Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 01 - 2022

Il expose ses oeuvres jusqu'au 18 février à Marrakech
La fondation Montresso à Marrakech expose, jusqu'au 18 févier au sein de la salle des casques, les oeuvres de l'artiste ivoirien Armand Boua. Il y donne à voir sa série de peinture «Les enfants de Yopougon- Maroc» qu'il développe à partir d'une thématique bien particulière. Des oeuvres résultant de sa résidence effectuée au Jardin Rouge en fin d'année 2021. A propos de la ville située à l'ouest d'Abidjan, la fondation précise : «La commune de Yopougon se construit globalement autour de quartiers industriels et résidentiels qui contrastent avec la précarité de quartiers dans lesquels s'organise une forme de vie singulière».
Quant au pont avec le Maroc, il s'impose, selon la même structure, comme «une évidence». «Si les quartiers d'Abidjan sont déjà extrêmement cosmopolites, l'artiste voit rapidement se dessiner un lien entre les enfants des rues de Yopougon avec ceux notamment de la ville de Tanger», détaille la même structure. Dans cette série, l'artiste questionne les problématiques liées au «mode de vie, cherchant par le biais de son expression artistique à traduire ce qu'il a pu observer et éprouver à leur contact».
Quant à sa démarche artistique, la fondation révèle que cet artiste «aime travailler à partir d'images mentales, se souvenant de chaque détail, chaque impression qui y sont associés, parvenant ainsi à intimement conserver l'émotion et le mouvement qu'il observe». Pour Armand Boua, l'idée est, selon la même source, de travailler à partir de matériaux bruts et naturels qui, par leurs teintes authentiques et variées, offrent toute la diversité nécessaire à sa création. De la même manière qu'il décline les différentes variations de la couleur «bleue» pour en montrer toute la multiplicité, «le carton, qui est la base de la toile, est déterminé selon sa nuance».
Tel que l'ajoute Montresso, il «conçoit puis déstructure, colle puis déchire, peint puis efface jusqu'à obtenir toutes les facettes de ces identités marquées et complexes ». «S'il choisit le carton comme support, c'est en premier lieu parce qu'il s'agit d'un élément principal dans l'organisation de vie des enfants de Yopougon. Couvertures, abris, l'existence s'organise, se pense et se conçoit alors indubitablement autour de cette matière», poursuit la fondation. Pour l'artiste, la ville remplace «la parentalité et ce sont ses codes qui forgent l'éducation». «Le mode de vie diffère, bouleversant avec lui le langage et les formes de communication.
Français, anglais, dialectes se mêlent, se confondent venant enrichir les identités ellesmêmes. C'est bien à tous ces différents visages que l'artiste rend hommage, à tous les oubliés dont on doit pourtant connaître l'histoire», enchaîne cette structure. Pour rappel, les oeuvres de l'artiste font également partie de la collection permanente du Minneapolis Institute of Art.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.