres Digitales : PortNet organise un évènement le 29 Septembre    Le gouvernement Ethiopien et l'OCP scellent un accord pour l'implémentation d'un projet d'engrais à dire DAWA    Solutions de paiement innovantes : CIH Bank et Mastercard s'allient    Résultats semestriels : Wafa Assurance confirme la solidité de ses fondamentaux    Promotion immobilière : Une nouvelle demande en maisons individuelles    Bilan de l'AIEA sous la présidence du Maroc : plusieurs résolutions approuvées    Eau et électricité : 3 mois aux distributeurs pour se conformer    Volcan en éruption aux Canaries : évacuation massive de la population locale    Deux militaires tués dans une collision de deux hélicoptères à l'est de la Libye    Russie : au moins huit morts après une fusillade dans une université    L'Australie «n'a pas à prouver» son attachement à la France, selon le vice-premier ministre du pays    Secousse tellurique de 3,9 degrés au large de la province de Driouch    Situation politique en Guinée : Le CNRD dit niet à la CEDEAO    Botola: le Wydad bat le RCOZ (VIDEO)    Le calvaire du Onze national à Conakry    La situation épidémiologique au Maroc s'est améliorée, selon un expert    Classement Times Higher Education 2022: Les universités marocaines se distinguent    ONDA : Plus de 372.000 passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août à l' aéroport Tanger Ibn Battouta    Un virus avec qui il faut vivre    Afrique du Sud : une importante quantité d'héroïne pure saisie à Durban    Le Maroc reçoit 115 mille doses du vaccin « Astrazeneca »    Accusés de corruption et d'extorsion : Deux policiers épinglés à Kénitra    Tanger Med : Saisie de sommes importantes en dirhams et en devises    Immersion dans l'univers onirique lumineux de Mounia Amor à Casablanca    Soutien à la création artistique : L'IF lance la 2ème édition de l'appel à projets    Essaouira, symbole du renouveau politique !    VTT: le "Titan Desert MTB Marathon", du 10 au 15 octobre au Maroc    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décarbonation : Tout savoir sur les chantiers en cours
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 07 - 2021

Parmi les projets figure le lancement d'une «War Room» industrielle dédiée à l'économie verte
La décarbonation est désormais un enjeu de taille sur le plan industriel, notamment dans ce contexte de relance et de reconfiguration des chaînes de valeur mondiales.
L'application de la taxe carbone aux frontières européennes motive les industriels marocains à décarboner leur process. La décarbonation est désormais un enjeu de taille sur le plan industriel, notamment dans ce contexte de relance et de reconfiguration des chaînes de valeur mondiales. Cette nouvelle orientation a été au cœur d'un Forum international dédié aux énergies de l'industrie organisé par Industries du Maroc Magazine sous légide du ministère de l'industrie, du commerce, de l'économie verte et numérique. A l'ordre du jour, les enjeux à relever pour être au rendez-vous de la mise en œuvre du mécanisme d'ajustement carbone en Europe, principal partenaire commercial du Royaume. Certes, l'entrée en vigueur de ce process est envisageable en 2026, mais plus de temps à perdre pour les entreprises marocaines afin d'entamer leur transition vers un mode opératoire décarboné. D'autant plus que le Maroc dispose de tous les atouts pour assurer cette mutation non seulement en capitalisant sur sa proximité avec l'Europe mais également sur les acquis de la stratégie nationale des énergies renouvelables amorcée depuis des années sur le plan national. «Le Maroc a les moyens de se positionner comme site de production d'énergies propres et compétitives et avec un accès abondant des énergies renouvelables. Il pourrait devenir le nouvel hôte des industriels mondiaux exportant et produisant des biens à fortes intensité carbone», indique dans ce sens Mehdi Tazi, vice-président de la CGEM.
Le porte-parole du patronat voit en cette taxe carbone une opportunité pour le Royaume afin d'accélérer l'émergence d'une industrie nationale verte, décarbonée et circulaire ayant fortement recours aux énergies renouvelables. «Nous sommes convaincus que la décarbonation offre de grandes opportunités pour le pays. Le Souverain a très tôt, et avec une vision avant-gardiste, défini les orientations du Royaume en la matière. Il relève, aujourd'hui, de notre ressort de renforcer la mise en œuvre de la transformation énergétique de notre pays. C'est notre rôle au niveau de la CGEM, des pouvoirs publics et aussi le rôle de l'ensemble des parties prenantes de la société civile».
Invité d'honneur de cette première édition du Forum international des Energies de l'industrie, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie du commerce, de l'économie verte et numérique, a souligné l'importance de cette nouvelle transition qui s'opère dans le champ industriel. «65% de nos exportations sont à destination de l'Europe. Qu'on le veuille ou pas, la taxe carbone peut nous impacter. Ce n'est plus un sujet de légèreté. Nos zones industrielles doivent être décarbonées», indique-t-il. Et d'alerter : «Lorsque cette taxe sera mise en œuvre, elle sera certainement flottante. Si la production n'est pas décarbonée, nous serons en risque maximal». Le ministre a, par ailleurs, énuméré les principaux chantiers ouverts par la tutelle pour réussir le pari de la décarbonation. Citons en premier le lancement imminent d'une «War Room» pour le lancement de 150 projets industriels dans le cadre de l'économie verte. Une cellule qui sera ainsi créée en coordination avec l'Agence marocaine pour l'efficacité énergétique (AMEE). Le ministère avait, en outre, procédé avec Maroc PME au lancement du programme Tatwir pour accompagner les PME nationales dans leur décarbonation.
Aussi, la tutelle œuvre de concert avec la Fondation Mohammed VI pour l'environnement, l'AMEE , la CGEM et le département des énergies et des mines pour mettre en place un mécanisme permettant aux entreprises d'établir un bilan carbone. Le département ministériel a, également, réussi à décrocher pour le compte des industriels une offre énergétique avec une part oscillant entre 25 et 30% pour l'énergie verte. De même, un projet relatif au gaz naturel est en cours de finalisation avec l'Onhym. Il sera lancé dans les prochaines semaines. Ces chantiers tendent en effet à rendre l'industrie marocaine à la fois décarbonée et compétitive. «Nous avons fait tout ce qui est en notre capacité pour que tous ces projets soient réglés d'ici septembre», relève-t-on du ministre de l'industrie. Du côté de la CGEM, le patronat se penche sur l'élaboration et le déploiement au cours de cette année d'une feuille de route pour accompagner les entreprises dans leur démarche de décarbonation et d'appréhender au mieux l'entrée en vigueur des nouvelles mesures aux frontières de l'Union européenne. La CGEM a, également, mis en place un outil à la disposition des entreprises pour la réalisation du bilan des émission de gaz à effet de serre. En vue de préparer les entreprises marocaines aux mutations en cours, notamment les nouvelles contraintes fixées par les pays de l'Union Européenne, le patronat mène actuellement une étude pour définir une feuille de route nationale pour la mobilité électrique et durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.