Tournoi de mini-foot pour l'intégration des jeunes    Evolution du coronavirus au Maroc. 4 206 nouveaux cas, 633 923 au total, lundi 2 août 2021 à 16 heures    Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le faux cheval de Troie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 10 - 2005

Personne ne sait plus où commence et où finit l'Espagne, ou même l'Europe. Et qui doit assumer la protection de l'espace européen quand celui-ci, bizarrement, commence non pas au Bosphore mais en Afrique.
La pression des migrants subsahariens sur Sebta et Mellilia est, objectivement, en train de faire exploser les restes du modèle colonial espagnol. L'opinion publique espagnole ne comprend pas très bien ce qui est en train de se passer car, d'une manière générale, la classe politique et les médias n'accomplissent pas leur devoir sur ce sujet. Probablement, une absence de courage intellectuel ou un atavisme culturel très lourd.
Le dernier sondage commandé et diffusé par la radio Cadena Ser est très édifiant. À 90%, les sondés estiment que c'est notre pays qui doit assurer la sécurité des frontières de ces deux enclaves, et à 70%, ils sont d'accord avec l'envoi de l'armée pour faire un travail de police qui incombe normalement à la Guardia civil. En fait, personne ne sait plus où commence et où finit l'Espagne, ou même l'Europe. Et qui doit assumer la protection de l'espace européen quand celui-ci, bizarrement, commence non pas au Bosphore mais en Afrique. La confusion est à son comble.
Les Espagnols souhaitent à la fois sous-traiter totalement au Maroc la répression de l'immigration clandestine et en même temps dénoncer – hypocritement - au nom d'un humanisme de bon aloi cette répression effectuée alors par un État médiéval, sous-développé, totalitaire, arabe etc. Il y a un truc qui ne marche pas dans ce raisonnement. Ils veulent à la fois s'inscrire dans un modèle européen humaniste, moderne et démocratique et s'accrocher à des miettes d'empire colonialiste à l'existence anachronique et ridicule sans en assumer le coût moral. La citoyenneté européenne se heurte ici de front à l'hispanité nostalgique de deux enclaves coloniales. Mais le problème, pour l'instant, n'est pas là.
Sur le fond, et sur un plan général, la sécurité de la Méditerranée du sud est une affaire collective et multilatérale. Bruxelles devrait pouvoir, sur ce dossier, assumer d'urgence ses responsabilités. Le face-à-face hispano-marocain, malgré quelques bonnes volontés notoires, n'aboutira à rien de positif sur cette question, d'abord parce que l'opinion publique espagnole est, sciemment, livrée à ses vieux démons et ensuite parce que l'opposition espagnole de droite et sa presse mettent constamment de l'huile sur le feu d'une manière irresponsable.
Mais précisément, à un moment où l'on fait des manifestations grotesques sur l'hispanité de Sebta et Mellilia, on devrait davantage se préoccuper de l'avenir. Pour cela, il faut juste considérer que ces deux enclaves n'offrent, aujourd'hui, à l'Espagne, aucun avantage géostratégique. Même s'il existait, il serait facilement dépassable par des accords militaires modernes privilégiant plus une sécurité collective qu'un rapport de force certes rassurant mais contre-productif, stérile et inutilement coûteux. Sur le plan économique, également, ces deux enclaves ne présentent plus aucun intérêt pour l'Espagne. Au plus tard en 2010, leur modèle économique -d'ailleurs en partie fondée sur la contrebande, le blanchiment d'argent et le trafic de la drogue- sera totalement démonétisé.
L'intérêt, aujourd'hui, de l'Espagne est de s'investir d'une manière plus dynamique dans l'ouverture économique marocaine pour préparer la croissance de demain au lieu de s'accrocher à un schéma colonial obsolète. Il est ridicule quand Tanger, Tétouan, Tanger-Med, bref tout le nord du Maroc et le reste s'offre aux échanges fructueux et à la coopération économique mutuellement avantageuse, de continuer à réfléchir d'une manière archaïque sur deux enclaves en fin de potentiel condamnées par l'Histoire.
Mais personne ne parle de cela aux Espagnols. Le black-out est total. On trouve plus de traces de cette vision, et de cette approche, du côté des managers de Telefonica, de Repsol, de Fadesa ou de Dragados que du côté des caciques madrilènes du Parti Populaire. Mais cela changera, un jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.