Meeting Mohammed VI d'athlétisme: un plateau riche pour la 13è édition    Protection sociale: Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale    Espagne : Une vice-présidente de la Chambre basse du Parlement sur la liste des invités du Polisario    Service militaire 2022: Début au 7e CFA de la Marine Royale de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    Casablanca: un jeune homme met tragiquement fin à ses jours à Sidi Moumen    Nouvelle consécration pour le designer marocain Hicham Lahlou    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France. Elisabeth Borne nommée à la tête du gouvernement    France: fin du masque dans les transports en commun    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Le programme des Lions de l'Atlas en juin. Pas d'amical contre le Brésil    Manche : 113 migrants secourus en fin de semaine    La revue de presse du lundi 16 mai    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    La Bourse de Casablanca débute la semaine en hausse    Oracle inaugure le premier Oracle Lab d'Afrique à l'UM6P de Benguerir    Covid-19: Le Maroc a enregistré 54 nouveaux cas et 01 décès en 24H    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    L'ONMT organise un light Tour à Paris, Londres et New York    Trois projets de décret au menu du prochain Conseil de gouvernement    Finale LdC au Maroc : Al-Ahly veut boycotter la finale et menace la CAF    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Coupe de la CAF: revivez la remontada de la RS Berkane face au TP Mazembe (VIDEO)    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    (Billet 700) – Non, Ssi Benkirane, un ancien chef de gouvernement ne devrait pas dire ça...    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Vandalisme à Khouribga après le match Raja de Casablanca contre Rapide Oued Zem    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La diplomatie éducative, un instrument valorisant toute impérieuse politique étrangère
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 01 - 2022

Ce 24 janvier 2022 sera célébré le quatrième anniversaire de la journée internationale de l'éducation : un événement exceptionnel, instauré par l'Organisation des Nations Unies et qui permet aux Etats de se remémorer que l'objectif n°4 du programme de développement durable à l'horizon 2030 consiste à «assurer à tous une éducation équitable, inclusive et de qualité, ainsi que des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie», comme l'a d'ailleurs, sagement, souligné le secrétaire général de l'ONU, António Guterres.
Au fait, les Etats les plus ingénieux ne se contentent point de satisfaire une telle cible, uniquement sur le plan interne, mais vont même bien au-delà, en déployant toute une stratégie nationale d'éducation, intégrant la promotion d'une réelle diplomatie éducative, visant le bien-être de l'humanité. Ainsi, de nombreux pays, dans le cadre de leurs échanges avec des partenaires étrangers, prévoient, de manière systématique, l'initiation d'actions de coopération dans le domaine de l'éducation, une façon de mettre en lumière, à travers les canaux diplomatiques, l'éducation, en tant que pilier du bien-être humain et du développement durable.
L'éducation, un prestigieux levier diplomatique pour le Maroc
«Dans l'éducation, le naturel est le sol, l'instituteur est le laboureur, les raisonnements et les bons avis sont les semences», un dicton latin du XIXème siècle qui met en exergue les principaux fondements d'un somptueux système d'éducation national florissant. Il en ressort, à travers cette pertinente maxime, que le succès de toute politique nationale d'éducation reste tributaire de réflexions sages, bien cogitées, qui reposeraient, nécessairement, sur une stratégie éducative fort percutante. Dans cette perspective, le Royaume du Maroc, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu l'Assiste, s'en est largement imprégné, en engageant de nombreux chantiers, pour permettre au pays de devenir un modèle à suivre en matière d'éducation. L'éducation reste, incontestablement, la base du développement de toute société. En témoigne toute l'importance accordée à l'enseignement au niveau du rapport du nouveau modèle de développement, en tant que principal levier de développement pour le pays. Aussi est-il que la désignation du président de la Commission chargée de la confection dudit rapport, en la personne de Monsieur Chakib Benmoussa, à la tête du ministère de l'éducation nationale, du préscolaire et des sports, n'est pas du tout fortuite. Effectivement, il s'agit d'un choix extrêmement sage et pertinent, traduisant tout l'intérêt porté par l'Auguste Souverain au chantier éducatif, étant précisé que Monsieur Benmoussa, en tant qu'exambassadeur, pourrait également, en sus de son important apport attendu dans l'émancipation de l'éducation nationale, apporter une sauce diplomatique à l'éducation et pouvoir ainsi brillamment coordonner, avec le département des Affaires étrangères, pour l'instauration d'une véritable diplomatie éducative, à portées régionale et africaine.
La réussite de tout chantier repose sur une stratégie envoûtante et des ressources immatérielles qualifiées
Toute stratégie pertinente est le fruit d'une intelligence collective. Certes, tout un département ministériel est engagé pour concevoir et mettre en oeuvre un système éducatif des plus somptueux mais parfois il s'avère hautement bénéfique de recueillir d'une part des idées novatrices, à travers le lancement de débats citoyens, impliquant toutes les parties prenantes et d'autre part, de disposer de ressources humaines compétentes au sein du milieu éducatif. Ci-après quelques recommandations à Monsieur Benmoussa pour un modèle éducatif national beaucoup plus prospère et innovant :
– Elaboration imminente d'une étude sur l'influence du numérique sur les pratiques des enseignants et sur les apprentissages scolaires des élèves.
– Réalisation de benchmarks ciblés, en s'appuyant sur les résultats de la recherche, des évaluations scientifiques de politiques scolaires conduites à l'étranger et qui peuvent, majestueusement, s'adapter au contexte marocain.
– Formation des enseignants pour développer davantage une pédagogie de l'éducation à la citoyenneté active au sein de la classe.
– Implication d'enseignants retraités hautement qualifiés prédisposés à servir leur pays, en apportant leur savoir-faire au monde de l'éducation.
– Diversification des profils des candidats aux métiers de l'enseignement, en attirant des candidats expérimentés, à travers le développement d'actions permettant des reconversions, à mi-carrière, vers l'enseignement.
– Elargissement et multiplication des actions de coopération en matière d'éducation avec des pays, notamment africains, en vue de participer au bien-être de leurs populations. Aussi et sur le plan international, pourquoi ne pas lancer un Prix africain de l'enseignement innovant, afin de valoriser les enseignants et les chercheurs dans le partage de leurs pratiques pédagogiques innovantes. Un prix qui pourrait s'inscrire dans le cadre de la vision de l'Union africaine, permettant ainsi d'éclairer les décideurs africains pour la construction de systèmes éducatifs de qualité, tenant compte des aspirations et des capacités spécifiques au continent, en termes de ressources et de capacités, aussi bien matérielles qu'humaines.
(*) Docteur en droit/ Expert en intelligence économique Analyste en stratégie internationale


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.